RP Francophone League of Legends
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyChassé-croisé, chasser d'épée EmptyChassé-croisé, chasser d'épée EmptyChassé-croisé, chasser d'épée EmptyChassé-croisé, chasser d'épée EmptyChassé-croisé, chasser d'épée EmptyChassé-croisé, chasser d'épée EmptyChassé-croisé, chasser d'épée Empty
 

 Chassé-croisé, chasser d'épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jarvan Lightshield IV
Messages : 39
Date d'inscription : 03/02/2018
Age : 27
Localisation : Demacia
MessageSujet: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyMar 11 Déc - 14:03

A Demacia, la population jouit depuis de longue année d’une paix durable. Malgré des assauts externes, les défenses en terme de structures et d’effectifs restaient constantes. Il n’était pas rare que de nouvelles recrus renforcent l’armée, lorsqu’il s’agissait de défendre leur nation. Ses idéaux étaient respectés et adulés. Mais comme dans n’importe quel endroit, il existait toujours des exceptions. Demacia n’était donc pas épargnée par l’arrivé de périodes sombres … La corruption était bien la pire chose qui pouvait exister en ces terres où l’honneur et le devoir étaient rois.

La politique actuelle de la cité mettait un bon point dans la protection de son peuple, et également sur la famille royale. Si ce n’est pas l’armée, régulièrement sollicitée à la défense des terres, la milice ne passait pas inaperçue. Et même si ces hommes n’étaient pas de l’élite, ils avaient suivi les même enseignements militaires. Il n’était donc pas étonnant de les voir faire des rondes régulières dans la cité, et en nombres plus important près du palais. On pouvait se demander comment des personnes pouvaient passer ces défenses impénétrables, que ce soit au niveau matériel, humain ou même éthique.
Détrompez-vous… Ce genre de crasse pouvait vous tombez dessus, en particulier aux moments où vous vous y attendez le moins. Jarvan, quatrième du nom, actuel prince de Demacia, allait l’apprendre à ses dépens.

Aujourd’hui était un jour spécial, celui d’une fête annuelle que les démaciens organisaient en hommage à leurs proches tombés au combat. Les rues étaient décorées de fleurs, de rubans aux mille couleurs, et c’était l’occasion où les jardins resplendissaient. Ils étaient préparés pour que le plus grands nombres puissent assister à des spectacles et autres animations. Le jardin royal ne faisait pas exception, même s’il restait restreint aux familles nobles. Vous imaginez bien que la protection en ce genre d’événement obligeait de tripler les effectifs. Mais Jarvan avait tout de même une appréhension face à cette longue journée qui ne faisait que débuter sur une note d’apparence joyeuse. Neutre, le prince s’était éloigné de la famille pour se rapprocher des invités d’honneurs. Ils profitaient du plus beau jardin de la cité, appréciant les mets goûteux et des diverses activités. Le prince souriait pour saluer les personnes qui venaient vers lui et s’excusait maintes fois de ne pas pouvoir discutailler avec eux. Lorsque le jeune homme avait ce genre de pressentiment, il se refusait de baisser sa garde sans avoir vérifié que tout se passait bien. En questionnant ses hommes, ils affirmaient que tout était en ordre, mais du côté du service secret des rumeurs circulaient. Si on en croit les informations reçues, un groupuscule au sein de la cité voudrait agir et atteindre le roi. Les raisons restaient inconnues ou peu fiables, sans aucun doute pour brouiller des pistes. On ne savait donc pas du tout ce qui il s’agissait. Cela n’allait pas en rassurant le prince qui préféra renforcer la garde autour du jardin. Et il allait même jusqu’à enquêter, car en cette journée où la fête battait son plein, il était risqué d’attendre et d’agir trop tard. Il préférait anticiper, même si son initiative pouvait lui coûter cher.

A force de chercher et de creuser dans les maigres informations, Jarvan et ses hommes étaient arrivés à certaines conclusions et suivirent une piste. Pendant ce temps, sans aucun doute causé par l’absence du prince, il se passa quelque chose proches des jardins royaux. Le groupe avait tenté une incursion mais elle avait échouée. Apparemment, l’échange ne s’était pas bien passé, quelque blessé du côté de la garde et des décès de leur côté… Mais
l’un d’entre eux avait pris la fuite. Jarvan et ses hommes entamèrent une longue poursuite. Il avait réussi à se frayer un chemin pour sortir rapidement de la cité, chose qui surprise beaucoup le prince. Il donna des directives à quelques uns de ses hommes pour veiller à ce que cela ne puisse plus se reproduire. Les passages sous la ville ne devaient plus servir à ces fins. Malgré les difficultés rencontrées pour suivre le fuyard, Jarvan parvint à sortir. Il aperçut l’homme grimper sur un cheval, qui attendait juste un peu plus loin et partir vers les terres Laurent. Ils avaient donc même prévu leurs échappatoires ? … Bon sang ! Empruntant les chevaux, qui n’avaient plus de propriétaires, ils continuèrent la poursuite avec un léger temps de retard… Il était hors de question que cet homme leur échappe, pas après cette tentative d’assassinat, qui s’était produit presque sous leurs nez.

