RP Francophone League of Legends
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Surprise, surprise ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/04/2017
MessageSujet: Surprise, surprise ?   Sam 29 Juil - 14:18

[Une traque ne s’arrête jamais ...]

Pas de soleil, pas de ciel étoilé, juste le noir à perte de vue … C’était parfait, pour se déplacer discrètement. La tempête dans laquelle j’étais entrée me cachait de tout regards humains. Mais même pour moi, cela restait vraiment dangereux. La foudre courait les nuages, et menaçait d’être attiré par ma cuirasse métallique. La mer, en dessous, était déchaînée, mais je ne voulais malgré tout prendre aucun risque.

Maintenant, vous allez me demander, « Mais Kayle, pourquoi les Anges sont immortels ? »

Je te répondrais « Pourquoi vous avez des cheveux ? »

Parce que c’est comme ça.

Plus sérieusement, vous allez me demander « Mais qu’est ce que tu fiches ici ? »

Pour la même raison que je suis en ce monde.

Morgana.

Je ne penses pas que la piste acquise me mène a elle, mais me permettras, au moins, de porter un gros coup à sa quête de puissance, et peut être même des infos plus précises sur sa localisation. Elle s’apprêterait à faire acheminer pas mal de reliques, d’objets, ou d’en expédier a certains de ces sbires, a des acheteurs ou autre. Entre autre, une plaque tournante de la contrebande de magie noire. Certainement pas la plus importante ni la plus influente, mais au moins une suffisamment grosse pour que cela porte un coup plutôt important à la quête de pouvoir de cette truie.

Cette expédition, près de Freljord, allait peut être s’avérer payante. Même si j’ai un très mauvais pressentiment.

Cette cachette n’avait pas contenu gr and chose, à part quelques reliques de moindre valeur, quelques corps vidés de toute vie, avec cette même lueur de terreur dans les yeux. Et ces archives, de transaction sur cette ville.

Ma cible. Ou du moins, une partie.

J’y arrivais enfin en vue. D’apparence, cela ressemblait à une ville côtière banale, sans remparts, des habitations aux toits colorés, que ce soit de bleu, de rouge ou de jaune, aux murs de crépis banaux. Plusieurs échoppes, pleines d’activités, que ce soient des teinturiers, des costumiers, des marchands ou même des bibliothécaires, donnait une impression de vie active à cette cité. Mais le plus impressionnant était son port, et ses docks. Plusieurs entrepôts, tous plus grands les uns que les autres, plusieurs bateaux amarrés, de nombreuses caisses, empilées ou non, encore plus de bétail, beaucoup de tonneaux … En bref, on avait réellement une impression de commerce actif, de vie, et d’activité dans cette ville. Le genre d’endroit qu’on ne suspecterais pas pour de la contrebande quelconque.

En fait si, si on part de ce principe, elle est carrément suspecte. Et si on part de celui là, elle ne l’est pas. Mais ça en deviendrait de la parano.

Seule chose : L’on ne peut être un bon garde/soldat/autre-représentant-de-l’ordre-et-de-la-justice si l’on n’est pas parano. Donc cette ville est définitivement suspecte. Il pourrait y avoir 9 gardes par villageois que je penserais que la moitié sont corrompus.

Je descendais finalement. Hors des nuages, hors de ce tonnerre. Quelques unes de mes plumes avaient légèrement noircies, dû à un éclair passé trop près, m’ayant arraché un juron et un gémissement de douleur, inaudible dans tout ce capharnaüm électrique et tempétueux, mais bien présent malgré tout. J’étais humide, le passage dans ces nuages chargés d’oxygène et d’hydrogène avaient alourdies mes ailes, rendant ma progression et les efforts à déployer bien plus importants. Mais pour la furtivité, cela valait trente fois le coup.

