RP Francophone League of Legends
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Etrange escorte (Kayn/Hiro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Mar 30 Jan - 13:29

Les destriers vidoriens étaient des bêtes magnifiques. Il avait "emprunté" un animal sans signe distinctif, et avançait à une allure modérée pour préserver sa monture. Ce n'était pas la meilleure ni la plus rapide qu'il ait pu dénicher, mais elle suffisait largement à sa cause. Il était temps de retourner sur ses pas, rejoindre le port où il avait déjà une entrée pour son voyage retour. Il allait devoir la jouer fine une fois sur place mais ne voulait pas jusque là risquer de manquer son navire. Il avait de la marge mais l'on n'était jamais trop prudent, il savait d'expérience qu'imprévus et ralentissements pouvaient surgir à tout instant.

Même s'il évitait les voies les plus fréquentées, son choix l'avait amené sur les routes. Son arme était emmaillotée dans un épais tissu qui rendait sa forme méconnaissable et était attachée derrière sa selle. Le reste de ses fontes étaient légères. Il était prévoyant mais ne s'encombrerait jamais de superflu. Surtout qu'il savait par avance devoir finir le chemin à pied.
Par souci de discrétion, il s'était vêtu aux couleurs locales. Sa robe noire l'identifierait immédiatement comme ionien, même si elle masquait de façon optimale son membre corrompu. Il pourrait la revêtir à nouveau à l'extérieur de la zone conquise. En attendant il avait recouvert son bras avec la cape attachée à son épaule, par dessus le lin de son habit et la protection sommaire en cuir. Il le gardait plié devant lui, comme s'il était blessé ou infirme. Cela le forçait à chevaucher d'une main, mais son animal était bien dressé et il n'avait aucune difficulté à le diriger.
Détail mais non des moindres, il avait changé de coiffure et libéré une partie de ses cheveux pour couvrir son visage. Le reste était attaché en une queue lâche, ce négligé étant tenu pour responsable de son anonymat "involontaire". De loin cela faisait assez bien illusion, mais il se dérobait aux patrouilles, contournait les noxtoraa et les points de contrôle. S'il voulait arriver sans encombre, autant ne pas s'attirer d'ennuis et faire profil bas le plus longtemps possible.

Le vol avait dû être signalé à présent. L'écurie de sa monture était toujours lisible, il n'aurait pas pu saboter le marquage sans soulever des questions. Arrivait le moment où il devait s'en débarrasser. Un cheval vivant donnait beaucoup moins d'indices qu'un cadavre, et il ne souhaitait pas être tracé.
Il s'engagea sur un chemin transversal. Personne en vue, il talonna sa bête entre les arbres. Il ne s'enfonça pas trop dans la forêt, juste assez pour ne pas être visible depuis la route. Il déchargea entièrement le hongre, jusqu'à sa selle et sa bride. A partir de maintenant, il ne laisserait plus aucune piste. Il les dissimulerait plus loin, là où l'on ne pourrait jamais les retrouver. Puis il s'attela à la tâche ingrate qui consistait à rendre sa monture impossible à identifier.
Le cheval hennit, se cabra et fila sans demander son reste. Son cavalier évita la ruade et le regarda faire sans chercher à le retenir. La douleur et l'odeur de cuir brûlé l'avait mis en fuite rapidement, ce qui était l'effet recherché. Dans sa panique et encore relativement en forme, il pourrait courir longtemps. Quand on le retrouverait, son origine ne serait pas évidente à déterminer, sa destination et son parcours encore moins.

~

Le jour commençait, doucement mais sûrement, à décliner. Le silence était pesant. Il marchait depuis des heures, et devrait encore le supporter quelques jours avant de revoir une figure humaine. Heureusement, il négocierait directement avec des Bilges, même s'il devait payer leur silence, c'était plus sûr qu'en face de Noxiens.
Loin de la vue de quiconque, il avait cédé à une impulsion et revêtu ses propres couleurs, dans lesquels il se sentait plus à l'aise. Rhaast restait en revanche empaqueté, car cette opération lui avait pris du temps. En cas d'urgence sa lame trancherait sans mal le tissu qui l'entourait. Et il se sentait moins oppressé depuis qu'il était privé de contact direct. Ce qui était également la cause de son silence. Cela ne le privait pas de parole, mais Kayn soupçonnait le Darkin de vouloir le "punir" pour le traiter comme une simple marchandise. Grand bien lui fasse, cette arme était bien trop bavarde.

A l'affût, ses sens détectèrent une présence. Il entendait le bruit caractéristique de feuilles foulées. Un petit groupe, assez proche. Pas de branches cassées, ces voyageurs se voulaient discrets. Moins discrets que lui cependant. Il se rapprocha, tapi dans le silence de l'ombre. Ils étaient trois. De petite taille. Poilus. Ce n'était pas sans lui rappeler une précédente rencontre. Mais eux semblaient moins répugnants. A croire que les Yordles pullulaient à Noxus. Attends, les Yordles avaient-ils une queue ? Ces trois-là avaient toutefois un point commun avec lui-même : ils progressaient loin des sentiers battus. Ils ne voulaient pas attirer l'attention.
L'une des créatures semblait plus autoritaire et avait pris la tête de la petite expédition. L'assassin l'entendit recommander - une fois de plus, d'après son ton - la prudence. Il semblait assez méfiant malgré le désert arboricole qui l'environnait, et Kayn pouvait difficilement lui donner tort. Qui savait ce qui se cachait dans les ombres de la forêt ?

Shhhh...

Venant de nulle part et de partout à la fois, le murmure résonna entre les arbres comme le souffle du vent. Une voix spectrale, douce et séductrice, indéniablement masculine. L'écho s'effaça aussi rapidement, donnant l'impression d'avoir rêvé. Ce n'était sans doute que le vent.

Le petit groupe s'était arrêté, comme attendu, et il observa la réaction de chacun. Satisfaite, l'ombre s'évapora, pour reprendre consistance dans une petite clairière à quelque distance de là. A leur allure, ils arriveraient à sa position dans quelques minutes. Quelques minutes étaient plus de temps qu'il ne lui en fallait.
Le jeune maître disposa ses affaires comme pour un bivouac et constitua un petit foyer, qu'il n'alluma cependant pas. Il dissimula Rhaast sous des fougères à portée de main, puis se cala, assis dans une position de repos, contre un arbre. De longues mèches revenaient toujours sur son visage, couvrant efficacement la marque du Darkin. Il ferma les yeux, régula sa respiration, et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'avais son honneur
Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2016
Localisation : Gouvernement
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Jeu 1 Fév - 21:23

Hiroyuki se trouvait à la tête de la petite expédition en territoire noxien. Un territoire plutôt hostile pour les personnes de son genre; les humains d'ici semblaient apprécier la fourrure uniquement lorsqu'elle leur servait de vêtement. En tout cas, que lui et ses compagnons soient les bienvenues dans la région ou non, il s'agissait d'une étape obligatoire pour rejoindre un pays connu sous le nom d’Ionia. Là-bas, il espérait rencontrer des personnes à même de l'aider pour découvrir un remède. On lui avait décrit Ionia comme une terre charmante regorgeante de plantes rares en tout genre et habité par un peuple mystique, bien qu'humain. Très certainement qu'ils seraient plus accueillants avec les doskaïs et assez doués en herboristerie ou magie pour venir en aide au Gouverneur de la Guérison et à son propre peuple.

Ils marchaient avec discrétion sur les sentiers battus, à l'abri des regards humains les plus courants. Routes et chemins furent bien pratiques pour aller rapidement à destination, mais leur emprunt était proscrit pour cause de dangerosité. Avec Gnar au bout du bras, le Gouverneur voyageait à pattes. Ce petit garçon se montrait énergique et enthousiaste, doublée d'une curiosité enfantine très attendrissante. Il fut assez grand pour marcher de lui-même tout le long du voyage, mais lorsque la fatigue se faisait sentir - ou peut-être la lassitude - Gnar se réfugiait dans sa queue pour se reposer. Le plus difficile fut toutefois de lui faire comprendre l'importance de la discrétion en ce territoire étranger. Imprudent car trop jeune, cette boule de poils se détachait parfois des doskaïs pour vadrouiller sur un coup de tête, ou suivant une odeur qui lui plaisait. Aaaah, assurément que la cuisine humaine se trouvait alléchante; plaisante à la truffe à souhait, mais partager ou vendre à des doskaïs ne semblaient pas leur venir à l'esprit en premier. De ce fait, il avait réussi à le sauver de toutes ses pitreries hilarantes d'un point de vue extérieur mais horrifiantes quant aux risques encourus. L'idée qu'il lui arrive du mal était insupportable à Hiroyuki, animé d'une volonté de protéger cet enfant... comme le sien.