Après une longue chasse sans halte, les indices les envoyaient vers les terres de la famille Laurent, confirmant les doutes du prince. Il espérait que l’assaillant n’avait pas l’intention d’atteindre à la vie des membres de cette famille, qui actuellement devait être sur la route vers Demacia pour répondre à l’invitation du roi. Mais il ne devait pas être assez fou pour s’arrêter alors qu’il était poursuivi, l’autre doute désormais planait dans l’esprit du prince : arriveront-ils à mettre la main dessus avant que les chevaux et les hommes s’épuisent à la tâche ?

_________________

Chassé-croisé, chasser d'épée Tumblr10
We shall rest when we are dead !
Chassé-croisé, chasser d'épée Demaci10


Dernière édition par Jarvan Lightshield IV le Mer 30 Jan - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Laurent
Like a Baby's cheek
Messages : 31
Date d'inscription : 11/03/2018
Localisation : Demacia
MessageSujet: Re: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyJeu 17 Jan - 23:43

Le soleil se levait quand Fiora sortit As de l’écurie. La petite place qui ouvrait sur l’imposante bâtisse des Laurent était illuminée pas les premiers reflets du jour. A côté de la fontaine centrale, son frère Ammdar et trois de ses hommes préparaient leur propre monture pour le voyage.

« Bonjour à toi, très chère sœur. Nous t’attendions. Quelle incorrection ! » Le rictus sur ses lèvres lorsque ledit frère la salua prouvait que celui-ci la taquinait. Avec un regard peu amène, elle fit taire le rire gentil de son vis-à-vis.

« La nouvelle servante ne s’accorde pas encore tout à fait aux coutumes de la maison. Il faut croire qu’il n’y a pas que toi qui laisse traîner les vêtements dans les salles communes. Allons, rends-toi utile et va chercher les derniers sacs. Nous avons une longue route. »

Avec un hochement de tête, il obéît docilement.

Dans le même temps, Fiora entama un listage des bagages qu’ils emmenaient, se plongeant dans une grande concentration. Dans sa main, elle tenait fermé le parchemin stylisé aux couleurs de la noble Demacia, affublé de l’élégant sceau royal. L’invitation était prestigieuse, et nul ne pouvait ignorer une fête de l’importance de celle qui était organisée au palais dans deux jours. Les Jours de Mémoire, comme ils étaient nommés depuis des décennies, avaient lieu à la mi-printemps, et invitaient les familles à honorer trois jours durant la Dame Voilée et prier pour les proches perdus au combat. Il était alors d’usage d’offrir aux amis et voisins un panier de fruits.

Ainsi, parmi les nombreux sacs chargés, aucun ne devait manquer à l’arrivée à la capitale. Les présents royaux non plus ne devait pas être négligés, et Fiora comptait bien respecter les protocoles à la lettre. Une fois prêts, le groupe partit. S’ils ne trainaient pas, ils arriveraient le lendemain au soir - à la veille de l'évènement - à la Capitale.

Les premières heures de la journée passaient relativement vite, mais comme elle le notait à chaque voyage, le chemin commença vite à sembler interminable aux yeux de Fiora. Ils ne s’arrêtèrent pas pour déjeuner, ayant au préalable prévu des en-cas, et ce ne fut qu’a la tombée de la nuit que la petite troupe posa le pied dans un village perdu de la région.


Alors qu’ils profitaient d’un bon souper sous le sourire grassouillet du tenancier, Fiora étudiait sa carte, recalibrant le trajet qu’ils devraient prendre pour arriver en une journée.  

« - Si nous voulons arriver aux portes de Demacia avant la nuit, il nous faudra dépasser les frontières de nos terres avant 13h tout au plus. Encore une fois, nous ne nous arrêterons pas pour déjeuner. »

Elle tourna la tête en direction de l’aubergiste, son regard lui intimant la prise en charge de cette problématique. Ce dernier, de son indéfectible sourire, hocha vivement la tête.

« - Je vous préparerais de quoi ravitailler un régiment, madame

- C’est très aimable à vous. Mais de simples collations suffiront. Ne nous encombrez pas plus que de raison. » Elle posa à nouveau ses yeux sur sa carte. « Contrairement à d’habitude, nous traverserons le grand bois de cèdres, nous perdrions trop de temps à le contourner. »

Sans plus d’attente, la bretteuse se releva, tout en passant la main derrière son oreille pour écarter les mèches rouges de son visage froncé par la réflexion. Rapidement, elle rassembla tous les documents dans leur étui, et l’aubergiste réapparu dans l’encadrement des cuisines au son des chaises raclant le plancher.