J’amorçais une descente, directement sur les docks. Sur toute la plate-forme de stockage et d’échange, l’aura de magie noire se dégageais. Elle était invisible lorsque j’étais encore si haut dans le ciel, mais maintenant que j’approchais de plus en plus, cette énergie visqueuse et noire se détachais de plus en plus violemment. Bien plus que ce que j’imaginais devait transiter par ici. Et l’idée même que certains rituels devaient avoir lieu dans cette ville me vint à l’esprit. Cela ne serait pas étonnant, on réduisait grandement les frais à produire sur place. De plus, cette ville devait regorger de proies suffisamment intéressante, même si je ne savais pas ce qu’elle pouvait trouver d’intéressant. J’avais consulté des registres concernant certaines de ses … « acquisitions » … Mais rien de bien spécifique n’était ressorti. Et cela me frustrait.

Peut être maîtrisaient-elles la magie, mais aucun rapport n’en faisait mention. Même chez certains mages que j’avais abattu, leur état civil ne faisait mention d’aucun éveil, pour peu que vous soyez suffisamment convaincant pour y avoir accès dans des cités n’étant pas sous votre juridiction.

Enfin bref. Un entrepôt se détachait parmi tant d’autres. La magie qu’il renfermait, qu’elle soit noire ou encore pure, pourrait même se toucher, tant elle était importante. Cela m’étonnais même que les murs n’aient pas pris la teinte de la magie noire qui prédominait malgré tout. Je m’en approchais, sans plus me cacher. Si jamais des mages noires étaient là, je devrais malgré tout les éliminer, et c’était impossible de se faufiler discrètement alors que j’étais bien plus large que grande, et brillante aussi. Je renvoyais aussi bien la lumière des quelques lanternes protégées qui subsistaient que la lumière de la foudre. Le plus simple serait de raser tout l’endroit. Mais trop d’innocents traînent dans les parages, sans savoir ce qu’ils transportent. Enfin, je pense. Je finis par me planter, devant cette porte, la lame au clair.

J’étais prête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 24
Date d'inscription : 21/05/2016
MessageSujet: Re: Surprise, surprise ?   Jeu 2 Nov - 9:39

Escoralba, on ne peut pas dire que ce soit ma première visite ici, sa position stratégique entre le marteau et l’enclume, enfin entre l’empire noxien et le royaume de Démacia en fait une ville particulièrement surveillée, et ce de toutes parts. C’est le cas d’autres bien évidement, il existe tout un chapelet de Duchés, Contés, Marches, Cités, Villes, Petits royaumes, peu importe le nom qu’ils se donnent, indépendants, qui font office sur des centaines de kilomètres de frontière, de tampon entre les deux grandes puissances du continent. Tous sont scrutés de part et d’autre et font l’objet d’une guerre souterraine qui débouche même parfois sur des escarmouches ouvertes. Moi j’appartiens la catégorie des ‘diplomates’ qui passent régulièrement apporter leur arguments et défaire ceux des autres pour conserver notre sphère d’influence, raison pour laquelle je connais particulièrement bien Escoralba. Outre une population plutôt cordiale et travailleuse, elle a trois avantages, ou inconvénients, bref des points stratégiques à prendre en compte et d’importance : Premièrement elle a un port très actif et fait du commerce avec Piltover (qui n’en fait pas cela dit ?). Deuxièmement, elle fabrique des armes et des armures, rien qui ne vaille notre fameux acier démacien mais de bonne et létale qualité néanmoins, pratique pour envoyer des ‘cadeaux’ pour aider des contrées en proie à l’attention de l’envahisseur en rouge. Enfin, elle est suffisamment dans la sphère d’influence démacienne pour ne pas souffrir la présence de noxiens en ville, ce qui en fait un port sécurisé où je passe volontiers pour me rendre dans des endroits disons… aux limites plus floues en ce qui concerne le coté de la balance où se dirige leur allégeance. Cela dit, je ne peux pas reprocher aux villes vraiment frontalières avec Noxus de vouloir jouer un peu sur tous les tableaux, voir de plier le genou devant l’empire. Quand une légion de fous furieux assoiffés de sang et de conquêtes vous demande de vous rendre ou de périr, courageux ou pas on prête un minimum d’attention à leurs paroles et on essaye de ne pas trop les contrarier en attendant un meilleur plan et/ou la cavalerie.
Bref, tout cela pour dire que lorsque Le Chevalier Kahina, ma supérieure au sein de l’ordre, et mon amie par ailleurs, m’a envoyé vérifier des rumeurs dans cette ville qu’on peut qualifier d’acquise à notre cause, je ne me suis guère inquiété sur leur véracité et ai rejoint la cité rapidement, sans encombre, en terrain parfaitement connu, avec dans l’idée d’enquêter certes avec attention mais me disant que la chose ne me prendrait guère de temps.