Kay avançait prudemment à ses côtés et échangeait silencieusement avec lui via le lien de temps en temps. Parfois, il partait légèrement devant en éclaireur, se camouflant efficacement quel que fut le décor de leur environnement. Si au début le Gouverneur avait songé à qualifier cela d'excès de zèle, il lui en était reconnaissant à présent sur des terres humaines. Ce jeune disciple du Silence souhaitait vraiment faire tout en son pouvoir pour aider Hiroyuki et il lui en était reconnaissant. Le Gouverneur ne se servait plus des ailes sacrées depuis que Gnar et Kay avaient rejoint son expédition, d'ailleurs. Porter Gnar dans les airs avec sa queue aurait pu faire l'affaire, mais avec Kay au sol, il perdait tout l'intérêt de se déplacer rapidement avec ce don. Une part égoïste de lui se félicitait d'avoir des raisons valables de ne plus s'en servir; le contrecoup de l'utilisation des ailes lui faisait souvent reconsidérer ses options. Il aurait toujours cette solution pour organiser une fuite d'urgence et il préférait que cela s'apparente à de l'urgence imminente. Maître Kalyo l'avait-il surestimé ?

Alors que la lumière du soleil déclinait, les ombres de plus en plus allongés recouvraient les doskaïs. L'heure des démons approchait, il était préférable de s'arrêter prochainement. Par pure habitude, Hiroyuki réitéra à haute voix son conseil le plus répété. Il l'avait naturellement prononcé dans la langue doskaï, mais un observateur extérieur aurait rapidement compris au vu de son attitude non-verbale. Soudain, une voix spectrale retentit autour d'eux. Douce et séductrice, elle s'évapora presque immédiatement alors que les oreilles des doskaïs se dressèrent à la recherche de la source. Ce fut un arrêt total du groupe. Sans nul doute, cette voix appartenait à une entité démoniaque ! Le crépuscule était encore trop lumineux pour que le démon décide d'agir, mais suffisamment sombre pour signaler sa présence et récupérer l'énergie de leur peur.

Hiroyuki et Kay avaient adopté la posture défensive par défaut d'un doskaï : la queue en avant, recourbée comme un bouclier entre leur ventre et un prédateur prêt à bondir. Il s'agissait plus d'une position de défense instinctive que réfléchie et ne détectant rien, ils revinrent à une posture moins alerte. Gnar gronda après le vent mais se réfugia dans la queue de son protecteur inquiet. Ils gardèrent leurs oreilles à l'affût d'un autre bruit qui ne vint pas. Les mains de Kay et du Gouverneur se réunirent un instant pour se transmettre un sentiment rassurant et des directives silencieuses. Il fallait s'éloigner légèrement de cet endroit. Il aurait presque envoyé Kay en éclaireur, mais à cette heure, après avoir perçu un bruit pareil, ils ne devaient surtout pas se séparer. Ils avancèrent.

Prudemment, Hiroyuki sorti d'un buisson devant eux qui révéla une scène étrange. Un humain avait les jambes tendues, adossé contre un arbre. Certainement assoupi et de sexe masculin à l'absence de mamelles apparentes sur sa poitrine. Les hommes semblaient plus belliqueux et parfois bien territoriaux, plus que les femmes. À part cette présence pour le moment tranquille, les affaires de l'homme étaient disposées comme pour un camp de fortune. Ce garçon était habillé avec des couleurs qui n'évoquaient pas Noxus, pour autant, il fallait rester méfiant. Plutôt prévenant, il avait même préparé un foyer pour un petit feu. Cependant, avait-il conscience qu'un démon rôdait par ici et que la nuit poignait ? Gardant bien Gnar dans sa queue et intimant son groupe à se taire, il réfléchissait en quelle langue le réveiller.

Le dialecte noxien était-il le choix le plus judicieux bien que le plus logique ? Surtout qu'il le parlait très mal, manque de vocabulaire et de pratique oblige. S'approchant de quelques pas sur la pointe des pattes, il garda une distance de sécurité. S'il était noxien, il pouvait les menacer, même s’il n’avait pas remarqué d’armes près de lui. D'un ton qui se voulait avenant, Hiroyuki éructa avec un accent horrible les syllabes qui composaient les mots suivants dans le langage noxien :

Bonjour. Pas danger nous. Nuit danger. Mal tout près.

On aurait pu décrire le Gouverneur de la Glace comme un véritable sauvage après cette démonstration d'élocution de haute voltige. Non seulement l'accent le rendait presque incompréhensible, mais en plus son accoutrement trahissait sa misère pour les humains. Peut-être parlait-il mal, mais au moins, la pierre de son diadème lui permettait de comprendre plus facilement les intentions transmises dans les paroles et de récupérer plus vite les mots de vocabulaire nécessaires. Aurait-il l'occasion d'apprendre un nouveau mot pour "Oust" ? Gnar enterra son visage dans la queue de Hiroyuki pour se cacher et Kay prit une pose défensive tandis que le vagabond sortait de son léger sommeil. Le sourire bienveillant du Gouverneur accueillit le réveil de l’erre qui tourna la tête vers eux. Aurait-il besoin de répéter ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Ven 2 Fév - 12:26

Le souffle long et tranquille, tout portait à croire que l'inconnu dormait. Lorsque la voix rompit le relatif silence de la forêt, ce dernier remua légèrement, comme s'extrayant à regret d'un sommeil bien mérité. L'accent à couper au couteau de la créature ne lui faisait pas regretter son choix. Il avait mis les voyageurs dans ce qu'ils pensaient être une position relative de force, et ces quelques mots lui en apprenaient bien d'avantage qu'une laborieuse filature.

Sa paupière droite hésita avant de se soulever partiellement, lui conférant un regard mal réveillé. Quand il se posa sur les êtres à fourrure qui lui faisaient face, son œil s'ouvrit complètement, avec un air stupéfait qui n'était pas totalement feint. Il s'avisa en revanche de garder le gauche hermétiquement clos. Son appréciation des distances serait faussée, mais cet handicap volontaire était un bénéfice à plusieurs égards.
S'ils le pensaient maladroit, ils ne le croiraient pas - ou peu - dangereux. Il pourrait également évaluer leur sens de l'observation. La corruption de Rhaast était bien moins remarquable sans son œil rougeoyant. Ce stigmate pouvait être désigné comme une marque de naissance ou le résultat d'un accident. L'iris de son œil ouvert, encore emprunt de la magie dont il avait fait usage, devait leur apparaître bleu, sa couleur claire se détachant dans la pénombre tout en faisant un étrange rappel au crépuscule.

Le jeune homme se redressa face au petit groupe, restant adossé à l'arbre. Il était à leur hauteur. Il dévisagea longuement les trois, non, les deux individus et demi. De près il devenait plus clair qu'il ne s'agissait pas de Yordles. Leurs oreilles, leur queue touffue... Des cousins ? Ou des hybrides magiques, tels que les légendaires Vastayahs ?
Celui qui avait parlé affichait une expression qui se voulait - pour autant qu'il puisse en juger - rassurante. Un sourire, étrange avec ce faciès, accueillait son réveil. Qu'il soit le premier à s'exprimer confirmait son rôle dans le groupe, et que ce serait certainement avec lui qu'il échangerait principalement. Le son de sa voix le désignait clairement comme mâle. Bien que le second se montre plus méfiant, Kayn avait des doutes le concernant. Sa silhouette était plus fine, et les petites races ne possédaient pas nécessairement d'attributs féminins explicites. Mais... où était passé le troisième ? Il fit comme s'il ne l'avait pas vu, son comportement s'apparentant à celui d'un enfant. Il se cachait, autant lui faire croire sa manœuvre efficace.
Leur mise était sommaire. Moins vêtus que ne le seraient des Yordles, étayant l'hypothèse qu'ils étaient proches de la nature. Le meneur du groupe portait cependant une parure assez notable pour attirer la convoitise. Même au cœur des bois les arborer aussi ostensiblement n'était guère prudent. Malgré ce constat, leur hygiène semblait minimale. Le jeune maître avait passé assez de temps sur les routes pour savoir qu'aussi soigneux et fortuné que l'on puisse être, l'on finit toujours ainsi à voyager en pleine nature. Sa seule conclusion fut que ceux-là avaient bourlingué un bout de temps. Aucun doute, ils venaient de loin.

Inspirant, puis expirant longuement avant d'ouvrir la bouche, l'étranger se décida à leur parler, abordant la question la plus logique qui puisse venir, compte tenu de l'étonnement qu'il était supposé ressentir.

Qui... Qu'êtes-vous ? Après avoir laissé passer un silence, il ajouta : De quel danger parlez-vous ?