« - Nous viendrons récupérer les provisions aux premières lueurs, et nous partirons sans attendre. Messieurs, je vous souhaite un bon repos. »

Après un faible signe de tête à ses compagnons, Fiora régla le maître d’établissement, puis remonta dans sa chambre.

Sa tête vrillait légèrement, et ses muscles étaient encore douloureux de leur journée intense. L’action même de se pencher sur son sac de toile pour ranger les papiers enroulés lui extirpa un grincement qu’elle ne put retenir.

Peut-être devrait elle doubler la longueur de ses entrainement matinaux. Elle aviserait cela en rentrant. Pour l’heure, la bretteuse ne souhaitait qu’un lit et du sommeil. Elle se déshabilla et prépara rapidement ses affaires pour son réveil, listant les choses qui lui restaient à penser pour les jours à venir, avant d’enfin se glisser sous les draps blancs et quelque peu rêches de l’auberge.

Le trajet serait encore long et fastidieux, et quelques heures de repos ne seraient pas de trop.  


Au lendemain, lorsque, comme convenu, les chevaux furent harnachés, et les sacs remis en place sur les montures, la petite troupe partit, tandis que l’aube se levait sur les plaines verdoyantes des terres Laurent.

Les heures défilèrent, et le soleil était à son zénith quand ils atteignirent l’orée du bois. La masse d’arbres s’étendait sur plusieurs hectares, et Fiora ressentit un fond de nostalgie en y pénétrant.

A plusieurs reprises, elle avait accompagné son père sur des journées entières de chasse aux loups, aux daims, et autres gibiers du genre. C’est là qu’il l’avait initié à l’arc, et c’est aussi là qu’elle avait manqué de le rendre borgne a de multiples reprises. Elle esquissa un sourire à ces souvenirs, se sachant en tête du groupe.

Tout d'un coup, Fiora sentit le l'air frais des sous-bois sur sa peau. Les arbres touffus cachaient désormais le ciel, empêchant les rayons du soleil de traverser le feuillage jusque-là épars.

« Les branches deviennent trop basses, nous continueront à pied. »

Elle s’était retournée vers ses camarades avant de se laisser gracieusement glisser de sa monture, lui présentant une pomme le temps que les autres l’imitent.

Rennes en main, ils commencèrent leur avancée sous les branches épineuses, enjambant les racines les plus proéminentes et repoussant les ramures les plus proches.

Dans une heure, ils seraient sortis de la forêt, et auraient atteint la frontière des terres par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Jarvan Lightshield IV
Messages : 39
Date d'inscription : 03/02/2018
Age : 27
Localisation : Demacia
MessageSujet: Re: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyMer 30 Jan - 18:41

C’est interminable… Le temps semble se prolonger, ce qui pourrait presque me rassurer. Et pourtant, le fuyard gagne du terrain alors que nous imposons aux bêtes son rythme. Je jette un rapide coup d’oeil derrière mon épaule et je donne des directives à mes hommes. Il faut l’arrêter, maintenant, avant que l’on ne s’enfonce trop dans ces terres. Deux des soldats acquiescent et dévient, prenant un autre chemin pour tenter de contourner. Je doute fortement qu’ils arrivent avant nous au bois qui se dresse sur le côté mais on ne peut pas faire grand chose de plus. Dans ce bois, je doute qu’il continue à cavaler avec le même rythme, voir il risque de rencontrer des difficultés à rester à cheval. Nous aussi d’ailleurs…
L’homme comme prévu se dirige vers les arbres et saute de son cheval pour se mettre à courir. C’est à ce moment là que je le perds de vu et j’en peste. Il ne doit pas s’échapper !
Nous mettons à notre tour pied à terre, l’un de mes hommes retient les chevaux tandis que nous nous enfonçons dans le bois. Je le connais pour y avoir déjà fait des journées de chasses, il n’est pas très grand mais suffisamment épais et troué pour qu’une personne puisse s’y cacher derrière n’importe quelle branche. Et je le sens qu’il est doué à ce jeu là...  Malheureusement pour lui, je suis plutôt doué pour ne jamais lâcher l’affaire. Malgré la fatigue, nous ne faiblissons pas.

