RP Francophone League of Legends
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Des étrangers parmi les Hommes [PV Ahri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
HAMSTER DE MATHS
Messages : 63
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 25
MessageSujet: Des étrangers parmi les Hommes [PV Ahri]   Mer 11 Oct - 20:58

Cela faisait déjà plusieurs jours que j'errais à Ionia. L'île était relativement grande et même pour moi, la parcourir était assez long. Enfin, surtout quand il fallait en plus s'assurer de n'avoir rien manqué sur ma route. Et donc demander à la moindre personne susceptible de m'aider si elle avait une quelconque information à fournir. Et le plus souvent, à mon grand regret, ces gens n'avaient rien de bien tangible à me donner, sinon des "on dit". Rien de bien précis, donc. Ainsi, ma petite aventure continuait, à travers les contrées éparses de la belle Ionia.

Tout cela était dû à Shen. Il avait insisté, à sa façon, pour que je recherche la cause de la perturbation qui affectait la nature ionienne. Il était le seul à entendre les esprits, le seul, et aussi le seul à bien comprendre dès la départ ce qu'ils voulaient vraiment qu'on fasse... Enfin, ça, c'était la plupart du temps... malheureusement trop souvent, car mystérieux comme il était, je ne comprenais bien souvent pas ce qu'il entendait derrière les mots qu'il avait soigneusement choisis pour présenter la chose. Mais pour rester sur le sujet, il m'avait encore une fois envoyé vers un sujet vaste et épineux.

Qui disait épineux, disait besoin d'aide. Pas Akali, bien entendu. Pas même un ninja, par ailleurs. Mais j'avais besoin cette fois d'un Vastaya. Rien que ça. Ces créatures humanoïdes dopées à la magie presque autant que les Yordles. Ou peut-être plus. Je me basais sur des histoires racontées, après tout, je ne pensais pas en avoir rencontré jusqu'à maintenant. Car certains étaient même très doués pour se dissimuler. Afin de ne guère corser les choses. Merde.

J'étais donc dans un village. Un énième village. Aujourd'hui était jour de marché, aussi les habitants étaient dans la rue, à acheter les produits du quotidien pour eux et leur famille. C'était quelque chose que j'avais connu il y avait un long moment. Alors que j'étais encore parmi les miens. Enfin, était-ce encore les miens, après que je les ai reniés de la sorte ? Bref, ce marché était au travers de mon chemin, et j'avais là une superbe excuse pour trouver des gens à qui poser ma question.

Je m'approchais, sur un toit, pour observer un peu la foule. Toutes ces personnes ne me seraient pas utiles, il fallait juste repérer celles qui parlaient à tout le monde. Je n'étais pas doué pour la discussion, donc autant m'éviter du travail si je le pouvais. Quelques hommes et femmes semblaient intéressants dans le lot, mais une personne en particulier attira mon attention à cet instant. Une femme, bien proportionnée si l'on suivait les goûts humains - que j'avais appris à connaître à force de les côtoyer, il fallait le croire - tout en ayant une grâce remarquable dans ses mouvements. Le chapeau sur sa tête avait quelque chose d'étrange. Des espèces de battements, le faisant légèrement bouger. Mais ce n'était pas en adéquation avec les mouvements qu'elle faisait.

Je me mis à la suivre des yeux, puis à avancer doucement pour rester à sa hauteur. Je descendais ensuite dans une ruelle adjacente, restant en partie accroché au toit pour m'assurer de garder de la hauteur. De là, je jetais un petit caillou à ses pieds, dans l'espoir d'attirer son attention. Une fois qu'elle m'aurait vu, il faudrait seulement qu'elle vienne vers moi, en espérant ni qu'elle ne fuie, ni qu'elle ne s'en fiche tout simplement...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 18
Date d'inscription : 08/05/2016
MessageSujet: Re: Des étrangers parmi les Hommes [PV Ahri]   Jeu 2 Nov - 18:51

Les embruns salés de la proximité de l’océan, titillaient ma langue à des kilomètres à la ronde. Il y avait longtemps que je n’étais plus venue sur ces villes côtières. Au moins… Quinze, ou peut-être vingt ans. J’en gardais des souvenirs de massacres, dont je ne suis pas vraiment fière.

Il y avait fort peu de Vastayah, par ici. Déjà, parmi les lieux fréquentés par ceux que les humains aurait appelé mes « semblables », bien que ce soit comme comparer un homme à un veau sous prétexte qu’ils appartenaient à la même famille de mammifères, j’avais tendance à me cacher, pour ne pas attirer l’attention sur mon aspect bien particulier. Ici, je ne pouvais voir que des humains à la ronde, et ce depuis plusieurs jours. Même les marchands Vastayah les plus acharnés ne semblaient pas s’éloigner autant que ça des terres sauvages, ou du moins, rarement, puisque je ne pouvais pas en apercevoir un seul.