Prenant exemple sur son interlocuteur, il s'était exprimé en Noxien, langue qu'il maîtrisait bien mieux que lui. Il possédait un léger accent, qu'il s'était efforcé de dissimiler jusqu'ici, mais pas devant eux. Son origine étrangère pouvait s'avérer être un atout, alors il parla aussi naturellement que possible. Des mots simples, qui devaient être compris malgré leur manque de vocabulaire flagrant. Une voix incertaine, qui masquait son arrogance et le faisait paraître plus jeune. Il était peu probable qu'ils reconnaissent tout de suite le chuchotement mystérieux qu'ils avaient entendu plus tôt, mais si leur esprit de déduction était à la hauteur, cela viendrait bientôt.

Le jeune inconnu changea de position, l'air inconfortable. Bien que son sommeil fût voué à s'interrompre avant la nuit, comme en témoignait le foyer encore éteint, il ne s'était pas attendu à en être tiré maintenant. Son visage trahissait de l'inquiétude, née de l'annonce de la créature. S'il l'avait bien comprise, elle lui garantissait ne pas être un danger pour lui, mais qu'avec la nuit venait le mal. Il y avait de quoi douter. Son dos s'était décollé du tronc, il était à présent en appui sur ses bras, légèrement repliés de chaque côté de son corps. Une position dans l'absolu défensive, car il était prêt à se mettre debout à la moindre alerte.
Ses muscles finirent pourtant par se détendre, comme s'il s'était ravisé. Après tout, que pouvaient lui faire des peluches qui faisaient le tiers de sa taille ? Secouant la tête comme s'il se sentait idiot, il finit par se pencher vers les branches disposées en pyramide. Il s'assura que les pierres étaient bien réparties autour. Alors qu'il frottait deux silex près des brindilles, il s'adressa à nouveau à ses interlocuteurs, les regardant par intermittence, attentif à sa tâche.

Voilà un équipage bien insolite pour une région aussi dangereuse.

L’œil bleu pétilla à ces mots, qui devaient lui sembler humoristiques. Devant l'expression d'incompréhension qui lui fit face, il s'ébroua, s'efforçant de reformuler sa pensée plus simplement.

Que faites-vous à Noxus ?

Les brindilles s'enflammèrent. Écartant ses cheveux, révélant l'étrange balafre et son œil clos, le jeune homme souffla doucement sur les braises, assurant la disposition du bois pour qu'il prenne correctement. Bientôt le petit feu de camp éclaira les alentours d'une lueur chaude et rassurante. Cette lumière paraissait presque être une bulle de protection contre la nuit et ses dangers. Relevant la tête vers ses "invités", il afficha un sourire de bienvenue.

Vous pouvez vous installer avec moi.

Puis, s'apercevant qu'il avait fait les choses à l'envers, allant à l'encontre de toutes les règles de politesse - qui s'appliquaient de la même manière dans presque toutes les cultures - il tendit la main pour se présenter.

Vous pouvez m'appeler Kayn.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'avais son honneur
Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2016
Localisation : Gouvernement
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Jeu 8 Fév - 19:34

L’homme se redressa. Il agissait plutôt calmement, comme s’il ne les considérait pas comme un danger car il ne fit aucun geste brusque ni ne s’était relevé complètement. Il posa tout de même les questions les plus importantes et Hiroyuki tenta tant bien que mal d’y répondre clairement. Avec une grammaire et une conjugaison presque inexistante, il les présenta comme des doskaïs et donna les prénoms des trois compagnons. Gnar leva les yeux de la fourrure du Gouverneur à l’écoute de son nom, les oreilles baissées. Bien sûr, ce voyageur semblait ignorer le danger que représentaient les démons et ce fut difficile d’aller plus avant dans les explications. Le doskaï se contenta de répéter grossièrement qu’avec la nuit, la mauvaise magie venait et qu’être seul dans le noir était dangereux.

L’homme changea de position, un air inquiet sur le visage. Avait-il bien compris ce que le doskaï venait de dire ? Ses muscles se tendirent puis se relâchèrent comme s’il avait hésité à les prendre pour une menace. Kay ne changeait pas d’expression méfiante et Hiroyuki gardait un visage neutre à son égard, ne sachant pas encore s’il était en confiance. Il fut plutôt silencieux et commença, sans mot dire, à tenter d’allumer un feu avec deux silex. Vieille technique, mais solide. Malheureusement, le moment où il décida de rouvrir la bouche, il eut un choix de mot terriblement complexe en vocabulaire. Étourdi par tant de notions, Hiroyuki ne comprit que le mot « région » et la racine de « danger ». Ce qui était peut-être une confirmation de ce que les doskaïs venaient d’annoncer ? Devant sa figure trahissant son mauvais déchiffrement, le garçon parut légèrement déçu. Fut-ce une blague ? Son œil bleu pétilla brièvement avant qu’il ne semble reformuler, passablement ennuyé.

Réfléchissant au choix des mots pour la réponse à la question compréhensible – cette fois – de l’humain, Hiroyuki l’observa réussir son début de feu.

Nous besoin Ionia, pas Noxus. Malades car magie du mal. Eux peut-être aider. Pour plantes ! Plantes magie importantes !

Le Gouverneur cherchait ses mots, hésitait, et observait les réactions de son interlocuteur pour se confirmer qu’il prononçait quelque chose de compréhensible. Les petits mouvements de tête en réponse furent importants et Hiroyuki hochait la tête aussi par mimétisme. Ce qu’il aurait rêvé de pouvoir simplement lui prendre la main et transmettre ses intentions et vice-versa ! Mais les humains étaient dépourvus d’un lien complet ; ils ne faisaient qu’émettre faiblement leur émotion principale. En parlant d’émettre, le feu de camp émit la lumière apaisante qui faisait battre en retraite la nuit. L’étrange balafre qu’avait l’humain ne paraissait cependant pas naturelle et il gardait son œil clos. Avait-il perdu son usage ? Alors qu’il releva la tête vers eux, il fit un sourire presque engageant ; rares furent ceux à les tolérer si longtemps. Ce qu’il dit ensuite réjouit le Gouverneur, qui de toute façon, avait prévu de cesser son trajet pour aujourd’hui. Il prit la main de Kay pour l’apaiser et fit comprendre par le lien qu’ils resteraient ici pour la nuit.

Nous contents ici. Merci ! Merci !

Hiroyuki se courba légèrement trois fois pour être le plus poli possible. Il sera ensuite la main tendue de l’homme qui se présenta sous le nom de Kayn.

Hiroyuki, répéta le doskaï souriant pour répondre à sa coutume.

Sa gratitude s’exprimait dans le lien, mais fut telle une lettre morte aux sensations humaines. À l’inverse, Kayn irradiait une aura légèrement viciée et il émanait de son contact un lien plus fort que la plupart. Étrange sensation venant d’un humain. Ses yeux se plissèrent légèrement de méfiance soudainement, puis il lâcha l’homme. Kay et Gnar l’imitèrent avec une poignée de mains plus courte. Kay posa le sac d’équipement à terre et fouilla à l’intérieur pour proposer les victuailles du groupe. Viandes séchées ou fumées, ils ne transportaient plus de viandes crues depuis hier. Hiroyuki présenta la nourriture modeste à son hôte et lui proposa d’y goûter.

Bon gibier. Goût fort !

Oh oui, le goût était fort. C’était délicieux, bien que Gnar préférait sa viande crue et encore saignante si possible. Ils s’installèrent près du feu, Gnar se détachant enfin de Hiroyuki. Ce dernier lui ébouriffa les poils de la tête avec affection en lui donnant son repas plutôt maigre. Avec un regard tourné vers Kayn, le doskaï décida de faire la conversation.

Toi seul ? Perdu ?

Il mâchonna un morceau de chair plutôt élastique avec ses crocs aiguisés en prêtant attention à son hôte. L’écouter avec intérêt n’était pas qu’une marque de politesse : il voulait mieux le comprendre et mieux parler. Tous ces humains étaient si intrigants et différents !

Toi blessé ? Malade ? Moi magie bien soigner.

Il pointa du doigt sa balafre avec un peu de retenu. Pointer la faiblesse d’une personne pouvait se montrer à la fois impoli et irrespectueux. Ses yeux se tournèrent vers le feu protecteur et hésita à y ajouter plus de vigueur grâce à la magie de son pendentif. Il ne le fit pas car cela lui semblait inutile, après tout, il était tard maintenant et il fallait se reposer dans le sommeil. Ils n’avaient pas fait leur prière devant Kayn, pour ne pas imposer des coutumes compliquées à expliquer. Gnar rejoignit naturellement le creux des pattes du Gouverneur qui le captura dans sa queue en lui soutenant la tête. Collé à son torse, l’enfant gardait pourtant les yeux grands ouverts, rivés sur l’humain gigantesque qui les avait bien accueillit.