Je fais des signes à mes hommes et nous commençons à sillonner le bois. Je ne loupe aucun détail et malgré la difficulté à trouver des indices de passage, je suis presque sûr de moi sur la piste à suivre. Mais elle s’étiole et m’échappe à plusieurs reprises. Cet enflure ne perd rien pour attendre ! Mais alors que je continue, j’entendis des voix s’élever, ainsi que des pas. Je fais signe à mes hommes de continuer les recherches tandis que je m’approche des sons entendus. Des personnes se trouvent sur le chemin du petit bois, et je crains le pire. J’espère que le fugitif n’aura pas l’idée de s’en prendre à ces civils. Mais alors que je me rapproche du chemin, je pense reconnaître une des voix qui s’est élevée. Serait-ce Dame Laurent ? Pour en avoir le coeur net, je me montre et je peux apercevoir à quelque pas de moi un petit groupe de personne et leurs chevaux, à leur tête un visage familier. Fiora Laurent, une des meilleures bretteuses du Royaume, si ce n’est la meilleure, marche avec sa suite. Comme je l’imaginais, elle se dirige vers la cité mère pour se rendre aux festivités. Qui ont presque failli tourner aux drames… Cela fait un long moment que je n’ai pas aperçu ce visage. J’attends qu’ils arrivent à ma hauteur et je salue la chef de famille avec respect, inclinant le buste.
- Mes respects Dame Laurent à vous et à votre suite - Je jette un coup d’œil vers les autres personnes puis me tourne à nouveau vers Fiora, un plie sur le front - Je suis navré de devoir faire court dans nos salutations, mais je dois me hâter.

Je m’approche d’elle pour parler un peu plus bas et rester dans la confidence
-Je suis à la recherche d’un homme, qui est dangereux… Dites à vos hommes de rester sur leurs gardes et suivez moi, je vous expliquerais en chemin.

Je coupe à travers le bois, ne prenant pas la peine de continuer sur le chemin d’où viennent la troupe de Fiora. Je ne pense pas que l’homme que nous cherchons soit assez bête pour passer proche d’un convoi et passer sur la route. Il n’a pas dû faire dans la dentelle quitte à risquer de s’écorcher au passage pendant sa course… Le bois a beau être d’une taille modeste, ses arbres ne sont pas élancés et ses branches plutôt basses. Si nous allons trop vite, nous ne sommes pas à l’abris de s’en prendre une ou de dégringoler les pentes. Je finis par tomber sur mes hommes, ceux qui ont fait le tour tout à l’heure et secouent la tête. Ils n’ont pas mis la main dessus. J’en perds presque patience...
- Il ne doit pas quitter la région !
- Nous allons le retrouver, votre Altesse.
- Rejoignons les autres et hâtons nous. - Je me tourne vers Fiora tandis que mes hommes continuent les recherches - L’homme que nous traquons faisait partie d’un groupe de plusieurs dizaine de personnes. Ils ont semé le désordre et ils ont tenté de s’attaquer à toutes les personnes présentes pour les festivités. Ils ont planifié cette attaque pour atteindre la Haute à un moment précis… - Je fronce à nouveau les sourcils - Ils ont déjà fait des blessés, mais nous n’avons pas encore réussi à mettre la main sur eux… Cet homme pourrait être une mine d’informations.

En particulier sur comment ils se sont organisés pour réussir à passer la vigilance des gardes.
J’entends mes hommes, ils ne sont pas très loin, mais pour le moment aucun ne donne l’alerte.
- C’est beaucoup vous demander, mais je ne serais pas contre un coup de main, même si je préfère éviter vous mettre en danger. - Je sourie légèrement - Bien qu'à mon humble avis, vous savez parfaitement vous défendre, Dame Laurent.

Sa réputation n’est plus à faire. J’ai entendu parler de ses talents de duelliste, et malgré les erreurs qu’a commis le Seigneur Laurent par le passé, Fiora a su redonner de l’ampleur à sa maison. Il me tarde presque de la voir en action, car comme elle ne fait pas parti de l’armée de Demacia, je n’ai pas eu l’occasion de la voir exercer son art.

_________________

Chassé-croisé, chasser d'épée Tumblr10
We shall rest when we are dead !
Chassé-croisé, chasser d'épée Demaci10
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Laurent
Like a Baby's cheek
Messages : 31
Date d'inscription : 11/03/2018
Localisation : Demacia
MessageSujet: Re: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyLun 11 Fév - 23:42

Cela faisait une vingtaine de minutes que la petite troupe zigzaguait entre les arbres touffus. Rien ne perturbait le silence, et chacun avançait sans un mot. Même Ammdar, pourtant si taquin d’habitude, ne semblais désirer que d’arriver enfin à la Capitale pour se reposer enfin.

Fiora, en tête, se laissait distraire par ses pensées, une main sur la bride d’As, l’autre sur la garde de son épée. Elle s’accordait à fredonner tout bas une lente ritournelle qui lui revenait, quand des bruissements anormalement forts intervinrent à une quinzaine de mètres devant elle, a une distance suffisante pour que la vue lui soit obstruée par les nombreux arbres.

