RP Francophone League of Legends
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Orianna - The Lady of Clockwork

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/02/2017
Localisation : Loin.
MessageSujet: Orianna - The Lady of Clockwork   Jeu 9 Fév - 21:00



Orianna



› Sexe › Féminin? Féminin.
› Race › ... Gynoide
› Origine › Piltover
› Allégeance › Cette unité.
› Profession › Voyageuse. Inventeuse.
› Devise › "Life is just a state of mind."

GENERALITES


Physique -
Parfaite. Sans impureté. Aussi tranchante qu'une lame affûtée.
Effrayante. Sans vie. Une monstruosité sans précédent.
...
Un visage métallique, tantôt intriguant, tantôt révulsant. Un chignon blond, des dorures cachant des centaines de mécanismes. Deux yeux, diamants bleus pétillants d'électricité mais sans vie, ne clignant jamais. Un nez fin, aussi mignon qu'une fragile figurine de porcelaine. Une bouche froide, glaciale, s'élevant de manière mécanique pour sourire. Ne s'ouvrant véritablement jamais lorsqu'il faut parler. Laissant échapper une voix distordue, dérangeante. Un visage? Un masque. Un masque de fer blanc traversé de fins filigrane dorés. Un corps de danseuse, distingué et gracieux, finement décoré. Recouvert de souples plaques de métal s'imbriquant pour former un cocon autour d'un solide squelette d'alliage protégeant des circuits, des engrenages, de la magie. Coulissant pour révéler outils et armes. Capable de résister à de très grandes pressions et températures. Et un morceau de passé scellé dans le dos, attendant une clef qui ne reviendra jamais.
Des doigts de fée, terrifiants? Crochus, nécessaire. Nécessaire pour la mécanique, plus précis que la plus précise des machines, chaque phalange cachant une myriades de minuscule outils. Des mains froides, qui ne réconforte pas, des mains puissantes, ne lâchant jamais prise. Sans la moindre sensation, sans le moindre stimuli, sans douleur. Sans réconfort. Deux merveilleux outils.
Pas d'estomac, pas le besoin, une réaction électrique reliant deux parties à la place du ventre, deux puissants aimants lié entre eux magiquement. Permettant aux corps de tourner, de tourner! De tourner sans fin. La tête tourne, le corps tourne, la vie tourne. La jupe? La jupe tourne aussi, des dizaines de lames tranchantes tournoyantes. Une protection et une arme. Une ceinture à outil, tout est à sa place.
Des jambes ne pouvant pas se fatiguer, ne pouvant pas s'arrêter, un tintement métallique sur le sol, rythmé comme le son d'une horloge. Un moyen de compter les secondes.

Un cœur?
...
Un cristal hextech, radieux et caché. Un trésor, une source d'énergie sans faille. Rayonnant de pouvoir, un flot constant, toujours présent. Une manière de se raccrocher. A la vie? Peut-être. Un moteur pour continuer, continuer le voyage et les découvertes. Découvertes de sensations, sensations perdues et retrouvées.

Une amie. Sphère. Compagnonne dans cette vie solitaire. Une gardienne simple d’apparence, consciente? Peut-être. Curieuse? Absolument. Une simple lentille tournant, tournant! Sans cesse, surveillant les alentours, capable d'influencer sa gravité et celle autour d'elle. Attirant et repoussant.

Une partie formant un entier.
L'entier d'Orianna.
Mon entier.