Bientôt dormir, dit-il avec une expression tendre. Toi dormir avant ? Désolé réveil, ajouta-t-il à l’attention de Kayn.

Après tout, ils l’avaient dérangé pendant son sommeil ! Hiroyuki espérait qu’il ne leur en voulait pas trop… Kay disposa sa cape comme une paillasse et décrocha celle du Gouverneur machinalement pour faire de même. Ils dormiraient collés les uns aux autres, partageant leur chaleur corporelle durant la nuit fraîche. Tout semblait calme et tranquille et le petit fermait les yeux en respirant de plus en plus profondément entre ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Jeu 15 Fév - 23:45

Hiroyuki. Kay. Gnar. Doskai. D'après les intonations et les expressions de son interlocuteur, Kayn interprétait les trois premiers mots comme des noms, correspondant à chacune des créatures. Le quatrième cependant restait assez obscur. Soit un terme d'une langue qu'il ne connaissait pas, soit le nom par lequel leur groupe, leur race était désignée. Probablement les deux.
Hiroyuki se faisait clairement le porte-parole des autres, qui restaient muets. Le jeune homme assimilait sa fonction à celle d'un politicien, ce que semblait confirmer son attitude, le désignant comme un meneur, habitué aux responsabilités. Kay restait en retrait, comme un garde du corps. Il avait un comportement similaire aux ninjas que l'humain côtoyait depuis son enfance, bien que sa posture soit maladroite à ses yeux. Dans ce contexte, la coïncidence de leurs homonymie avait quelque chose... d'amusant. Le dernier, Gnar, avait tout d'un enfant en bas âge... ou d'un animal effarouché.
Pour le peu qu'il avait compris, ces doskai pouvaient très bien être des Vastayas du grand continent. Même s'ils se rapprochaient des Yordles, cette pensée incitait le jeune maître à rester sur ses gardes. Dans un cas comme dans l'autre, c'était un genre de créatures dont l'existence relevait presque de la légende, mais dont la puissance magique était vantée. Tant qu'il ne connaîtrait pas l'étendue de leurs capacités, il ne relâcherait pas sa vigilance. Une chose était certaine, ils ne venaient pas de Noxus.

Le visage éclairé par la lumière mouvante, il écoutait. Une partie de son esprit était attentive aux bruits de la nuit, guettant le moindre danger, la moindre anomalie. Rhaast toujours silencieux, il n'y avait rien pour l'alarmer. Il était en réalité peu probable - contrairement à la peur des doskai - que leur petit groupe soit dérangé par autre chose que des bêtes sauvages. Et le feu devait suffire à les tenir éloignées.
Cette tâche de fond ne le distrayait en rien de la discussion, que Hiroyuki menait avec une bravoure ponctuée de maladresse. Communiquer dans une langue à peine assimilée relevait de l'exploit, et l'assassin était presque admiratif de l'effort fourni. Il accumulait un certain nombre d'informations sur ses nouveaux compagnons, et un détail qui pour le moment leur semblait négligeable, l'avait décidé à rester avec eux plus longtemps que cette seule soirée.

Le doskai s'était montré d'une politesse exemplaire, et extrêmement respectueux. Peut-être un peu trop. Plus qu'il ne le méritait, très certainement. Ses courbettes avait fait sourire Kayn un peu plus largement, presque rire.
Un froncement de sourcils de son interlocuteur, léger mais visible, alerta son instinct. Les doskai étaient-ils si peu coutumiers d'une poignée de main, que sa franchise était mal perçue ? Il ignorait leurs us, ce n'était pas impossible. Peut-être avait-il juste serré un peu trop fort. Pour ne pas commettre un autre impair, il éviterait le contact physique à l'avenir. Cet incident passa vite outre, et n'empêcha pas Hiroyuki de s'épancher en remerciements.

Ce n'est rien du tout, voyons...

L'étranger agitait les mains pour calmer le doskai, et lui faire comprendre qu'il n'avait nul besoin d'en faire autant.

Vous êtes aussi des voyageurs. C'est juste normal, de s'entraider.

Il paraissait gêné de cet excès de gratitude, visiblement bien peu habitué à ce genre d'élan. Cela pouvait renseigner ses compagnons sur ses habitudes nomades, potentiellement très solitaires. Pourtant, reconnaissant, Hiroyuki pouvait l'être. Même s'ils l'ignoraient, les inviter autour de son feu garantissait aux doskai une sécurité que bien peu de chose pouvait troubler. Tant qu'il n'en décidait pas autrement.

Désormais assis, ses compagnons déballèrent le nécessaire pour la soirée. Il ne cacha pas sa surprise quand ils proposèrent de partager leurs provisions avec lui. Ce fut à son tour de les remercier. Le repas était frugal, et ressemblait aux vivres qu'il avait lui-même en sa possession. Il n'avait besoin de rien d'autre.
Quand Hiroyuki reprit la parole, Kayn assuma que ce dernier voulait se familiariser avec la langue. Rien de mieux qu'une véritable conversation pour acquérir du vocabulaire et un minimum de grammaire. Il lui sourit, se prêtant volontiers au jeu.

Je ne suis pas perdu. Je sais où je vais.

La suite allait sans doute provoquer une réaction chez le doksai, et l'assassin la guettait avec une certaine impatience. Il continua tout naturellement.

Je me rends à Ionia. Comme vous. Il marqua une petite pause avant de préciser. C'est chez moi.

Il employait des mots simples et ne forçait pas le rythme, pour que Hiroyuki ait le temps de suivre. Il ne donnait pas l'impression de hacher ses phrases pour autant, ce qui témoignait un certain tact et une forme de respect.

Et vous, d'où venez-vous ?

Sa curiosité était légitime. Il avait vraisemblablement rencontré autant de doskai qu'eux d'humains, et était tout aussi intrigué. Ces créatures étaient prêtes à parcourir une distance considérable pour parvenir à leurs fins. Et à s'exposer à de multiples dangers. L'épidémie dont ils avaient parlé devait être catastrophique pour qu'ils courent un tel risque.
Dans ce domaine, Kayn pouvait être tout à fait sincère en admettant qu'il ne pouvait pas les aider à trouver ce qu'ils cherchaient. Ils étaient convaincus que les plantes et la magie d'Ionia seraient leur remède. Même si c'était le cas, il pourrait au mieux les orienter dans la bonne région. A condition qu'il puisse identifier l'origine du mal. Donc que les doskai réussissent à le lui décrire avec suffisamment de précision.
Son visage indiquait une chose avec certitude : il était touché par leur cause et la quête décrite par Hiroyuki. Sollicitude et compassion s'y lisait sans peine. Les lèvres serrées en imaginant la souffrance d'une peuplade entière ravagée par une magie inconnue, l'étranger mit de côté ses hésitations pour leur faire une proposition.

Nous allons au même endroit. Nous pourrions faire la route ensemble.

Il crut entendre le rire de Rhaast en prononçant ces paroles. Mais le Darkin restait coi. L'assassin était étonné qu'il lui épargne ses sarcasmes en un moment pareil. Même s'il comprenait ses intentions, la faux ne perdait jamais une occasion de souligner l'hypocrisie dont il faisait preuve lorsqu'il parlait d'aider autrui. Ne se voir opposer que le silence fit grandir une angoisse sourde dans ses entrailles. A croire que la voix de son arme lui manquait.

A propos de magie, Hiroyuki donna un petit indice sur celle dont il faisait usage. Kayn répondit à sa question en détournant la tête, soustrayant la marque grossière au regard du doskai. La tête légèrement baissée, son seul œil visible resta fixé sur le vacillement des flammes, suffisamment longtemps pour faire comprendre au guérisseur que malgré sa retenue, il avait manqué de subtilité.

Ce n'est pas une blessure. Plus maintenant.

D'un geste distrait, l'humain rabattit une large mèche de cheveux devant son visage. Il gardait également le bras gauche près du corps, enfoui sous les pans larges de son kimono croisé à l'envers. Il mesurait ses gestes pour ne pas avoir à sortir la main de sa manche, ou de façon trop brève pour être remarquée. Il adressa un sourire d'excuse au doskai, pour ne pas paraître complètement fermer le dialogue. Au moins avait-il compris que c'était un sujet sensible, sûrement douloureux.

Le rideau de la nuit était complètement tombé. Tous commencèrent à préparer leur bivouac. Celui de Kayn était plus que rudimentaire, il s'emmitouflerait dans les couches de son vêtement, avec son bagage comme oreiller.
L'humain s'éloigna quelques instants du campement, pour revenir les bras chargés de branchages. A demi agenouillé devant le foyer, il y plaça les plus gros de façon à ce qu'ils se consument lentement. Absorbé par sa besogne,  la voix de Hiroyuki le fit presque sursauter lorsqu'elle s'adressa à lui. Il étouffa un rire nerveux.