Désormais sortie de sa douce léthargie, elle fronça vivement les sourcils et serra sa poigne sur le manche de sa rapière. Vivement, elle se retourna et indiqua silencieusement aux autres membres du convoi de prendre garde, et d’avancer en silence. Avec précaution, elle scrutait tout autour d’elle, prête à dégainer son épée, quand elle le vit. Une masse sombre se situait derrière trois arbres, qui lui en cachaient encore l’identité. Il semblait de constitution solide et grande. Mais à cinq contre un, ils n’auraient aucun mal à le maîtriser s’il en était nécessaire. Tout de même, il fallait rester prudents. Un piège n’était pas à exclure, mais si piège il y avait, il était trop tard maintenant pour faire marche arrière.

Comme piqué, l’individu se dégagea soudain de derrière les troncs, et apparu cette fois clairement aux yeux de la troupe.
Dans un sursaut infime, Fiora s’exclama :

« Votre altesse ? Mais… Nous avons cru à une embuscade. » Toute décontenancée, mais soulagée, et prise de court de voir celui qu’elle pensait – aujourd’hui plus que n’importe quel jour – à la Capitale, elle détendit ses muscles et relâcha son arme.
Puis, remarquant l’absence de gardes, elle fronça les sourcils. Le prince les salua, et elle voulut répondre mais il s’approcha avec plus d’intimité. Il semblait contrarié. La bretteuse fronça encore un peu plus les sourcils.

« Un fugitif ? » Elle se raidit en prononçant le mot. « Bien. Nous vous suivons. » Au même temps, elle fit un signe à ses compagnons de voyage. « Messieurs, nous changeons de programme. Restez derrière. Au moindre bruit ou mouvement, prévenez-nous. »

Sèche, autoritaire. Fiora ne fit grand cas de son ton. Quelque chose de grave préoccupait le prince, et elle comptait bien l’assister avec tous les moyens qu’elle pourrait mettre à sa disposition.

Tandis qu’ils avançaient sur les talons de Jarvan, ses soldats les rejoignirent. Ils semblaient n’avoir rien trouvé.
Le prince s’énerva à cette constatation, puis il commanda à ses hommes de retourner patrouiller. Patiemment, concentrée, Fiora attendait que le prince lui explique en détail ce qu’il se passait.

Quand il déroula rapidement l’histoire de leur poursuite, elle se redressa encore un peu plus si c’était possible. Jarvan semblait calme, et de ce qu’elle connaissait de lui, il n’en était pas moins remonté. Mais pour sa part, la colère était au bord de ses lèvres. Non sans expérience, elle réprima sa pulsion, puis acquiesça de la tête. Il fallait effectivement de toute urgence rattraper cet individu.

Le prince lui demanda ce qu’elle s’apprêtait à lui proposer, et qu’elle considérait de toute manière comme un devoir des plus fondamentaux en Demacia.

Mais au semblant d’inquiétude que partagea son altesse à la maîtresse de maison, celle-ci fronça instinctivement les sourcils.
« Votre altesse. Toute la présence et tout le soutien que je puisse vous apporter serons pour moi une priorité absolue jusqu’à ma mort. Vous en avez ma parole. Mais tout de même, avec l’entier respect que je vous porte, je ne pense pas avoir à m’inquiéter de ma sécurité pour d’un simple fugitif à cheval. »

Les derniers mots avaient été débité avec rapidité, un poil plus tranchant que voulu. Dans le même temps, elle se tourna vers ses hommes, et leur adressa, à eux, un regard déterminé et intransigeant.

« Bien. Voilà comment vont se dérouler les choses. Nous cherchons un homme en selle, qui ne tiens actuellement qu’à s’éloigner au plus vite du trône. Le traître que nous poursuivons doit certainement se diriger vers la frontière de la forêt. La garde royale est partie vers l’est, je veux que vous ratissiez le secteur Nord. J’irai à l’Ouest avec mon frère. »
La jeune femme se retourna enfin sur le prince. « Cela convient-il à son altesse le prince ? » Le ton se fit immédiatement plus doux, plus docile aussi, tandis qu’elle courbait légèrement le dos en signe de respect.

Elle fixa le labyrinthe lointain que formait l’amas d’arbres, et fronça une nouvelle fois les sourcils. Elle se devait de retrouver ce scélérat.

Pour le Prince, pour le Roi.

Pour Démacia. Pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Jarvan Lightshield IV
Messages : 39
Date d'inscription : 03/02/2018
Age : 27
Localisation : Demacia
MessageSujet: Re: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyJeu 21 Fév - 20:47

Oui, il est évident que cette femme là sait se défendre, aussi bien avec une rapière qu’avec les mots. Je souris un peu plus, de façon respectueuse, alors que Fiora me répond. Son visage reste parfaitement digne, ce que j’admire. Cette force, cette maîtrise de soi, tout ce qu’il faut à un maître de maison, ou dans ce cas là une maîtresse, une Dame ! Je sens que cette journée sera intéressante, malgré la note dramatique de la matinée. J’acquiesce alors qu’elle finit, soulignant une vérité certaine : Il est vrai que j’ai besoin de son aide et qu’elle me l’aurait donné sans que je lui demande. Cependant, j’espère que ce fugitif ne nous posera pas de problème. S’ils ont été capables de passer les défenses de la Cours, ils doivent être formés sur tous les terrains possible. Mais il est seul… Il ne nous résistera pas bien longtemps si nous mettons la main dessus. Que dis-je, nous devons mettre la main dessus !