C’est fou comme la géographie peut changer du tout au tout lorsque le temps s’en mêle, en particulier l’impression de multiplication des distances. Escoralba, et moi-même hélas, sommes en train d’essuyer un des plus violents orages que je n’ai jamais vu. Les citoyens, raisonnables eux, sont tous calfeutrés dans leurs logis et ne comptent pas en sortir avant la fin des bourrasques qui menacent toute personne assez folle pour se promener dehors de se prendre une tuile sur le coin de la tête. Devinez qui est dehors et assez folle en ce moment ?
Je relève la capuche de ma cape pour la dixième fois au moins lorsqu’un nouveau coup de vent pluvieux, me donnant l’impression d’être soudain aspergée par un seau d’eau, la renverse. Les cheveux plaqués au visage par la pluie je pousse un soupir et maugrée dans mon écharpe de laine trempée et plus lourde qu’une côte de maille trop grande.

*Aller m’entretenir avec le contremaitre tout de suite niania, sera plus rapide, vérifications d’usage nianiania, mais pourquoi je suis aussi stupide parfois ! Et ce …ce … cette fripouille de maire, ‘mais bien entendu Lady Crownguard, il sera fait celons vos désirs, le contremaître se trouve sur le port’, gnnnnn.*

Chose rare, je suis de mauvaise humeur, voir même d’humeur noire, aussi noire que cette fichue météo qui est tombée sur la ville avec la soudaineté et l’abondance d’un pipi de vache et qui me force à faire le chemin à pied jusqu’au port pour aller voir un foutu contremaitre et vérifier son foutu chargement qui pourrait contenir, excusez-moi du peu, des foutus armes en acier démacien ! De la contrebande de ce que nous avons pour ainsi dire de foutu plus précieux ! Et à destination de qui je vous prie ? La foutu réponse est presque rhétorique, tout le monde est intéressé par du bon acier, mais une seule puissance à l’intention de s’en servir de manière aussi… foutrement mauvaise pour la santé d’autrui.
Cela-dit je garde mon jugement par devers moi pour le moment, il est aussi pas du tout improbable qu’une famille Piltovienne ai voulu récupérer des échantillons pour tenter de reproduire notre savoir-faire. Dans leur course au progrès et aux brevets, les piltoviens font preuve d’autant d’acharnement qu’une bande de Xer’sai sur une troupe de nomades malades et assoiffés (enfin si j’en crois les histoires qui circulaient parfois sur ces bêtes), et un acier légèrement résistant à la magie peut s’avérer utile lorsque l’on travaille en Hextech, du moins j’imagine. La magie est une source de pouvoir immense mais la canaliser et se protéger de ses effets dévastateurs reste une des gageures principales lorsque l’on manie une force capable de raser une ville en un clin d’œil… et ça, je suis très bien placée pour le savoir, pour mon plus grand malheur comme mon plus grand plaisir.
Bref, une fois de plus je m’égare, mais ne cesse de retourner toutes les implications dans mon petit crâne de blonde, cela m’épargne le fait de penser que je suis trempée jusqu’aux os et frigorifiée jusqu’à leur moelle. Je me mets à rêver du bain chaud que je vais commander à l’auberge, de la tisane brûlante qui l’accompagnera et du ragout fumant que j’envisage de dévorer au souper avec peut être un petit grog en guise de remontant final avant de dormir… Il me faudra bien ça pour avaler la cruelle déconvenue qui m’a accueilli lorsqu’aussi mouillé qu’une serpillère je me suis présenté aux docks pour me faire entendre dire que le contremaitre était rentré chez lui.