Ne vous excusez pas. Je devais allumer le feu quoiqu'il arrive.

Il observa un moment les attentions du doskai envers son protégé. Il l'avait déjà remarqué lorsqu'il avait vu le petit se réfugier dans sa queue touffue, mais n'avait formulé aucune pensée explicite. Hiroyuki se comportait avec lui comme un père avec son enfant. C'était une faiblesse. Toutefois son œil bleu se garda d'émettre un jugement, et se plissa simultanément avec la courbure de ses lèvres, attendri.

Vous allez monter la garde ?

La nuit était son alliée, et il ne dormait jamais que d'un œil. Mais pourquoi pas. Opinant légèrement, le jeune homme s'installa sur l'herbe, et cala son sac sous sa nuque. Si le doskai l'avait senti sceptique, il comprendrait certainement. Avec la perspective d'une magie sombre rôdant dans les parages, l'humain avait des raisons de ne pas être rassuré. Même si leur groupe était parvenu jusqu'ici, il ignorait de quoi était capable une peluche en cas d'attaque. A part alerter ses compagnons, il doutait qu'elle soit très efficace.
Contrairement au trio, lui dormirait seul. Il pouvait difficilement partager le couchage des doskai, et réciproquement. Il était à l'opposé du foyer par rapport à eux, pour que tous profitent au maximum de la chaleur des flammes. Il se tourna face à elles, pour regarder Hiroyuki au travers des braises virevoltantes, qui éclairaient son profil le plus flatteur. Il sourit, avec une assurance tranquille, contrastant avec le semblant d'anxiété manifesté plus tôt.

Réveillez-moi pour le second quart.

Puis il ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'avais son honneur
Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2016
Localisation : Gouvernement
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Sam 10 Mar - 12:14

Hiroyuki fixa Kayn des yeux et lui offrit un regard perçant. Comprenait-il mal ses paroles ou avait-il besoin de faire soigner ses oreilles ? Un humain venait de lui proposer de l’accompagner à Ionia ? Cet homme se montrait généreux et serviable, une chose rare envers les doskaïs sur ces terres humaines. Ce prétendu ionien se démarquait des attitudes noxiennes si clairement que le Gouverneur fit des raccourcis dans son esprit. Kayn se trouvait dans une situation proche de la leur : vagabond dans les terres hostiles noxiennes, réduit à emprunter les sentiers escarpés, à l’abri des regards communs, à chasser et cueillir les quelques fruits encore présents dans les buissons. Mais il disposait d’un atout indiscutable ; Kayn était un humain. Kayn était un ionien. Kayn connaissait sûrement les chemins à suivre pour rejoindre ses terres natales.

Le doskaï semblait figé depuis quelques instants, s’imaginant presque que cet homme était un signe divin. Bon, peut-être pas à ce point. Après tout, les humains avaient leurs propres ambitions et désirs, désirs qui parfois les poussaient à commettre les exactions soufflées par les démons. L’idée de s’en servir de guide lui vint à l’esprit directement et il jaugea le risque. Cette proposition n’était venue qu’après les explications sur leur présence en territoire noxien, si éloigné de leur pays d’origine, ce qui prouvait sûrement ses bonnes intentions. Mais durant son bref récit, le doskaï avait bien repéré un brin de compassion en l’humain – rassurant encore une fois sur la sincérité de la proposition de leur généreux hôte. Hiroyuki lança un regard à Kay qui lui prit la main pour lui exprimer son inquiétude face à un quasi-inconnu.

Les deux peluches échangèrent leurs émotions et ressentis quelques instants par le contact de leurs mains. À l’inquiétude naturelle de Kay s’opposait les impressions positives du Gouverneur : il avait offert de partager son campement, il avait accepté de manger de leur nourriture et était très respectueux de supporter leur accent dans une véritable conversation – certains pourraient rire de ce critère, mais les rencontres précédentes avec des humains avaient démontré qu’il était difficile de retenir l’attention d’une personne en massacrant sa langue allègrement. De plus, l’apparence des peluches rebutaient souvent les habitants – d’abord par leur surprenant physique, ensuite par leur quasi nudité et leur hygiène malheureusement difficile à entretenir convenablement lors d’un voyage aussi long. Non, vraiment, Kayn aurait montré plus de signes de ses noirs désirs s’il en nourrissait contre eux. Bien que le lien unilatéral qu’il avait partagé avec lui révélait une énergie viciée, elle semblait trop faible à l’émission pour être celle d’un démon en cachette.

Le Gouverneur lâcha les doigts de Kay qui jeta un regard peu convaincu à l’attention de leur hôte, alors que Hiroyuki offrit un sourire bienveillant. Il accepta la proposition avec grand plaisir et se courba de nouveau trois fois pour lui signifier que son aide était la bienvenue. Prononçant de mieux en mieux le mot « Merci », le porteur des pierres d’esprit progressait au fur et à mesure qu’il utilisait la langue. Son diadème décuplait sa compréhension des autres et à enregistrer plus facilement les moyens de communiquer avec eux. Loin d’un traducteur universel cependant, il fallait baigner dans la langue pour en tirer toutes les nuances – et à ce niveau le diadème était déjà dépassé depuis longtemps. Enfin…qui savait réellement le pouvoir que recelait la pierre si son utilisateur parvenait à en utiliser le plein potentiel ?

Un maigre repas de plus terminé annonçait l’heure du repos. L’humain partit chercher des branches afin d’alimenter le feu pour longtemps. C’est à ce moment que la langue de Kay se délia et il souffla à voix basse, en doskaï naturellement, les raisons qui le faisaient douter sur Kayn. Au-delà de son énergie plutôt viciée, sa balafre paraissait commise par une entité démoniaque. Sans parler de l’aperçu qu’il avait pu avoir des doigts de son autre main. Hiroyuki hocha la tête et prit la main de Kay pour l’apaiser par le lien. Une balafre commise par une entité démoniaque était sûrement la raison pour laquelle son énergie s’était imprégnée de vice – et il rappela encore une fois sa faible puissance au jeune disciple du Silence. Pour autant, une blessure maudite n’était qu’une preuve qu’il fut assez brave pour combattre un démon et d’en survivre. Avec une petite tape sur la tête, il acheva son discours en doskaï en argumentant que même des doskaïs, sans s’être soumis aux démons, pouvait développer une énergie altérée à force de les affronter. Kay parut sceptique, car les batailles directes face aux démons n’arrivaient qu’une fois ou deux dans les écritures – mais sa connaissance théologique s’arrêtant là du à son jeune âge, il accepta les raisons du Gouverneur bienveillant ; et peut-être bien trop naïf. Avec une petite exclamation soudaine, il interdit Gnar de s’éloigner du feu, surtout si c’était pour se rouler dans les buissons. Le petit protesta en tirant la langue mais resta près du feu et finit par rejoindre le creux de ses pattes. C’est à ce moment que Kayn revint les bras chargés de branchages. Les doskaïs l’observèrent arranger le bois efficacement, Kay offrant son aide à cette disposition.

Opinant à la question de l’humain, qu’il avait compris grâce au mot-clef « garde », il commença à masser les tempes du petit polisson qui reposait contre lui. Il le calmait via le lien et lui offrait des sentiments de sécurité pour le rassurer face aux dangers de la nuit. La journée avait été longue pour eux et c’est rapidement qu’il ferma les yeux pour se plonger dans un sommeil réparateur. Quel bonheur de pouvoir observer ce petit morceau de fourrure dormir paisiblement dans ses bras ! Se laissant aller à sourire en lui caressant doucement le haut du crâne, il leva soudainement les yeux vers Kayn, de l’autre côté des flammes. La lumière léchait ses joues, courant sur sa peau lisse et imberbe. Ces créatures étranges qu’étaient les humains pouvaient avoir un certain charme lorsqu’ils ne les attaquaient pas ou ne grinçaient pas des dents. Son sourire plutôt détendu indiquait qu’il se sentait en confiance avec les doskaïs, ce qui n’allait pourtant pas de soi.

Hiroyuki remua légèrement la tête en réponse à la pression des doigts de Kay sur son épaule : il voulait prendre tous les tours de garde pour laisser reposer son Gouverneur, mais n’avait-il pas encore compris que ce sont aux Gouverneurs de faire les sacrifices ? Dans un murmure, il lui intima de prier en silence et de trouver le sommeil tant qu’il le pouvait. Kayn le réveillerait sûrement lorsqu’il terminerait le tiers de la nuit. Le disciple du Silence s’allongea sur les capes doskaïs alors que Hiroyuki lui remettait Gnar pour qu’il reste au chaud et que le Gouverneur puisse bouger librement en cas de danger.