En tout cas, Fiora sait parler aux hommes, les diriger et leur donner des ordres clairs. Je la laisse faire et l’observe. Lorsqu’elle a finit, j’acquiesce du menton.
- Cela me semble parfait. Je vous accompagne pour l’Ouest, et nous irons ensuite vers le Sud du bois. Je ne pense pas qu’il soit retourné en arrière… Mais nous ne sommes jamais assez prudent.
Je me tourne vers la garde royale et ils obéissent aux indications, continuant de ratisser le bois : - Si vous êtes prête, ne tardons pas.

J’ouvre la marche, prudent. Je m’écarte volontairement du chemin tout tracé pour chercher dans les cachettes les plus évidentes. Mais je jette rapidement des coups d’oeils là où il aurait pu se cacher, plié en quatre comme un lapin qui cherche à échapper aux loups. Mais le scénario est d’autant plus dramatique que ce lapin là ne sera pas mangé, mais plutôt enchaîné et amené devant la justice. Pour le bien être de Demacia. Personne n’échappe au châtiment s’il s’attaque aux justes. Je cherche pendant de longues minutes, silencieux, sentant derrière moi le duo Laurent. Ils sont probablement tout aussi concentrés et prêts à agir s’ils voient quelque chose. Un cerf craintif s’échappe à notre approche, me faisant faire un bond. J’attends quelque secondes sans bouger, écoutant le bruissement des feuillages sous le vent léger. Mais plus rien, aucun bruit suspect.
Je souffle doucement.
- Rien de ce côté.

Je parle assez bas, seuls mes compagnons m’entendront. Mais si le fugitif est bien placé, il saura d’où nous arrivons, peu importe nos méthodes d’approches. Je jette un coup d’oeil vers Fiora :
- Essayons un peu plus loin, puis revenons vers le Sud… Je doute qu’il est pris le risque de traverser la rivière.

Et pourtant ? Nous avons affaire à une personne qui a fait un attentat à Demacia. Il est prêt à tout pour survivre et partir loin du Royaume. J’observe les environs. On peut entendre l’écoulement de la rivière d’ici… Dois-je suivre mes pressentiments ?
Je m’avance doucement, restant aux aguets.
- Quelle situation étrange ! Nous nous étions point vus depuis fort longtemps, et nous voilà en chasse dans un bois aussi beau qu’impraticable. - Je grimace au bruit d’une branche qui craque sous mon pied… Pour la discrétion, c’est foutu. - Je suis ravis de voir que vous avez bonne mine, Dame Laurent.

Je souris poliment. Fiora a la réputation d’être stricte et disciplinée, respectant avec droiture les principes et les lois de Demacia. Sa rigueur toutefois cache une personne raffinée, capable d’utiliser l’art du verbe avec finesse. Il est dommage que sa présence à Demacia soit occasionnelle… J’ai plaisir à palabrer, lorsque le temps ne me manque pas. Cependant, s’il y a bien une chose dont je suis toujours curieux de voir, ce sont ses talents d’épéistes.
Et alors que nous nous approchons de la rivière, je suis encore loin d’imaginer que ses dons pourront servir, aujourd’hui. Le fugitif n’est pas très loin de nous. Bien caché, il écoute et attend le bon moment pour nous échapper...

_________________

Chassé-croisé, chasser d'épée Tumblr10
We shall rest when we are dead !
Chassé-croisé, chasser d'épée Demaci10
Revenir en haut Aller en bas
Fiora Laurent
Like a Baby's cheek
Messages : 31
Date d'inscription : 11/03/2018
Localisation : Demacia
MessageSujet: Re: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyMar 26 Fév - 22:45

Tandis que les gardes qui nous accompagnent se rassemblent, le prince appuie ma consigne. Je hoche de la tête à sa décision, et les groupent se séparent alors que l’héritier du roi s’approche de moi et de mon frère.

Dès que nous reprenons la marche, Jarvan se place en tête, et commence une inspection minutieuse, et furtive. Chacun d’entre nous se calque sur sa posture, et nous avançons à pas de loups le long de la voie tracée par les nombreux passages humains. La végétation est dense, mais pas suffisamment pour nous empêcher de trouver un humain normalement constitué, aussi tapi soit-il. Il nous faut simplement ne rien omettre. Regarder partout, tout le temps. Ne pas douter, et si doute il y a, vérifier jusqu’à sa disparition.

