RP Francophone League of Legends
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 De Pierre et de Glace.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: De Pierre et de Glace.   Jeu 7 Juil - 11:28

Une silhouette menue s’arrêta sur le sommet d’une dune, fière malgré la chaleur étouffante et pesante du soleil de cet immense désert. La pierre qui lui servait de piédestal s’enfonça dans le sable brûlant mais s’arrêta, comme retenue, alors qu’elle commençait à être engloutie jusqu’au sommet. La mer de silice se referma alors, comme de l’eau, sur des bottes en cuir usé.
Ces bottes avaient longuement voyagé, vu de nombreux sol, avaient flirté avec beaucoup de roche… Mais leur amour de toujours restait ce sable qui les caressait doucement.

Mettant une main en visière, la silhouette semblait regarder quelque chose au loin. Un amas de pierre et de tissu difficilement distinguable entre les ondulations de l’air bouillant. La silhouette sourit et poussa un soupir rauque de soif : elle était arrivée.
Un léger mouvement de main, comme celui que font les tisserands quand il passe un fil dans le chas d’une aiguille, et la pierre s’arracha de nouveau à l’étreinte du sable pour dévaler la dune, comme si elle avait été d’eau et la pierre, de bois.
La silhouette filait, sa tunique aux manches amples flottant dans l’air que même la vitesse ne parvenait pas à fraîchir. La soif empoisonnait la fine forme qui jurait sur le beige du sable. Elle avait soif, terriblement soif et sa gorge appelait de l’eau comme une femelle aurait appelé son mâle.

Pourtant, dans un éclair de lucidité, elle descendit, trébucha même, de sa pierre-surf qui s’écrasa au sol, privée de ses ailes, et la silhouette, retirant sa capuche, laissant ses cheveux châtains flotter dans sa course, termina la tête la première dans la fontaine du village sous les regards amusés des habitants et quelques rires.
Le liquide frais caressa le visage souillé de poussière de la forme, cajola ses lèvres gercées et désaltéra la gorge à grandes gorgées avides.

Enfin Taliyah se redressa avec un long soupir de bien-être. Clignant des yeux, elle repoussa ses cheveux mouillés en arrière et essuya ses yeux, semblant enfin revenir à elle.
Toute cette eau lui avait fait un bien fou. Bon elle n’était pas certaine qu’elle soit tout à fait potable mais elle ne pouvait plus attendre de trouver une auberge ou un marchand de boissons.
Essayant de reprendre contenance, elle s’éloigna de la fontaine et des curieux qui avaient assisté à son arrivée loufoque et s’engouffra dans une rue commerçante pleine de monde.

Bel'zhun n’était pas un village. Mais ce n’était pas non plus une ville. La plupart des gens n’habitaient pas là toute l’année, c’était essentiellement des tribus de passage qui envahissaient les lieux, et puis les étrangers d’au-delà de la Grande Barrière aussi. Bref, les ruines étaient souvent envahies et utilisées un temps avant d’être délaissées puis réintégrées.
L’hiver arrivait et bientôt les montagnes seraient difficiles à traverser. Donc toutes les tribus venaient vendre leur dernière production en échange d’autres biens pour passer la saison avec le plus de confort possible.

Taliyah était quand à elle venue pour acheter des informations. Elle avait vu de ses propres yeux la Cité du Disque à nouveau fièrement érigée au milieu du désert, l’eau coulant partout sans qu’elle comprenne d’où elle venait. Elle avait revu sa tribu, sa famille, et avait passé des jours, même des semaines avec eux.
Mais le malaise qu’elle ressentait, la peur sourde qui étreignait son coeur n’avait pas disparut. Elle avait l’impression de marcher à tâtons dans le noir, sans savoir où elle allait, prête à trébucher et à tomber à la moindre pierre sur sa route.
Alors elle avait demandé conseil à la Doyenne, lui faisait part de ses craintes, de l’ombre qui murmurait au fond d’elle. Et la vieille dame l’avait alors chargé d’une mission.

“Pars sans crainte en ce cas. La peur de ton coeur ne pourra être apaisée que par le savoir. Comme la soif, il faudra boire jusqu’à la lie. Vas Taliyah, trouve des réponses, et reviens nous ensuite.”

Alors la demoiselle avait été voir ses parents, leur avait expliqué pourquoi elle devait partir et après une dernière étreinte, sa mère lui avait tendu un sac tout prêt. Devant l’étonnement de sa fille elle lui avoua qu’elle gardait toujours un sac prêt, au cas où.
Et la Tisseuse de Pierre s’en était allée, demandant conseil à la pierre de la Cité du Disque avec qui elle avait longuement communié, celle-ci lui murmura une destination, le point de rencontre des civilisations. Bel'zhun.