Ce fut, grâce aux dieux, une nuit calme. Il en profita pour prier silencieusement sa déesse en joignant ses mains. Qu'elle lui montre la voie, qu'elle le guide vers le remède qui les sauvera, qu'à jamais son nom soit respecté et loué par le peuple. Qu'elle les éloigne des démons, qu'elle les protège des dangers... Au moment où il répétait mentalement pour la énième fois le dogme du Temple de la Guérison, son oreille se dressa. Kayn semblait avoir le sommeil agité. Que sentait-il soudainement dans les courants de la nuit ? Est-ce que la pression montante d'une magie démoniaque les encerclait ? Ne tentant pas les démons, Hiroyuki toucha le rubis de son pendentif. Ses doigts se chargèrent d'un ersatz de magie divine, puis le Gouverneur souffla sur eux en direction du feu de camp. Les flammes magiques se mêlèrent aux naturelles et changèrent leur nature. Cette lumière sacrée serait plus efficace pour repousser les mauvais esprits et supprimer leurs forces.

Bientôt, les yeux de Hiroyuki menacèrent de se fermer, signifiant qu'il serait judicieux de réveiller Kayn - qui passait visiblement une mauvaise nuit. S'approchant à pas feutrés, il lui tapota l'épaule pour le tirer du sommeil et Hiroyuki sursauta lorsque le ionien poussa un cri en se redressant en un instant. Le doskaï fit deux pas en arrière, sa queue entre lui et l'humain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Sam 10 Mar - 13:54

Ionia, enfin. La silhouette du temple se détachait derrière les arbres. Il rentrait à la maison, enfin. Le jeune homme prit le temps de respirer profondément. L'air était riche, empli de toutes les fragrances de son foyer. Les plantes, la magie, c'était comme s'il avait été privé d'une partie de son être au cours du voyage. Tout lui semblait plus beau, plus coloré. Resplendissant.
Les murs s'élevaient devant lui, et il avait hâte de retrouver son domaine. Il allait franchir le seuil, quand une intuition obscure l'arrêta. Le silence était bien trop pesant. A l'extérieur, il n'entendait pas même le chant d'un oiseau. Et ne percevait aucun bruit dans l'enceinte, à une heure où les acolytes étaient censés s'entraîner. Le temple lui paraissait soudainement bien plus sombre que dans son souvenir, et ses ombres, étrangères. Était-il vraiment chez lui ?

Par précaution, il se prépara au combat. Mais sa main ne se referma que sur du vide. Il n'avait aucune arme en sa possession. Cela ne l'aurait pas inquiété outre mesure, s'il n'avait pas eu ce sentiment intense d'anormalité. Il avança néanmoins dans la cour du temple, redoublant de prudence. Il put explorer les lieux sans encombre, mais ne prit jamais le risque de relâcher sa garde. Ils étaient vides. Pas abandonnés. Juste, vides. Et il n'y avait pas un souffle de vent pour rompre le silence qui commençait à le hanter.
Le jeune maître frappa du poing sur la pierre. Mais même cela, semblait étouffé, absorbé par l'atmosphère sinistre de l'endroit. L'obscurité semblait s'étendre. Et lui qui était pourtant l'allié des ombres, commençait à redouter qu'elle ne le touche. Il les regarda s'allonger, tentant de percer le mystère qui les enveloppait. Mais c'était comme s'il était aveugle. Il voyait cependant. D'un seul œil.

La peur frappait aux portes de son esprit, mais il refusait d'ouvrir. Il n'était pas si faible. Le silence était absolu. Et il savait que plonger dans l'ombre à cet instant serait mortel. La magie s'était finalement retournée contre ceux qui l'utilisaient. Il hurla de rage et de frustration. Son cri fut le seul son qui parvint à surplomber le silence. Mais, horrifié, l'assassin porta ses deux mains à sa gorge. Ce qu'il avait émit n'était pas sa voix. C'était un rugissement presque bestial. Et quand il ouvrit à nouveau la bouche, ce ne fut pas lui qui parla.

Tu as compris, petite chose...

Ses mains n'avaient plus rien d'humain. Sa voix était déformée par une malice et une cruauté venue du fond des âges. Il était prisonnier de son propre corps.

Crains le silence que tu chéris. Crains que les ombres qui te servent.
Désormais, ce sont mes armes.


Son cri fut bref, mais résonna dans son esprit avec une violence qu'il n'avait encore jamais connue jusque là. Il s'était redressé soudainement, pour s'apercevoir qu'il venait de se réveiller. Il sentait la sueur froide dans sa nuque et son dos, et scrutait la nuit à la recherche du danger qu'il avait perçu.
L'effroi de ce rêve avait marqué les traits du jeune homme, qui regardait autour de lui sans se souvenir qu'il n'était pas seul. Les pupilles dilatées, ses deux yeux étaient grand ouverts. L'un d'eux transperçait les ténèbres, brillant d'un éclat violent et malsain.

Son cœur battait à tout rompre. Il passa la main sur son visage, se forçant à respirer calmement. Il était bien trop conscient de la réalité de l'avertissement. Était-ce la raison du mutisme de Rhaast ? Risible. Il arrêta son geste pour la regarder, sa main. Malgré son apparence monstrueuse, il était humain. Il avait le contrôle absolu. Il ne laisserait pas le Darkin l'impressionner aussi facilement. Finalement, il esquissa un léger sourire. Bien tenté, Rhaast. Avait-il parlé à voix haute ? Il n'était pas certain du contraire.

Le jeune maître ferma les yeux. Il avait besoin de rassembler ses esprits, de se réveiller complètement. Sa méditation immobile dura plusieurs minutes. Quand il bougea à nouveau, il avait entièrement reprit conscience de ce qui l'entourait. Les jambes croisées, il regardait le doskai qui lui faisait face, dans une posture qui avait tout pour évoquer un écureuil sur le point de s'enfuir.

Désolé... pour ça.

Sa voix elle aussi avait retrouvé la sérénité de la veille.

Cela arrive depuis... Il baissa légèrement le ton. Je... vous expliquerai demain matin.

Il était lucide. Les doskai craignaient la venue d'une présence maléfique, ils ne contenteraient pas d'un simple "c'était un mauvais rêve". Pas après ce qu'ils avaient vu. Il reprit plus joyeusement, pour briser la tension qui s'installait.

C'est mon tour de garde ?

L'humain était calme, son cauchemar visiblement loin derrière lui. Son sourire était placide, rassurant. Et son œil gauche à nouveau scellé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 30/06/2017
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Mar 3 Avr - 20:12


S'était Une nuit calme qui avait commencé ici. Les Doskaï n'était pas seuls d'ailleurs dans leur voyage . Un humain les avait accompagné, mais Le disciple du silence n'en était pas moins méfiant. Il savait bien que son mentor, le gouverneur de glace, veillait sur eux avec bienveillance, mais.. Kay ne pouvait s’ôter de la tête ses impressions négatives pour plusieurs raisons. La plus grande de ses raisons est le manque d'informations. Les humains était si.... compliqué à cerner, tellement d'individu, de personnalité.... Les humains était bien trop différent des Doskaï pour en faire une comparaison clair et nette. Le disciple du silence préféra suivre Hiroyuki dans ses décisions, mais gardait toujours une lame dans sa main, qu'il tentait de cacher avec sa lame et les illusions. Kay était prêt à frapper au moindre geste agressif de la part de l'humain.

Ce n'est qu'au beau milieu de la nuit que le jeune Doskaï allait frapper. Prêt a bondir sur le danger, qu'il vienne d'un animal ou de l'humain, mais très vite, Kay rangea sa lame, il s'agissait de l'humain, mais il s'était calmer.... Mais son œil... Cela le fascinais autant que cela l'effrayait. L'Homme se vit rassurant, mais voyant son maître indécis face à la situation de laisser Kayn ou non seul cette nuit. Kay se leva et toucha l'épaule du gouverneur tout en parlant leur dialecte.

Je vais monter la garde avec lui... ne vous inquiétez pas, reposez vous.


En vérité, il utilisa le lien, demandant a gouverneur de se reposer du mieux qu'il peux pour préparer une probable défense d'eux même, insistant sur le fait qu'un gouverneur en forme tiendra bien mieux qu'un gouverneur fatigué. Ceci étant dis, Le jeune Doskaï pris place près du feu

Moi..... Tour... garde..... avec toi !


Il s’exprimait encore très mal dans la langue de l'humain, il espérait s'être fais comprendre en tout cas.... Il alimenta un peu le feu de quelques brindilles avant de s’asseoir sur la bûche posé là, gardant en main une lame, jouant avec pour se passe le temps tout en regardant Kayn. Un peu de temps passa , mais les craintes du Doskaï ne se volatilisait en aucun point. Il regarda droit dans les yeux de celui-ci.