Avec mon frère à mes côtés, me retrouver là, à traquer la proie, me ramène à des souvenir vieux de 6 ans. Peut-être plus… Des souvenirs d’Avant. Les journées de chasse, celles où je savais enfin viser à l’arc. Père nous emmenait, moi et lui. Avec ses pièges, et mes flèches, aucune biche ne nous échappaient…

Aujourd’hui, nous ne chassons pas le bétail mais le scélérat ; Pourtant à mes yeux, les deux ont la même valeur. Quoique… Le bétail nourrit, lui.

Je raffermis ma poigne sur le manche de mon arme, et jette un œil à mes compagnons. Ammdar a sortit une petite arbalète de poche. Je fronce les sourcils à son égard, lui demandant silencieusement d’où il sort ça. Il n’est pas prévu de faire de blessures au fugitif. Une infection serait vite arrivée. Son altesse le prince, lui, avance vite. Il nous a devancé de quelques mètres en plus, et cherche activement. Il n’hésite pas. Il n’a pas peur.

Il est très élégant, très noble ainsi. Sa carrure imposante est accentuée par son armure d’or. Personnellement, j’ai toujours entendu beaucoup de bien de lui, et il est vrai que j’ai déjà pu le côtoyer à quelques reprises, mais toujours dans le contexte de nos responsabilités, réduisant nos interactions à des marques de politesse courtoise. Ainsi, je n’ai jamais réellement palabré avec le prince, peut être une fois ou deux tout au plus, il y a de cela une dizaine d’années, lorsque père était de voyage à la capitale sur ordre du roi, et que je dû l’accompagner.

Tandis que nous continuons notre lente avancée, quelque chose fait sursauter ledit prince. Un cerf disparaît à notre gauche, et j’indique d’un signe que je vais jeter un œil du coté de sa provenance. Il ne faut rien laisser au hasard. A l’opposé, Jarvan nous indique qu’il ne voit ni n’entend rien. Je ne trouve rien non plus de suspect.
Nous sommes proche d’une butée, et le son léger d’un courant est distinguable.

Notre meneur nous intime d’avancer encore un peu, et nous le rattrapons alors, marchant au même niveau.

Je continue à épier autour de nous, m’étant pour le moment redressée. De toute façon, ici, nous sommes à découvert : les arbres se font rares à l’approche de la berge. Le prince m’adresse alors la parole, et je tourne la tête sur son visage, ne m’attendant pas à ce qu’il prononce ces mots.

« Il est vrai. D’autres circonstances nous auraient été profitables. » Je me remets à scanner le paysage du regard.
« Je vous remercie. »

A ses mots, je le regarde une fois de plus pour répondre. Définitivement, c’est un homme bienveillant. Ses mots, comme son visage, respirent la sympathie, et j’aurais grand plaisir à converser avec lui. Mais l’heure n’est pas aux mondanités. Légèrement trop concentrée pour m’en rendre entièrement compte, mon ton est sec, et c’est en jetant un œil à mon frère que je réalise la portée de ma réponse expéditive.

Pour le moment, je ne m’en formalise pas. C’est un obstacle qui pourrait entraver mon attention. Arrivés au bord de la rivière, je pivote vers la droite, et, plus bas, leur annonce ma stratégie :

« Je vais suivre les berges sur ce côté. Il n’a peut-être pas pris le risque de traverser, mais ce serait pour lui une aubaine si nous abandonnions alors qu’il est à portée.
Qu’en pensez-vous, votre altesse ? »


Autour de nous, le ruisseau continue de chanter, et le vent de danser autour des feuillages nombreux. Trouver un intrus au milieu de la forêt s’avère être plus difficile que ce que nous pensions. Il va falloir user de ruse… Si ce n’est pas déjà trop tard…
Revenir en haut Aller en bas
Jarvan Lightshield IV
Messages : 39
Date d'inscription : 03/02/2018
Age : 27
Localisation : Demacia
MessageSujet: Re: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée EmptyMer 20 Mar - 13:03

Si la réponse de Fiora ne me surprend pas, le ton employé lui m’arrache un regard étonné. Cependant, je ne m’offusque en rien et je lui adresse un sourire courtois. De nouveau sur la piste du fugitive, elle agit avec minutie, à l’affût du moindre détail. De mon côté, de nouveau concentré sur notre objectif, j’observe les lieux et la rivière. Impossible de repérer quoi que ce soit, pas même de traces de passage. Malgré le bruit environnant, qui risque de nous porter préjudice, j’entends parfaitement la proposition de Dame Laurent. Je n’aime pas l’idée de la savoir partir seule de son côté, mais… C’est sans doute là notre meilleure chance de mettre la main sur ce scélérat. Je finis par acquiescer :
- Tâchez de ne pas trop vous éloigner… - Je me rends compte de mes mots et l’ébauche d’un sourire amène se dessine sur mes lèvres - J’ai foi en votre jugement, si danger il y a, vous saurez agir habilement.