Toute à ses pensées, elle rentra dans quelqu’un, ce qui devenait visiblement une habitude, et elle s’excusa prestement, désireuse de ne pas s’attirer d’ennuis.

“Oh pardon ! Vraiment désolée je ne regardais pas où j’allais et…”

Tout en parlant elle avait évité de lever les yeux de sa tunique, faisant mine de l’épousseter soigneusement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bestiole pelucheuse
Messages : 37
Date d'inscription : 03/01/2016
Localisation : Gouvernement
MessageSujet: Re: De Pierre et de Glace.   Jeu 28 Juil - 23:49

Tout ce sable, toutes ces roches ! Comme seul décor de cette région désertique, de la poussière et des cailloux plus ou moins imposants. Un soleil de plomb faisait peser lourd le corps frêle et mal nourri d'une bestiole pelucheuse alors qu'elle s'évertuait à se déplacer dans un élément qu'elle ne connaissait que depuis peu. La ceinture qui entourait sa taille, nue de tout vêtement, possédait une petite gourde qui se trouvait vide. Cela faisait plusieurs heures que les dernières gouttes avaient été consommées par la gorge sèche et irritée du doskaï. À la recherche d'un point d'eau ou d'un semblant de civilisation, il finit par apercevoir au loin quelques reliefs ne pouvant être de simples rochers.

Pressant un peu le mouvement dans cet air si sec et lourd, il put enfin voir de ces yeux qu'il s'agissait d'une grande ville d'une civilisation humaine ! La taille des résidences ne faisait aucun doute. Se hâtant vers sa destination, il heurta sans grâce et avec violence le sable chaud, tombant sur les genoux. Parcouru de soubresauts et de spasmes, Hiroyuki écarquilla les yeux puis toussa. Une douleur fulgurante lui traversa les omoplates, transformant soudainement les quintes de toux en suffocation. Expiant ses sensations, il cracha du sang, puis, tremblant, il se mit sur son séant. Attendant que les tressaillements de ses mains cessent, il reprit sa respiration. Hiroyuki détestait ces moments et les redoutait chaque jour plus encore. À chaque fois, il ressentait cette souffrance parcourir son corps, paralysant sa pensée dans une peur panique alimentée par l'incompréhension et la soudaineté.

Lorsqu'il se remit sur ses pattes arrières, le Gouverneur marcha plus qu'il n'aurait cru pour rejoindre la ville. Par Isaka, sa vision était loin d'être aussi précise que les disciples de Joky. Fatigué, mais pas épuisé, il entra enfin. D'un pas se voulant discret, il observait les hautes figures humaines. Curieux de savoir s'ils allaient se montrer amicaux ou hostiles, Hiroyuki garda ses distances tout d'abord, supportant les regards interrogateurs des habitants locaux. Certains enfants firent une légère halte dans leur jeu pour l'examiner avec indiscrétion, le dévisageant sans gêne. Embarrassé, le doskaï baissa les yeux et continua de se déplacer vers la fontaine.

Douce eau. Merveilleuse eau ! Celle-ci était claire et bleue, bien différente de la violacée et impure de ses terres natales. Par pur réflexe, il purifia une petite zone qui devint plus claire encore avant d'y plonger la tête entière, penché complètement sur les rebords de la fontaine. Malheureusement, sa maladresse ne put que le faire plonger totalement dans l'eau. Il en ressortit rafraîchit et dégoulinant d'eau, mais heureux. Sentir une fraîcheur naturelle lui caresser la fourrure était génial et revigorant ! Il s'ébroua à la manière d'un animal, essora sa queue touffue puis remua ses oreilles. Avant de se rendre compte que tout le monde avait les yeux rivés sur lui, il remplit sa gourde, la bu goulûment, puis la remplit de nouveau.

Hiroyuki se retourna, la pierre de son pendentif brillant sous le soleil trop chaud. Mais à peine eu-t-il levé les yeux vers l'ombre qui se rapprochait de lui qu'il se retrouva sur le dos, bousculé par une jeune femme. Elle s'excusa immédiatement - en tout cas, c'est ce qu'il comprit -, époussetant sa tunique étrange et contemplait ce tissu comme si cela était la chose la plus curieuse du monde. Il se releva et remit son diadème en place, sa cape se défroissant toute seule. De sa voix légèrement rauque et avec un accent exotique à couper au couteau, Hiroyuki tenta de reproduire des sons familiers à cette langue shurimienne.