*Et maintenant Luxanna, le chevalier rayonnant, rebaptisé le chevalier trempé, rentre la queue entre les pattes et le poil tout mouillé en direction de l’auberge qu’elle n’aurait jamais dû quitter sous les sourires condescendants d’une bande de Dockers hilares qui doivent être en train de rire bien au chaud dans leur…*

Je suis presque sortie de la zone de déchargement lorsque qu'une chose me stoppe nette : je ne suis pas passée par cette partie-là à mon premier passage, l’hôtel de ville se trouvant non commodément à l’opposé de l’auberge, les docks au milieu, de sorte que m’étant rendu en premier auprès du maire, je n’ai pas encore eu le loisir de traverser le port bien que ma chambre, mes affaires et Feu Astral m’attendent patiemment à l’auberge grâce à un gentil petit ladre qui s’est empressé de me faciliter le choses moyennant un sourire et une généreuse pièce d’argent. Tout ceci pour expliquer ou justifier que mes sens cachés n’ont pas détecté la présence méphitique et la sensation grasse et poisseuse d’une forme de magie sombre probablement en partie dissimulée. Un frisson me parcours l’échine, et pas dû à la tempête cette fois, non seulement l’énergie que je ressens est mauvaise bien que relativement faible, mais aussi parceque j’ai horreur de me faire prendre par surprise ainsi par la magie sous n’importe quelle forme, moi qui tente de canaliser et cacher mes dons depuis ma plus tendre enfance.
J’abandonne aussitôt mon idée d’aller me réchauffer et bifurque vers la zone coupable, le bras légèrement en arrière, caressant mon sceptre pour me rassurer mais aussi pour le sortir si le moindre danger fait jour et le risque est grand, car une présence a fait presque soudainement son apparition au milieu du dégoulinement obscur, quelque chose de plus puissant, dont l’orientation sombre ou lumineuse ne m’apparait pas vraiment dans le brouet cacophonique composé par la situation présente. J’hésite à utiliser mes pouvoirs pour ressentir plus en détails l’énergie alentour mais avec la tempête je crains que les pulsations naturelles du monde ne soient tout autant embrouillées.
La situation se complique et ne me plaît pas du tout, et si les rumeurs de contrebande d’acier s’avéraient dissimuler plus sombre encore, impliquant de la magie noire ? A la réflexion, tout comme pour l’hextech la légère protection magique offerte par le métal démacien peut avoir une grande utilité pour qui se frotterait avec des forces obscures à dessein, l’on n’est jamais certain du degré de contrôle que l’on peut exercer sur la magie et sur ce type d’arcanes encore d’avantage.
Je presse le pas et fini par arriver prudemment et sans rencontrer âme qui vive près d’un carré d’entrepôts à l’aspect terriblement banal qui clame son innocence de zone parfaitement normale malgré ce que doit renfermer l’une de ces bâtisses. Je finis par opter pour le port du bâton sortit car la seconde présence se fait de plus en plus prégnante et inquiétante, je ressens son approche, en hauteur curieusement, comme si cet ouragan n’était pas naturel, au vu de sa force ce ne serait presque pas étonnant. Je suis au coin du premier bâtiment, prête à traverser l’espèce de petite cours de bois pour aller jeter un œil vers le coupable juste en face de moi lorsque ma vue est bouchée par…

"Non de…"  *PAR LA JUSTICE !*

J’étouffe aussitôt mon exclamation qui se retrouve de toute manière noyée dans le doux murmure du vent occupé à tenter de démonter tout ce qui peut l’être, mais maintiens mes yeux écarquillés et grands ouverts tout comme ma bouche qui pourrait servir d’aquarium à un banc de mérou particulièrement aventureux.