Je me tourne vers le second Laurent, qui après quelque instant me semble finalement plus familier que je ne l’ais cru jusque là. Il s’agit évidemment de Ammdar, un des aînés de leur famille. Si j’ai très peu connu les deux premiers du quatuor, il m’est déjà arrivé d’apercevoir Ammdar, toujours aux côtés de Dame Laurent ou de leur père. Il doit avoir à peu près mon âge, sa carrure est plus menue mais cela ne l’empêche pas d’avoir le bras fort. Je ne peux m’empêcher de jeter un coup d’oeil à l’arbalète de poing… Loin l’idée d’être contre ce genre d’armements, il faut de tout dans une armée, mais je préfère largement la passe d’armes au contact :
- J’espère que vous savez vous en servir, Finis-je par lui dire. Il faudra viser juste pour ne pas le tuer…

J’insiste sur ce point. A Demacia, toute personne est jugée. C’est ainsi que nous pouvons appliquer la justice. C’est au Roi de décider de son sort et il est notre devoir de le ramener en vie. Je fais signe à Ammdar de me suivre. Il faut trouver un moyen de contourner ou de passer à travers la rivière. S’il n’a pas pris le risque de la traverser par ici, il a peut-être trouvé un autre moyen, ou alors continue-t-il encore de la longer… Nous finirons donc par tomber dessus, s’il n’a pas pris trop d’avance.
Je jette de temps en temps des coups d’oeil vers l’arrière. Mais Dame Laurent n’est quasiment plus en vue. Ammdar s’écarte de la berge pour fouiller proche des arbres. C’est là que j’entends un cri … !
Je fais volte face et dans un réflexe fulgurant, je rattrape le noble pour lui éviter une vilaine chute. Grimaçant, il se tient le bras, ensanglanté. La coupure ne semble pas profonde. Je n’ai pas le temps de m’y attarder, car j’aperçois du mouvement, suivit d’une ombre qui s’engouffre dans la forêt.
- Alerte ! - Je traîne Ammdar contre un arbre - Attendez ici !

J’entreprends une course effrénée à travers le bois. L’homme a déjà une longueur d’avance. Je continue de crier pour me faire entendre de quelqu’un parmi toutes les personnes en recherche dans le bois. Ma voix porte bien, elle est aiguisée par les années de commandement. Je finis par perdre de vue le fuyard et j’accélère l’allure. Au bout de quelque minutes, le souffle court, je m’arrête pour le reprendre. Je suis au milieu de nul part, le bois semble être beaucoup plus dense dans ce coin. Les arbres sont proches, les un des autres, et le fugitif peut sortir de derrière n’importe lesquels pour m’attaquer s’il le veut. En constatant cette situation désavantageuse pour ma royale personne, je redouble de prudence, mon arme aux poings. Une lance ici est quasiment inutile, je risque de rencontrer des difficultés pour faire des mouvements amples. En particulier si mon adversaire se bat avec une arme courte, voir une dague, ce qui semble être le cas au vu de sa rapidité d’exécution. Heureusement que la blessure du jeune Laurent n’était que superficielle. Je m’en serais voulu, alors que je me trouvais juste à côté. Quelque chose me dit que le coup m’était destiné… La matinée s’est résumée par une tentative d’assassinat sur les nobles et la famille royale. Ecarté de toutes autres menaces, il peut en profiter pour porter un coup sur l’héritier du trône.
C’est pour cette raison que je suis certain qu’il est encore dans le coin… Qu’il m’a attendu.
Avant de fuir, il va tenter sa chance… Un raisonnement fou, mais pas si bête.

Je lâche ma lance pour dégainer une épée de belle facture. Elle a déjà servi, mais je la sors rarement. L’empoignant avec les deux mains, je la dresse devant moi et j’observe chacun des arbres en silence. Calme, je focalise mon attention sur chaque bruits qui sortent de l'ordinaire, chaque mouvements suspects. Je m’avance progressivement, m’attendant à me faire attaquer dès qu’une ombre bouge dans le bois. Mais j’ai affaire aux arbres immobiles… Il reste caché, avec raison… Il attend le moment propice pour faire une pierre deux coups. Frapper efficacement et fuir aussi vite que possible.
Au nom de la Protectrice, je jure que ses plans n’arrivent pas à ses fins !

_________________

Chassé-croisé, chasser d'épée Tumblr10
We shall rest when we are dead !
Chassé-croisé, chasser d'épée Demaci10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chassé-croisé, chasser d'épée   Chassé-croisé, chasser d'épée Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Chassé-croisé, chasser d'épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» ARAMIS bichon croisé westie 10 ans (Dépt 59)
» Charly-croisé caniche 4 ans (60) ADOPTE
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» TITI chiot croisé 3/4 mois SCP Garéoult (83) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Path of Valoran :: Valoran :: Royaume de Demacia :: Cités et villages-