...Explication.

Il ne voulait pas attendre le gouverneur, il voulait savoir maintenant, pour se rassurer.. ou du moins, savoir ce qu'il avait en face de lui, et comment tenter de le contrer si possible..... De plus, même si il ne voyait pas son gouverneur d'ici et son état, il pensa que, le connaissant, il écouterait quand même un peu.. au cas où, malgré la demande de Kay pour qu'il se repose
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Jeu 5 Avr - 14:44

Son cri avait naturellement réveillé les deux autres doksais. Présage de danger ou menace imminente, il vit le garde du corps de Hiroyuki bondir comme un ressort, prêt à en découdre. Le plus jeune des trois restait en retrait, visiblement effrayé, et cherchant du regard un signe rassurant de la part de ses compagnons. Lui, ne bougea pas, le temps que chacun assimile ce qui s'était passé. Inutile de les inquiéter encore plus. Kay échangea brièvement quelques paroles avec son supérieur.
Bien qu'il ne puisse la comprendre, le jeune maître prêta beaucoup d'attention à leur conversation. C'était la première fois qu'il entendait la voix de ce doksai, mais également leur langue maternelle. Les intonations étaient différentes, moins agressives que le noxien, moins mélodieux que l'ionien, et modulées par des nuances subtiles, qui lui rappelaient, dans un sens, la magie qui imprégnait son pays. Ces créatures par-dessus tout, semblaient partager une complicité qui allait au-delà des sens, et qu'il ne pouvait guère appréhender.
Puis le doksai s'adressa à lui dans une succession presque chaotique de mots hachés. Si Kayn interprétait bien le ressenti de son interlocuteur, ce dernier priait pour les avoir prononcé dans le bon ordre et de façon compréhensible. Il pensa distraitement que d'après ce qu'il avait entendu, les doksais auraient sûrement moins de mal à aborder le ionien, moins rude que le noxien qu'ils s'imposaient ici, et à l'élocution plus proche de leur langue natale. Il faudrait qu'il y pense le moment venu. En attendant, sa maladresse lui arracha un sourire facétieux.

Si tu veux.

La décision de Kay de l'accompagner lors de son tour de garde relevait exclusivement du subjectif. Il pouvait comprendre sa méfiance, et son devoir lui dictait de prendre la mesure du danger. Mais objectivement, cela leur demanderait à tous deux de veiller pour le reste de la nuit, puisque personne ne pourrait les relayer pour le dernier tour de garde. Le jeune homme ne prit pas la peine de le faire remarquer, il ne doutait pas que le doksai soit assez intelligent pour s'en être aperçu. Si cela pouvait jouer en sa faveur, il avait tout intérêt à accepter cette concession. La journée du lendemain promettait d'être rude.

L'humain changea légèrement de position. Il restait emmitouflé sous ses vêtements malgré la proximité du feu, mais sa tenue était faite pour n'entraver aucun de ses mouvements. Son œil contemplait les flammes, qui paraissaient plus vives maintenant qu'avant son réveil et donnaient à son iris des reflets jaunes. Là où l'on y voyait d'ordinaire rage et fureur, elles avaient quelque chose... d'apaisant. Les laisser mourir était la dernière chose qu'il souhaitait pour cette nuit. Il se leva afin de renouveler la réserve de branches, et se montra généreux pour compléter le foyer.
Kay jouait avec une lame entre les mains et le regarda faire. Il y avait une certaine curiosité dans son observation teintée de suspicion. Lui pouvait seulement répondre à son attention d'un sourire affable et se montrer rassurant. L'assassin se repositionna et reprit sa vigie sans faire de vague.

Au bout d'un moment, le doksai se décida à l'accoster une nouvelle fois. Un mot unique, bref, une exigence. Ces créatures lui offraient un large panel d'émotions à analyser depuis la veille. Il serait bientôt en mesure d'analyser les expressions de leur visage aussi sûrement que les expressions humaines. Kay manquait d'assurance, mais uniquement pour parler dans une langue qui lui était complètement étrangère. Il n'avait pas plus de maîtrise dans le domaine que Hiroyuki. Mais ne manifestait rien de l'hésitation polie de ce dernier. Il savait ce qu'il voulait et ne faisait pas de détour.

C'est légitime.

Sa main valide se porta à son visage alors que le feu y faisait jouer les ombres. Comme lorsqu'ils s'étaient rencontrés, une longue mèche de cheveux noirs couvrait la cicatrice qui le défigurait.

C'était un cauchemar. Un simple cauchemar...

Le jeune homme soupira. L'explication qu'il avait en tête semblait trop complexe pour être exprimée avec des mots que les doksais étaient en mesure de comprendre. Il ne regardait pas son interlocuteur directement, mais pouvait deviner son regard incisif sur lui, cherchant des réponses et tentant de discerner le mensonge derrière ses paroles. Il ne mentait pas.

J'ai contracté une sorte de... malédiction. Je crois que l'on peut appeler ça ainsi.

Son œil se releva au léger mouvement de recul du doksai. Il ignorait s'il avait compris exactement la signification du mot employé, mais son sens profond lui était très clairement parvenu. Depuis le début ces créatures craignaient l'apparition d'un démon, et tout ce qui pouvait se révéler mauvais. Bien qu'il aurait préféré garder le secret aussi longtemps que possible, il venait de confirmer qu'ils n'avaient pas entièrement fait fausse route. Pas entièrement. Car son explication n'allait pas sans son complément. Il sortit son bras lésé de sous le tissu, et leva sa main griffue devant ses yeux, prenant le temps de l'observer à la lueur des flammes. De l'autre côté, Kay pouvait aussi en examiner tous les détails.

Je reste moi-même. Je suis toujours humain.

La lumière louvoyante se refléta dans la pupille du jeune homme, la faisant briller un instant comme celle d'un animal. Il regardait à nouveau le doksai.

Il n'y a pas de danger. Seulement... des cauchemars.

Le doksai devait assimiler chacune de ses paroles. Il se ferait son porte-parole auprès des autres le lendemain, et même s'il complèterait son récit, le convaincre était un premier pas vers la confiance de tous. Il lui laissa le temps de déchiffrer et peser ses mots. Les cauchemars auxquels il faisait référence, le doksai avait pu le constater, pouvait se révéler terribles et montrer le véritable visage de sa malédiction. C'était la souffrance avec laquelle il devait vivre. Il enfouit à nouveau sa main sous l'étoffe.

Mon corps le supporte... mais le temps m'est compté.

L'amplitude de son vêtement ne cacha pas son frisson.

C'est pour cela que je rentre au pays. Pour guérir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 30/06/2017
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Lun 9 Juil - 16:48

Le jeune doskai n'était pas un expert dans la communication inter espèce, et les rares mots qu'il avait appris en passant près de plusieurs paysans qu'il avait espionné sans hésiter ne lui donnait qu'un aperçu de ce dont il se tramait. Plus précisément, Kay portait un regard sur tout les nouveaux éléments qui était en sa possession: L'humain possédait une sorte de..maladie? Malédiction? il ne savait pas vraiment comment traduire ça, si il s'agissait d'une étrange maladie ou un démon qui voulait prendre possession de ce corps. Kay sembla essayer doucement de reconstituer tout les éléments: L'homme possédait un mal, celui ci semble provoquer une déformation visible sur son visage et sur son bras, la rendant... démoniaque? Charnu? probablement les deux. L'homme reste humain, et semble supporter ce mal, mais , comme Hiro et lui même, celui ci se dirige vers Ionia à la recherche d'un remède avant qu'il ne soit trop tard. Le doskai soupira légèrement avant de poser par réflexe une main sur l'humain, tentant vainement de communiqué avec lui par le lien avant de se raviser. Il se dit intérieurement que se serait tellement plus simple que lu aussi ait le lien. Il retira cette main et regarda Kayn sans pour autant reculer.

Objectif...Commun, exterminer...Mal!

Le jeune doskai souria légèrement, semblant vouloir étouffer les tension entre lui et le groupe après ce petit moment un peu malaisant.

expliquer gouverneur...situation!

Il se pointa du doigt pour confirmer qu'il allait expliqué le lendemain la situation au gouverneur, prenant donc la lourde tâche d'expliqué ce qu'il avait compris de cette explication.

Kay resta un moment silencieux, regardant autour de lui avant de sortir une lame et e commencer a jouer avec , mais ce n'était pas la seule chose qu'il fis. Son étrange capuche de feuille changeait de couleur, parfois de forme, imitant divers matières rencontrer, parfois bien, souvent grossièrement, le doskai montrait sans vraiment s'en rendre compte sa spécialité à Kayn en tant que disciple du silence: la discrétion, pour divers raisons qu'il taira pour le moment.
Le temps passa et la moitié du temps combiné des deux compère passa. Il réfléchis et regarda Kayn.

repose.. toi?