Mental - Je suis Orianna Revek. Fille de l'inventeur Corin Revek. J'aime Sphère, mon père, le ballet, le classique, découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles sensations. J'aime voir le monde et rencontrer les gens, même si l'inverse est rarement le cas. Le monde est beau, il mérite d'être observé et enregistré. Chaque minute de mon existence sur Terre est sauvegardée, chaque voix est enregistrée et précieusement retenue. Je suis en train de vivre mon rêve d'enfant, j’observe la beauté de Valoran. Alors pourquoi je me sens si distante de ses découvertes? Dans mon corps de métal, dans cette oeuvre d'art qui me sert de réceptacle, chaque sensation est atténuée. Je n'ai plus besoin de dormir, je n'ai plus besoin de respirer, je n'ai plus besoin de vivre. Je ne ressens pas la douceur de la plus douce des soies sous mes mains, ni le gout des fruits, ni la sensation de l'air frais sur mon corps. Le monde semble toujours si distant, comme si je regardais l'extérieur derrière une épaisse vitre. Je peux voir les expressions émerveillés ou terrifiées dans gens qui m'entoure, mais cela ne me fait ni chaud ni froid. Et pourtant, de temps à autre, je sens que cette vitre se fait de plus en plus mince, une situation me rappelant la gentillesse d'une souriante jeune fille qui donna son propre filtre à un enfant perdu, la panique en découvrant que mes organes allaient me lâcher un à un... La peur en se réveillant un matin pour découvrir que mes nerfs optiques avaient cessé de fonctionner durant la nuit. Ressentir est possible, difficile, mais possible. Et ce sont ces moments qui me permettent de me sentir complète de nouveau, même durant un court instant. J'ai déjà perdu plusieurs de mes sens, je refuse de perdre ce qui fait de moi une humaine. Je refuse de perdre mes sentiments au fil du temps, alors c'est pour cela que je recherche constamment de nouvelles découvertes, de nouvelles expériences. Pour ne pas perdre cette étincelle. J'ai du mal à tenir une conversation, principalement car les autres personnes sont mal à l'aise en ma présence même lorsque je fais de mon mieux, dérangé par ma voix et mon apparence. Je ne peux pas dire que la solitude me pèse, mais parfois, j'aimerai trouver un compagnon de route en plus de Sphère.
Je fais de mon mieux pour rester fidèle à la personne que j'étais avant ma maladie, mais bien peu de gens acceptent ma gentillesse, ils sont toujours méfiants. Seul les enfants semblent peuvent voir au-delà de mon apparence, souvent attiré par mes petites créations mécanisées. En parlant de cela, Sphère est ma plus fidèle amie, elle est une partie de moi qui ne quitte jamais, elle est ma gardienne et ma caméra. Celle qui contient la majorité de mes archives et mon premier outil de défense. Je ne prends aucun plaisir à me battre, j'ai déjà du mal à ressentir du plaisir tout court, mais je n'hésite pas à prendre une vie si cela est nécessaire. Cela est déjà arrivé, les rues de Zhaun ne sont pas aussi chatoyantes que celle de Piltover et le cristal que je porte en moi attire les convoitises de beaucoup. La mort de mes ennemis tiens plus de l'extraction d'une mauvaise variable de l'équation plus qu'autre chose.

Lieux de vie - Pour une personne qui n'a pas besoin de manger, de se laver ou de dormir, une maison n'est qu'une coque vide entourant des services dont elle n'a plus besoin. Son corps est presque autonome et ne rouille pas grâce à la présence du cristal Hextech. C'est pour cela qu'Orianna n'a pas de lieu de vie. Elle bouge constamment, passant de Zaun à Piltover au grès des trajets, et bientôt, la Demoiselle Mécanique quittera sa ville natale pour explorer le monde et ses merveilles.

RELATIONS ET LIENS


Corin Reveck. - Mon père, un homme bon. Il était seul à m'élever et tenait à moi plus que tout au monde. Son amour pour sa passion et les inventions était contagieux, et j'ai grandi entouré de son amour et de ses inventions. Je l'aimais du fond de mon cœur, il était un modèle dans sa bonté et sa joie de vivre. Il l'est encore à ce jour, et j'étais ce qu'il avait de plus précieux au monde... Il est celui qui m'a sauvé la vie au prix de mon corps. Refusant de perdre sa petite fille lorsque son génie pouvait y faire quelque chose, et qu'importe le prix. Et malgré ma nouvelle prison de métal, je ne lui en veux nullement, mon père m'a offert la chance de continuer ma vie au prix de tout ce qu'il avait construit à ce jour, au prix de sa santé. Et c'est pour le remercier de ces sacrifices que je lui ait moi-même permit de continuer sa vie. Je l'aime toujours malgré mon choix de le quitter après mon sacrifice. J’espère qu'il est heureux.
Et un jour, je reviendrais à la maison papa, je te le promet.
Fieram - Un étrange automate que j'ai rencontré il n'y a pas si longtemps de cela. Il fut la source d'une émotion que je n'avais pas ressenti depuis bien longtemps, l'espoir. L'espoir de voir une personne qui me ressemblait tellement, l'espoir d'avoir un nouveau compagnon de route, un ami. Il fut aussi la source d'une terrible amertume, une autre sensation qui se faisait de plus en plus rare. Il m'arrive souvent de me passer cette conversation,  tentant de savoir si ce drôle d'automate était plus qu'il en avait l'air.
Nom Prénom - Description de la relation entre votre personnage et celui-ci