"Grrrrrave se nez pas. Vous navet rien ?"

La pauvre demoiselle releva la tête et...chercha des yeux la personne qu'elle venait de bousculer. Quand enfin, elle la trouva, Hiroyuki ne put s'empêcher de rire. Engageant la conversation avec elle, il se présenta et demanda des informations sur la zone. Y'avait-t-il des points d'eau au-delà des montagnes ? Quelle était le nom de cette ville ? Était-elle de la région ? Sous le flot de questions, il se rendit finalement compte qu'il la brusquait un peut trop et s'excusa.

"Pardonnez ma...laisse...je suis seul depuis quelques temps." articula-t-il avec une pointe de honte.

Avait-il bien prononcé le mot "liesse" ? En tout cas, il avait vraiment besoin de parler à quelqu'un. Surtout pour lui arracher quelques mots de vocabulaire, des règles de langue, et des traditions existantes dans les lieux locaux. Et, si Isaka le gardait, peut-être saurait-elle l'aider à trouver une façon de dénicher un remède.

"Vous voulé bien me...parlé ?" ajouta-t-il en appuyant bien les sons différents, déformant certains mots par inexpérience.

Il offrit un sourire engageant à la demoiselle espérant ne pas l'avoir effrayée; ne pouvant plus soutenir un nombre de regard en constante augmentation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De Pierre et de Glace.   Mar 20 Sep - 11:53

Si Taliyah avait voulu se faire discrète, c’était totalement râpé. Encore aurait-elle pu mettre fin rapidement à une rencontre brutale si elle s’était encastrée dans quelqu’un d’ordinaire… Mais la boule de poils qui lui faisait face n’avait absolument rien de l’ordinaire.
Une cape d’un bleu piquant emballait cet être dont elle n’avait jamais vu l’espèce avant. Il avait des poils, des oreilles rondes, une queue touffue et un museau tout ce qu’il avait d’animal. Mais curieusement, il ouvrit la bouche quand elle s’excusa et après s’être épousseté, lui répondit dans un shurimien absolument rude qu’il ne lui en tenait pas rigueur.
Totalement interloquée par l’apparence du petit être qu’elle ne reconnaissait pas, même après avoir cherché dans ses maigres connaissances du monde extérieur, elle ne répondit pas à l’avalanche de questions qui suivit leur rencontre brutale. Le fait qu’il parla devait sûrement être un choc supplémentaire pour la Tisseuse de Pierre qui semblait s’être murée dans son silence ébahi.

C’est quand elle finit par entendre ses excuses, encore une fois à couper au couteau, qu’elle cligna des yeux une, puis deux fois avant de capter que de plus en plus de regards s’alourdissaient sur eux, que de plus en plus de gens s’arrêtaient pour les regarder, curieux.
Quand quelqu’un lui rentra dans l’épaule en grommelant qu’elle pourrait “dégager le passage la débile”, elle se redressa et fit un signe de la main au petit être, lui signifiant de la suivre, accompagné d’un :

“Ne restons pas ici. Suivez-moi.”

Il fallait à tout prix qu’elle s’éloigne de la foule, peu importait que la boule de poil la suive ou pas. De toute façon elle n’avait rien suivi de ce qu’il lui avait dit un peu plus tôt et elle ne tenait pas vraiment à le savoir. De toute évidence, il ne pouvait sans doute pas l’aider dans sa quête. Qu’est-ce qu’une peluche, aussi parlante soit-elle, pouvait comprendre à ses problèmes ?
Puis elle se morigéna. De quel droit pouvait-elle juger ? La Grande Tisseuse n'apprenait-elle pas à se méfier des apparences ? Elle se serait bien giflé si elle n’avait pas eu peur de paraître encore plus folle qu’elle ne l’était déjà.
Après tout, peut-être que justement, cet individu venu d’ailleurs aurait les réponses que les shurimiens n’avaient peut-être pas ?

Elle se dirigea dans les ruines d’une maison un peu à l’écart de tout, avec pour seul attrait son toit encore partiellement debout qui abritait du soleil brûlant. Elle connaissait cette maison, sa tribu avait déjà élu domicile dans ce quartier lors d’une précédente visite pour vendre leurs peaux, leur laine et les vêtements qu’ils tissaient.
S’asseyant à même le sol, soupirant longuement, elle s’aperçut qu’elle ne voyait pas la boule de poils. Peut-être l’avait-il trouvé suffisamment louche pour décider de ne pas la suivre ? Elle soupira une seconde fois.
Décidément elle se demandait comment elle allait pouvoir accomplir sa mission si elle agissait toujours aussi imprudemment, sans faire attention. Il fallait qu’elle travaille ce trait de caractère qui la desservait plus qu’autre chose.