Le doskai n'était pas sur de comment le dire, mais il demandais à Kayn de se reposer un peu, le jeune doskai se sentait capable de rester seul, au moins jusqu'au lendemain, capable de rester éveillé jusqu'au réveil du gouverneur. A ce moment là, il avisera.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Lun 23 Juil - 14:05

La méfiance du doskai était légèrement apaisée, à défaut d'être éteinte. Il pouvait déjà s'en estimer heureux. Son explication, pour l'heure, avait suffit, et comme il l'avait lui-même anticipé, Kay se ferait porte-parole auprès des siens. Sa manière de résumer la situation fit sourire l'humain, avec un humour exempt de sarcasme.

Oui, nous avons le même but.

A son sens comparer une pandémie à une malédiction touchant un individu unique n'était pas très judicieux, mais ces objectifs avaient comme il le soulignait un point commun : l'extermination du mal, mais également la sauvegarde de ceux qui en subissaient les effets.

Je te remercie. Si c'est toi, ce sera plus simple.

Le contact de la main duveteuse sur son bras avait été toutefois une expérience étrange. Cherchait-il à la réconforter ? A sentir la forme de la malédiction sur son membre ? Comme Hiroyuki avant lui, l'assassin eut le sentiment que ce geste avait pour but de communiquer au-delà des mots. Mais pour dire quoi, au juste... cela, il ne l'avait pas saisi. Et il commençait à croire qu'il en était incapable. Si cela faisait partie de leur nature, rien de ce qu'il pourrait faire n'y aiderait.
Mais pendant le court instant où Kay le toucha, il tenta tout de même de ressentir ce que le jeune doskai souhaitait partager avec lui. En vain. Au cas où il s'agisse simplement de le rassurer, de lui assurer son soutien, il inclina légèrement la tête pour lui signifier sa reconnaissance. Il n'en avait pas besoin.

Le lendemain connaîtrait son lot de difficultés. Il s'y préparait. Expliquer le détail de ce qu'ils avaient vu cette nuit n'était pas la moindre. Mais certainement pas la pire. Puisqu'il s'était engagé envers eux pour les mener à Ionia, il allait au devant de nouvelles négociations. Il doutait en effet que ces créatures n'aient une place réservée sur un navire quelconque pour joindre leur destination. Si elles avaient seulement conscience de devoir prendre le large.
Le regard plongé dans les flammes avivées par la magie d'Hiroyuki, Kayn réfléchissait aux mots qu'il allait employer. De l'extérieur il paraissait pensif, distrait, mais ce n'était qu'une apparence. Ses sens étaient à l'affût, comme ils l'avaient été toute la soirée.

Une bonne partie de la nuit passa ainsi, et l'humain avait gardé une immobilité digne d'une statue, si l'on exceptait les moments où il rechargeait le foyer. Quand Kay lui adressa la parole, il releva la tête tardivement, comme s'il n'avait pas perçu de suite les yeux du doskai qui l'étudiaient. Sa suggestion le fit s'ébrouer, bien qu'il ne somnolât pas. Il répondit avec un petit rire nerveux.

J'ai l'air si préoccupé... fatigué que ça ?

Son œil cligna plusieurs fois, ce qui tendait à confirmer cette hypothèse. Il avait déjà assimilé un certain nombre d'observations sur les habitudes comportementales de la créature qui partageait son tour de garde, et aussi cette forme de... magie qui lui assurait de toute évidence un camouflage optimal en milieu naturel. S'il venait à acquérir sa pleine confiance, il lui demanderait ce qui rendait ce phénomène possible. Il en aurait l'occasion si l'expérience de cette nuit ne les dissuadait pas de se passer de son aide pour se rendre à Ionia.
La perspective de laisser seul le doskai qui lui non plus n'avait profité que de la moitié de la nuit semblait l'inquiéter, mais l'humain finit par fermer les yeux un instant, une reddition.

Très bien, je vais dormir.

Le jeune homme changea de position comme il l'avait fait plus tôt, quand Hiroyuki avait annoncé se charger de la surveillance du camp. Sauf que cette fois, même allongé, les profondeurs de l'œil qu'éclairaient les flammes étaient clairement de la même tonalité qu'elles.

Demain je vous parlerai ionien...

Sa paupière couvrit l'iris fauve alors que sa voix s'estompait dans la nuit, mais son sourire perdura encore un peu sur ses lèvres, léger et apaisant, à l'adresse de doskai qui prenait sa relève. Emmitouflé dans ses vêtements, le corps faiblement illuminé par les flammes, rien ne semblait cette fois vouloir perturber  le sommeil de l'humain, même de l'intérieur.

Dors, Kayn, dors...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'avais son honneur
Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2016
Localisation : Gouvernement
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   Sam 28 Juil - 12:50

Hiroyuki se réveilla reposé, Gnar coincé entre son torse et sa queue. Le petit s'était éveillé en premier mais n'avait pas bougé tout de suite, profitant du confort tout relatif que la cape du Gouverneur offrait. Avec une petite caresse sur sa tête, le doskaï fit comprendre à l'enfant que l'heure avait sonnée. D'un petit bond, ils se mirent sur leurs pattes. Hiroyuki s'ébroua légèrement puis récupéra sa cape et son diadème. Son regard se porta enfin sur Kay qui avait monté la garde en dernier. Il le salua d'un signe de la main, coutume de son pays.

Le jour se levait à peine. Les premières lueurs de l'aube n'avaient pas passé les feuillages et leur avait permis de dormir encore une petite heure. Dans ces forêts saines, il faisait frais. Beaucoup plus frais que dans leurs jungles. Hiroyuki s'habituait lentement à ce climat tempéré et frissonnait toujours lors des premières et dernières heures de la journée. Remettant ses poils en place d'un revers de la main, il observa Kayn s'éveiller à son tour. Il le salua comme Kay, puis s'efforça à prononcer un "Bonjour" d'une voix un peu caverneuse. La politesse avant tout. Puis, le disciple du Silence s'avança vers lui et lui expliqua la situation avec l'humain. Se tenant les mains et prononçant quelques mots dans leur langue, Hiroyuki hochait la tête et jetait des regards brefs à Kayn comme pour le jauger.

Mal manger toi ? demanda le doskaï. Moi magie bien soigner, toi vouloir ?

Peut-être pouvait-il l'aider à combattre la malédiction, ou le mal qui le rongeait ? Il y avait encore tant de pistes à explorer dans la médecine, cela serait sûrement un moyen de pousser sa magie un peu plus loin; en plus de rendre service à ce Ionien si accueillant. Pourtant, il sentait bien qu'il venait de le mettre mal à l'aise, à l'expression de son visage. Ou lisait-il encore mal les expressions humaines ? En tout cas, sur le visage de Hiroyuki, on pouvait y voir de l'intérêt et de l'empathie. Fichus démons ! Ils se trouvaient vraiment partout !

Hiroyuki récupéra Gnar qui s'éloignait un peu trop, attiré par une odeur quelconque, puis, les sacs chargés, il leva le museau vers Kayn. Par où était Ionia ? Dans quelle direction se cachait le pays magique pouvant potentiellement les aider ? Sautillant presque d'excitation - excitation qui affecta rapidement Gnar lui tenant la main qui commença à réellement sautiller sur place -  le Gouverneur attendait impatiemment que l'humain choisisse un chemin. Il l'écouta attentivement, ses oreilles dressées sur la tête et les yeux pétillants. Lui attribuant une confiance aveugle, il opina puis le suivit avec entrain lorsque enfin, il se décida.

La forêt défilait devant eux, la terre fraîche sous leur pas. Hiroyuki était habituellement d'humeur optimiste, mais pour une fois, il était convaincu que ses espoirs n'étaient pas en vain ! Redonner l'espoir à son peuple commençait par croire en cet espoir lui-même. Parfois difficile de songer à vaincre cette épidémie après les horreurs qu'il avait déjà vues. Avec un orphelin énergique à ses côtés, un disciple zélé comme garde du corps et un humain natif de la région qu'il souhaite visiter comme guide, Hiroyuki se sentait prêt à affronter ce nouveau monde. Il fredonna une mélodie gaie, sa cape bleue flottant à sa suite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Etrange escorte (Kayn/Hiro)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Etrange escorte (Kayn/Hiro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rang C ou B, Atsu Island, escorte ou enquête [Atsu Island, Rang C-B, Tout type, Enquête ou Combat]
» Escorte d'un climatologue
» Escorte en plaine trouble [PV Ys/Yaelle][abandonné]
» PV . Etrange et dérangeant
» Demande d'escorte : Elwë Sáralondë

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Path of Valoran :: Valoran :: Empire de Noxus :: Campagnes et zones sauvages-