I'M A "RÔLE"


Style de combat : >
Si la dissuasion et son apparence ne suffisent pas. Orianna utilise sphère comme son arme principale. Cette dernière est capable d'influencer la gravité autour d'elle, de lancer des chocs électriques ou des ondes magiques. Elle peut se projeter contre ces ennemis pour les assommer ou briser leurs os. La sphère peut aussi déployer un champ de force autour d'une cible pour la protéger des assauts. Orianna n'est pas sans défense, son corps est extrêmement résistant, un chef d'oeuvre d'artisanat Hextech parcourut de lignes de magie gravitationnelle dans son propre corps, et peut soutenir des attaques qui tueraient des hommes normaux, elle est étonnamment rapide et agile, le champ gravitationnel de la sphère l'aidant à s’accélérer, et peut se tordre de manière inhumaine. Sa force est bien supérieure à celle d'un humain, pouvant écraser broyer le métal comme la chair. La jupe d'Orianna contient des dizaines de petits engrenages tranchants qu'elle projette sur ses ennemis avec une précision mathématique, ou encore la présence de plusieurs fils d'acier tranchant contenant des milliers de circuits magiquement augmenter lui permettant de pirater d'autres objets robotiques, et la Demoiselle Mécanique est capable de rapidement créer plusieurs petits automates de combat.  


HISTOIRE OU POST RP

Il pleuvait.
En cette sombre nuit dans les faubourgs de Zaun, la pluie dérangeait les silhouettes obscures et les trafiquants de toutes sortes. Orianna analysait tout cela, sa tête faisait un va et vient mécanique entre les passants. Ses yeux électriques étaient l'une des rares sources de lumière dans cette rue sombre et sale. La pluie ne dérangeait nullement l'ancienne humaine, et de longues gouttes passaient sur son visage sans provoquer la moindre réaction. Elle n'avait pas froid, et ne ressentait nullement le besoin de se protéger, son corps ne craignait pas une simple réaction de l'oxygène accentuée par l'humidité. Cependant, en cette triste nuit, quelque chose venait d'attirer son attention.
Orianna se déplaça de manière mécanique, chaque pas traversant l'exact même distance que le précédent, elle traversa une rue en enjambant un caniveau boueux et s'engouffra dans une autre allée. Sa Sphère la suivant de prêt, regardant des deux côtés de la rue avant de rejoindre rapidement sa créatrice, flottant énergiquement derrière elle. La robot s'approcha d'une poubelle, se penchant légèrement pour regarder derrière, une petite forme recroquevillé se tenait à cet endroit. Tremblant de froid malgré la maigre couverture trempée qui lui servait de protection contre la pluie. Une petite fille, au visage sale et triste, leva des yeux tristes et vides vers Orianna. Laissant échapper un léger cri de panique et tentant de se relever, elle ne parvint même pas se dépêtre de la couverture. Abandonnant rapidement, l'enfant se roula en boule et commença à pleurer doucement, attendant le destin que Zaun réservait aux orphelins. La gynoïde se pencha sur l'enfant, et la sphère bougea au-dessus de ce dernier, le protégeant de la pluie. La robot mit la main vers sa jupe et son membre s'ouvrit en une poignée d'instrument. Allait de pinces jusqu’à de minuscule tournevis, et passant par un petit chalumeau. Les mains expertes de la robot se mirent au travail et quelques étincelles attirèrent l'attention de la petite fille. Cette dernière regarda les instruments virevolter au creux de la main métallique d'Orianna. La robot ouvrit doucement sa paume et dévoila un minuscule chien de métal, qui poussa un petit jappement aigu avant de sauter sur les genoux de la petite fille et de s'y recroqueviller, une petite clef de fer blanc tournant dans le dos de l'animal. La petite fille lança un regard hésitant vers la nouvelle création avant d'approcher une main de la tête du petit animal qui vint se frotter contre sa paume. Elle laissa échapper un petit sourire avant de relever la tête vers l'étrange inconnue.
Son visage était toujours impassible, et les deux sphères qui lui servaient d’œils ne la quittaient pas un seul instant. Les coins des lèvres de l'étrangère se levèrent de manière dérangeante avant qu'une voix mécanique ne s'élève:

"N'est pAs peuR, ma petIte. Je ne tE veux Aucun mal."

L'enfant hocha timidement la tête, se redressant et serrant l'animal mécanique sous sa couette. Sphère pointa son capteur optique vers l'enfant, zoomant légèrement avant de se concentrer sur le reste de la ruelle, montant la garde. Orianna se redressa à son tour, son visage restant figé dans cet étrange sourire qui mettait l'enfant mal à l'aise. Le haut de son corps se retourna vers la sphère, lui posant une question silencieuse, alors que l'enfant sursauta à cause du mouvement brusque et inhabituelle. La robot se retourna subitement pour la seconde fois, son regard de nouveau concentré sur l'enfant. Un milliers d'information passant dans son esprit:

"Il y A un enDroit plus Sur proche d'icI. Je pEux t'y mener. CepEndant, jE me préSente. Je Suis Orianna. "

La robot se recula, faisant une courbette métallique devant l'enfant, avant de se relever et de fixer la mendiante sans bouger. Cette dernière serra le chiot métallique dans ses bras un peu plus fort, sentant l'automate japper timidement en essayant de ne pas tomber des bras de l'enfant. Elle hésitait, sachant que les "bienfaiteurs" de Zaun cachaient souvent un autre but bien moins altruiste. Cependant, la faim la tiraillant et le froid la poussa à accepter, juste cette fois.
L'enfant hocha la tête et la robot se retourna, marchant tel un soldat de plombs en dehors de la ruelle, la Sphère poussa gentiment l'enfant dans le dos avant de rejoindre sa maîtresse, et la mendiante emboîta le pas, lâchant le petit chien mécanique qui commença à trotter à ses côtés. Le trajet se déroula dans le silence, bercé par le bruit de la pluie sur les toits, ou brisé par un cri lointain suivi d'un hurlement plus animal qu'humain qui terrifiait l'enfant.
Finalement, la jeune fille manqua de rentrer dans le corps métallique de la robot lorsque cette dernière s'arrêta brusquement devant un hôtel. Le bâtiment n'était pas en parfait état, mais il était loin d'être miteux, ce qui était suffisamment rare dans les faubourgs de Zaun pour être souligné. Orianna fit signe à l'enfant de la suivre avant d'entrer dans le bâtiment, suivi de la Sphère et du chien. Elles marchèrent jusqu'au comptoir où se trouvait un homme dans la trentaine qui mettait déjà la main en dessous de son bureau, probablement pour prendre son arme. Orianna s'approcha cependant, avant de mettre la main dans son dos, glissant en dessous d'une plaque mécanique et révélant un repli métallique contenant une petite boite contenant des Rouages, l'argent de Piltover et Zaun, qu'elle posa sur le comptoir:

"Une chAmbre au nOm de..."

La partie supérieure du robot se tourna vers l'enfant, faisant sursauter l'homme:

"Penny... Penny Polendina."