Alors évidemment, je m’étais dissimulée, une fois de plus. Un long manteau, malgré la chaleur ambiante, et un chapeau de paille sur la tête, ou mes oreilles étaient rentrées.
Ces rues empestaient des odeurs de poissons grillés et de fruits pourris. Les étals jetaient sur le côté toute la marchandise qui ne pouvait plus être vendue, tournées par la chaleur. Près des côtes, les fruits de la mer se vendaient largement, crues, cuites, prêtes à être mangées aux heures des repas, achetées en brochettes par les passants.
Je savais le goût que tout ça avait. Je l’avais découvert dans des souvenirs consommés il y a bien longtemps. Et aujourd’hui, tout ça m’empêchait la découverte par moi-même.
Il y avait bien longtemps que je m’étais promis de ne plus refaire ces mêmes erreurs. Bien sûr, il m’arrivait de temps à autre de goûter à de nouveaux plaisirs colorés de souvenirs. Mais je n’en prenais plus jamais trop, ne me risquant plus jamais à aller au delà des limites que leur esprit pouvait supporter. Jamais plus loin que ce qu’ils pouvaient régénérer… Sauf bien sûr quand il ne s’agissait que de me défendre, contre des envahisseurs un peu trop agressifs.

Ma langue était amère, et ces odeurs m’écoeuraient.

Je finis par fuir dans une ruelle adjacente, moins bondée, le temps de reprendre un peu ma respiration et de me calmer. De tenter de sortir ces vieux souvenirs de ma tête. Un petit bruit attira mon attention, me rouvrir les yeux.

Un gravier ?

Rien de bien particulier. Sans doute tombé d’un toit, ou il aurait pu arriver avec un coup de vent trop fort. Je levai néanmoins machinalement les yeux, par réflexe. Et me crispai soudainement.
Une paire d’yeux m’observait, là-haut.
Je plissai légèrement les miens, me demandant qui pouvait bien se trouver là, calfeutré dans un si petit espace.

« Voila qui est assez malpoli, de lancer des cailloux sur les gens… »

Il s’agissait probablement d’un enfant, vu son gabarit. Qui devait faire une blague. La débrouillardise des jeunes pour grimper partout était impressionnante… Du moins, pour un enfant humain. Ce n’était pas comme si je manquai d’agilité, pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
HAMSTER DE MATHS
Messages : 63
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 25
MessageSujet: Re: Des étrangers parmi les Hommes [PV Ahri]   Sam 23 Déc - 10:03

J'avais vu passer dans ses yeux un peu de ce que j'aurais décrit comme... de l'incrédulité sur le début. En me voyant ainsi perché sur le bord du toit, j'avais imaginé de nombreuses réactions possibles et celle-ci en faisait parti. Si seulement je pouvais savoir ce qui lui passait par la tête... Car rien ne m'assurait réellement qu'elle avait saisi ma véritable intention. Et ses quelques mots me laissaient penser qu'elle n'avait même pas vu le fait que je sois aussi un non-humain. A moins que ce ne soit pour ne pas éveiller de soupçons si quelqu'un nous avait remarqué ? Bon, impossible de le savoir.

Afin d'attirer son attention avec certitude, je retirais ma capuche et baissais mon masque, révélant ma face, un peu inattendue dans un endroit du genre. Les Yordles ne courraient pas les rues ici, encore moins que les hommes-bêtes. C'était dire. Sans doute que les gens normaux me prendraient pour un Vastayah s'ils me voyaient. Mais elle ? Bon, de toute façon, l'effet était plus ou moins certain.

"Accordez moi un instant, s'il-vous-plaît."

Ma voix était posée, calme, alors que de la main, je lui faisais signe de s'enfoncer dans la ruelle.D'un mouvement agile je remontais sur le toit, suivant la bordure fragile comme si de rien n'était. Après tout, les Yordles étaient bien les seuls à pouvoir se vanter d'être aussi petits, et surtout, aussi légers. Autant profiter de cet état de fait.

L'unique but était bien entendu de s'écarter un peu du champ de vision des humains, et aussi de la portée de leurs oreilles. Les mots qui risquaient s'être prononcés n'étaient guère destinés à ces bipèdes. Au final, la plupart des maux des humains... Etaient eux aussi causés par des humains.

Je m'arrêtais au milieu de la ruelle, jetant des coups d'oeils à droite et à gauche, montrant nettement mon appréhension à l'idée d'être suivi ou surpris par une arrivée impromptue.

"J'aurais pu m'excuser pour le gravier, mais je pense que ni vous ni moi n'avons de raison de penser qu'il y a eu un mal de fait. Je m'excuse cependant de vous déranger lors de ce jour de marché particulièrement bondé, si vous tenez absolument à recevoir des excuses."