La créature qui vient d’atterrir avec une grâce… légèrement relative, merci la tempête, est à la fois majestueuse et presque l’incarnation parfaite de la martialité dans toute sa splendeur. Grande, brillante même sous les déferlements d’eau, d’immenses ailes blanches se repliant pour mieux laisser apparaitre une épée aussi longue, épaisse, et impressionnante que celle de mon frère, le coté doré clinquant en plus.
Je finis par fermer la bouche, avaler un semblant de salive et d’embruns, dégager mes yeux embrouillés par une mèche blonde baladeuse et m’apprête à faire, hé bien pour être franche je n’en ai aucune idée, la situation m’échappe totalement.
Heureusement dans mon total abasourdissement j’ai manqué de la précaution la plus élémentaire qui habituellement ne me fait pourtant pas défaut : la discrétion. Même avec ces bourrasques qui hurlent et l’eau qui martèlent, ma présence ne semble pas vraiment avoir échappée à la forme ailée devant moi. Dans un mouvement à la fois vif et ample qui tiens du même genre d’effet que le déploiement d’une grande voile par vent fort, elle se retourne et m’hurle de me montrer en me traitant de lâche… du moins je le devine en reconstituant les paroles hachurées par les sifflements furieux dans les câbles des navires proches.

*Elle n’a pas pu m’entendre avec ce boucan… c’est autre chose qu’elle a senti, tout comme c’est autre chose qu’elle est venue chercher dans cet endroit.*

Je reste un peu indécise et puis affermie ma main sur mon sceptre, un démacien ne recule pas devant le danger, il l’affronte, et un Crownguard encore moins. Ce sera peut-être une piètre consolation lorsqu’il ne restera plus de moi qu’une petite chose recroquevillées et sanglante mais enfin… Je me décale d’un pas et sort de l’angle dans lequel je me dissimule plus ou moins, et fais deux autres pas pour me rapprocher de la guerrière, oui ière, car la forme de l’armure devant ne laisse aucun doute sur ce qu’il y a dessous bien qu’elle soit aussi féminine qu’une bande de commandos déguisés en soubrettes.

"Ce n’est guère poli d’insulter une inconnue, car enfin j’étais là en premier, votre apparition était soudaine."

Je crie un peu pour me faire entendre au-delà de la tempête, pas trop pour ne pas sembler agressive, encore que je ne me fais aucune illusion sur l’aspect pitoyable que je dois offrir, si la femme ailée s’attend à un adversaire de valeur elle doit être déçue de mon apparence de chaton mouillé.

*Et tu sais que c’est un réel atout de te faire sous-estimer, même si c’est vexant à la longue.*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/04/2017
MessageSujet: Re: Surprise, surprise ?   Mer 8 Nov - 15:44

La pluie battante se faisait sentir bien plus durement que n’importe quel autre temps pour moi. Non seulement parce qu’il rendait le ciel difficilement praticable, mais également car la lourdeur des millions de gouttelettes d’eau qui s’écrasaient au sol s’accumulais également entre mes plumes, rendant mes ailes bien plus lourdes qu’elle ne le devrait. De plus, elle réduisait considérablement l’efficacité de ma lame. Invoquer des flammes était bien plus compliqué quand ces dernières s’éteignaient presque automatiquement. Ajoutez à cela le caractère côtier d’un port, et vous obtiendrez une saturation en eau ambiante que je déteste.
Le seul bon point de la pluie est son côté bruyant. Une pluie battante comme celle-ci réduit les sons même relativement bruyants à l’état de plume tombant au sol. Ainsi, j’ai pu me rapprocher bien assez près sans éveiller de soupçons, afin de détailler la porte massive qui me faisait face.
Le métal qui la recouvrais était rouillé à plusieurs endroits. J’avais entendu dire pourtant que les dockers entretenaient leurs entrepôts comme si c’était leur poule aux œufs d’or, ce qui n’est pas forcément qu’une comparaison. Les gonds commençaient également à se détériorer, ce qui est franchement étrange. Je pouvais également ressentir, et presque voir, des effluves noires, visqueuses et épaisses, s’écouler de par les embrasures de la porte. Cela pouvait expliquer l’état de cette dernière, si toute la magie que contenait cet entrepôt corrompait ce dernier, alors tous les soins de tous les dockers réunis, utilisant tous leurs outils et leur savoir-faire, ne pourrait rien y faire. La porte finirait par tomber d’elle-même, profondément rongée. Ces dockers étaient inconscients de tout ce qui était stockés ici. Mieux qu’ils le restent.