Orianna se retourna de nouveau, montrant la boite contenant les rouages d'or et d'argent avant de fixer l'homme derrière le comptoir qui semblait chercher le moindre piège. Il se recula doucement, sans quitter la gynoide du regard, avant de décrocher une clef et de la poser sur la table en s'emparant de la boite. Il y en avait pour trois mois de logement, avec un repas le midi et le soir. La robot hocha la tête de manière mécanique, une expression qui donnait plus l'impression qu'elle s'arrêtait pour regarder le comptoir durant trop longtemps avant de se redresser trop brusquement. Elle se tourna ensuite vers la sortie, commençant à se diriger quand quelque chose lui attrapa la main.
La Sphère laissa échapper un vrombissement mécanique malsain, mais un simple regard de sa créatrice la fit taire, Orianna se concentra sur l'enfant qui venait de l'arrêter. Enfin, elle s'était fait arrêter, elle aurait parfaitement pu continuer son chemin et aurait surement déboîté le bras de l'enfant au passage, mais cela n'était pas nécessaire. Penny serra la main froide de la robot avant de dire:

"Pourquoi faites vous cela?"

La robot s'accroupit pour regarder l'enfant au même niveau, elle l'observa sans cligner des yeux, le seul bruit présent étant celui des rouages qui se cachaient derrière le visage de cet étrange création, avant de dire:

"PourquoI pas, PennY PolendiNa? Tu as bien PLus beSoin d'un Toit que Moi."

Le chiot mécanique aboya, et Orianna posa une main mécanique sur sa tête sans détacher son regard de celui de l'enfant, il y eut un reflet infime dans les yeux de la robot que l'enfant ne pouvait pas identifier. Et telle une étincelles, ce reflet disparu aussi vite qu'il était apparu. La robot se releva avant de se retourner vers la sortie, alors que l'enfant lui prononça une dernière phrase:

"Merci madame Orianna!"

La robot ne s'arrêta pas, fermant doucement la porte derrière elle.
Une fois dehors, la Sphère se mit devant le visage de sa maîtresse, la regardant sans broncher.
Oui. Cet argent avait été prévu pour notre départ de la ville, mais voyons, cet enfant était dans le besoin, nous pouvions bien retarder notre départ de quelques jours, n'est-ce pas?
Un stimuli, une pulsation électrique.  
Je sais, nous n'avions pas le temps de sauver chaque enfant de cette ville. C'était une exception, mais une bonne exception.
Un grincement, et la caméra de Sphère se pointa vers le ciel.
Tu as raison, nous allons manquer le lever de soleil.

Dans la nuit Zaunienne, une silhouette mécanique s'enfonça dans les rues.
Son voyage allait bientôt commencer.

BEHIND THE SCENE




› Prénom ou Pseudo › Maroti/Karma

› Âge › 19 ans

› Expérience RP › Plusieurs années

› Comment avez-vous connu Path of Valoran ? › Valoran Battlefront

› Autres ›  BEEP BOOP MOTHERFUCKER


Dernière édition par Orianna le Sam 25 Fév - 11:46, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kled de Riv %*£§$# !
Messages : 31
Date d'inscription : 26/09/2016
MessageSujet: Re: Orianna - The Lady of Clockwork   Ven 10 Fév - 13:01

bienvenue le tas de ferraille, quoiqu, on doit lui dire bienvenue? *GREUALBARG!* wow le prend pas comme ça, je luis ai dit bonjours au tas d'engrenage !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 16/01/2017
MessageSujet: Re: Orianna - The Lady of Clockwork   Mer 22 Fév - 14:52

Bienvenue à toi boîte de conserve !!!! 8D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 210
Date d'inscription : 03/04/2016
Age : 30
Localisation : Noxus / Les iles obscures
MessageSujet: Re: Orianna - The Lady of Clockwork   Sam 25 Fév - 13:56

Bon alors,

Blablablablablabla blablablabalba blalbalblba
Déjà tout dit sur le discord et modifications faites :3

DONC!
BEE BOOP MO... validée quoi

donc!
Tu va déplacer tes petites fesses robotiques et aller voir les grimoires puis regarder les demandes de rp, voir en poster une ♥

amuses toi bien!



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Orianna - The Lady of Clockwork   

Revenir en haut Aller en bas
 

Orianna - The Lady of Clockwork

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Single Lady - Timberlake Parody
» The Lady
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Lady canichette Toy 12 ans (14) verson
» presentation lady voldemort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Path of Valoran :: Personnage :: Présentations :: Présentations Validées-