J'aurais voulu en plaisanter, mais mon visage restant relativement neutre. En temps normal, j'aurais simplement ri, tenté d'autres crasses, mais je gardais ces envies pour moi. rester froid et objectif. C'était la seule chose à faire.

"Cela dit, je tenterai de vous occuper le moins de temps possible. Il n'est pas dans mes habitudes d'aborder ainsi de jeunes femmes, alors je vous prie d'excuser tout dérapage de ma part."


Bon, même les hommes. Jeunes comme vieux. Le Kinkou était quelque chose de particulier, mais j'étais assez mauvais en relations sociales avec les personnes normales, ce n'était pas un secret. Du moins, ce n'en était pas un pour mes alliés proches.

"J'aurais une requête à vous soumettre avant de continuer, si vous le permettez. Pourriez vous retirer votre couvre-chef, juste quelques secondes. Je ne voudrais pas me méprendre, si vous voyez ce que... je veux dire."

Mon regard restait posé sur elle. Je commençais moi aussi à lui trouver un charme certain, même si je devais me souvenir d'une chose. De par sa nature, elle restait dangereuse...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 18
Date d'inscription : 08/05/2016
MessageSujet: Re: Des étrangers parmi les Hommes [PV Ahri]   Dim 25 Mar - 10:41

Mes yeux ne lâchaient pas le petit – ou la petite ? Difficile à dire – malpoli qui m’abordait ainsi. Rapidement, mes soupçons sur son statut d’enfant furent effacés, en apercevant sa paire d’oreilles qui montaient vers le ciel. Un Vastayah ? Je l’aurais cru jusqu’à ce qu’il retire son masque. Mais son visage ne m’évoquait aucune race présente ici. J’avais déjà vu ça quelque part, cela dit… Il me fallut quelques instants, à chercher dans ma mémoire, et celle de tous les autres que j’avais absorbés, pour obtenir une réponse, aussi loufoque soit-elle. Qu’est-ce qu’un Yordle pouvait bien faire ici, dans une tenue de…
De quoi, d’ailleurs ? Je n’en avais jamais vu de telle, dans toutes ces vies vécues. Sans doute était-elle unique en son genre. Néanmoins, son manque acharné d’étiquette m’irritait au plus haut point. A se demander où il avait été éduqué. On aurait dit un de ces envahisseurs, incapable de suivre la moindre règle de politesse.

« On ne s’excuse pas soi-même, en général. On demande humblement à la personne offensée si elle veut bien le faire. »

Difficile de déterminer si je pouvais accorder le pardon dû au jeune âge à cette… personne. Il ne parlait pas comme un enfant, mais presque. Du peu que je savais des yordles, il pouvait tout aussi bien être plus vieux que moi.
Sa réflexion sur le fait d’aborder les jeunes femmes me fit hausser un sourcil. Il ne manquait pas de culot, il fallait lui reconnaitre. Après tout, s’il attendait quelque chose de moi, j’avais la main sur la discussion. La leçon d’étiquette allait pouvoir continuer.

« Prier d’excuser, voilà qui est mieux. La première des choses à faire est de se présenter, lorsqu’on s’adresse à quelqu’un. Vous me mettez dans une position embarrassante, puisque je ne sais comment vous appeler ou vous nommer, en ce moment même. »

Peut-être était-ce les mœurs locales qui étaient différentes. Ou bien cette génération était vraiment malpolie. Pour moi qui avais appris la vie humaine à travers des vues et des souvenirs datant de bien des générations, ces mœurs étaient ancrées au plus profond de moi.

« Vous-même reconnaissez qu’il peut-être dérangeant de ne pas savoir à qui on a affaire. Je ne le retirerai pas, mais si la question porte sur ma nature, je suis effectivement une Vastaya. »

Après tout, lui-même était une créature improbable en ces terres, aussi, peu de risque de déclencher la curiosité ou la peur humaine en m’adressant à lui. Mais il suffisait qu’une personne curieuse m’ait vu tourner là, ou que le hasard amène un humain dans cette ruelle, et la boule de neige serait partie. Surtout que ces contrées avaient la légende tenace, ne voyaient pas souvent de Vastayas, et risquaient de m’associer avec leur vieille peur de la femme renarde dévoreuse de vies dont leurs arrières grands-pères les avaient sans doute mis en garde… A raison.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Des étrangers parmi les Hommes [PV Ahri]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des étrangers parmi les Hommes [PV Ahri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nain parmi les hommes
» Eren "Týr" Hakansson, Asgardien parmi les hommes
» Lady Sif > Déesse de la Guerre > une femme parmi les hommes.
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Haiti parmi les 22 pays les plus menaces par la securite alimentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Path of Valoran :: Ionia :: Autres provinces-