« Hmm ? »

Je ressentais une présence, non loin. Il y avait bien toujours des travailleurs à cette heure-ci, mais rien qui ne dégage autant de … présence. Ma sœur savait-elle que j’étais déjà sur les lieux ? Que j’étais déjà au courant de cet entrepôt ? Cela m’étonnerais grandement. Aussi rapide l’information soit, elle ne peut retracer de nombreuses heures de vols entre les montagnes freljordiennes et ici. C’était impossible. A moins qu’elle n’ait des espions dans la ville, ce qui ne m’étonnerais pas le moins du monde non plus. Cependant, je ne détectais pas de magie négative, corruptrice, noire, en dehors de cet entrepôt. Remarque, il empestait tellement le vice que c’était parfaitement possible qu’il absorbe toutes mon attention et que je ne puisse en ressentir d’autre, même aussi près.

La pluie qui s’infiltrait dans mon armure, me glaçait le sang même au travers de ma combinaison, n’aidait pas non plus à me concentrer. Même si je ressens bien moins le froid ou les changements brutaux de température que les humains, j’y reste malgré tout un peu sensible. Mes ailes détrempées n’aidant en rien. J’étais bien plus agressive que je n’aurais dû, mais je n’étais pas non plus venu pour faire du tricot.

« SORS D’ICI SI TU L’OSES, LÂCHE ! »

Il fallait que je sache si c’était un espion de ma sœur, un assassin, ou juste un passant, voir même un potentiel allié. Mais ce que je vis sortir était loin d’être ce à quoi je m’attendais. L’aura qui la caractérisais était d’un blanc éclatant, légèrement prismatique. J’eu donc l’information que mes sens n’étaient pas brouillés par l’immondice concentré de magie noir qui auquel je tournais désormais le dos, afin de faire face au trouble-fête. Une jeune femme me faisait face, humaine, mais avec un bâton aux extrémités lumineuses. Elle me reprochait mon manque de politesse, de ce que je comprenais malgré la pluie battante, et semblait aussi trempée que moi, sinon bien davantage. Elle n’avait cependant pas l’air d’être des plus agressives, auquel cas elle ne se serait pas montrée. Une ruse peut toujours être d’actualité, cependant.

Je rabaissais ma lame. Je n’avais aucun intérêt à faire du bruit inutilement et alerter quiconque d’autre de ma présence ici. Je rectifiais ma position, faisant aller mes ailes pour essayer d’en dégager l’humidité, ce que je savais pertinemment inutile mais impossible à réprimer, et me rapprochais doucement, évitant tout gestes hostile, jusqu’à être à portée de voix suffisante pour me faire entendre pleinement.

« Mes excuses, ma Dame. Je vous pensais être l’un des potentiels gardien de ces lieux. Néanmoins, pour votre sécurité, je vous demanderais de partir. Rester ici vous serait bien trop dangereux. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Surprise, surprise ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Surprise, surprise ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Baptême surprise de Petite Plume.
» Surprise !!! (D'un homme commençant par Cu et finissant par Dy ?!?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Path of Valoran :: Valoran :: Cités indépendantes :: Escoralba-