Se mettant en tailleur, elle ferma les yeux et laissa son pouvoir couler dans la roche sous elle, cherchant à communier avec son don comme le lui avait conseillé l’Ancienne. Elle lui avait dit qu’elle fallait qu’ils se comprennent, qu’ils s’enchevêtrent parfaitement, comme les fils d’une tapisserie, pour devenir aussi solides et souples qu’elle. Mais Taliyah avait l’impression d’avancer dans le noir, d’être totalement à la merci des pierres et de la roche, comme la dernière fois, à la Citée du Disque.
Elle avait peur de se faire submerger, ce qui l’empêchait de se laisser aller totalement.

Rouvrant les yeux en soupirant une énième fois, elle laissa son regard errer dans les ruines de la maison jusqu’à se fixer sur un point d’intérêt. Un sourire étira ses lèvres. Peut-être que tout n’était pas perdu.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bestiole pelucheuse
Messages : 37
Date d'inscription : 03/01/2016
Localisation : Gouvernement
MessageSujet: Re: De Pierre et de Glace.   Dim 30 Oct - 21:52

Autour d'eux, la foule continuait de fourmiller. Même si des regards curieux leur étaient adressés, ce qui embarrassait progressivement la boule de poils sans défense, les humains prêtaient de moins en moins attention à eux. Le visage de Hiroyuki s'illumina lorsque l'humaine lui demanda de la suivre : peut-être pourrait-il en apprendre un peu plus sur les environs ! Sûr et certain qu'elle n'était animée que de bonnes intentions à son égard, ne pensant pas une seule seconde qu'elle souhaitait lui planter une lame dans le ventre avant de s'emparer de ses affaires, il la talonna.

Malheureusement, suivre une grande personne à travers un flot de grandes personnes...cela pouvait être compliqué. Il finit par la perdre de vu, plus occupé à ne pas se faire écraser. Pour éviter à sa queue toute mésaventure sous les pieds énormes de cette race trop imposante pour sa carrure, il l'enroula prudemment autour de sa taille. Ce ne fut qu'après s'être extirpé de la foule qu'il observa les alentours dans l'espoir d'apercevoir son dos ou sa silhouette. Mais rien en vu. Perplexe, il s'aventura près des murs des habitations d'une architecture nouvelle pour lui. Une maison presque ouverte, disposant de pierres effondrées comme éléments de décorations. Il manquait presque un mur, sûrement pour avoir un contact privilégié avec le vent ? Dans un coin de cette maison, où un morceau de toit était encore disponible pour protéger quelques personnes des rayons du soleil brûlant, se trouvait celle qu'il avait souhaité suivre.

Quelle chance ! Enfin, il approcha vers elle. Cette dernière eu un sourire à sa vue, dans lequel Hiroyuki lu un espoir. Mais qu'espérait cette jeune dame de lui ? Le doskaï fit un petit salut de la main, puis commença à poser des questions. Comment s'appelait-elle ? Était-ce sa maison ? D'où l'idée d'une telle architecture venait-elle ? Puis, se gourmandant mentalement, il stoppa l'arrivée des questions suivantes, laissant à cette humaine le temps et l'espace de répondre.

Prenant ses aises, il décrocha sa cape, le seul atour dont il disposait. S'asseyant en imitant la position de son hôte, il épousseta sa cape. Tout ce sable l'insupportait sur ses vêtements, bien que pour se gratter comme il le fallait, ce fut commode. Il observa la jeune humaine de ses yeux bleu plein d'espoir. Il n'avait pas de nourriture à lui proposer en échange de ses réponses, mais il pouvait toujours trouver un arrangement. Hiroyuki souleva ce point, en exposant qu'il pouvait à son tour lui rendre un service. Calmement, remuant lentement la queue de gauche à droite, il écouta ce qu'elle avait à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De Pierre et de Glace.   Mer 16 Nov - 16:17

Taliyah regarda le petit être poilu arriver et nota qu’il avait enroulé sa queue autour de lui. Elle s’en voulu tout de suite de ne pas l’avoir attendu, trop occupée qu’elle était à sauver son identité. Peut-être que cela lui montait un peu trop à la tête, cette histoire de rester discrète. Sans doute une réminiscence de ses mésaventures noxiennes…


Elle tenta de capter un maximum de mots dans le shurimien à couper au couteau du petit être et comprit qu’il avait autant, sinon plus de questions à lui poser. Elle se promit que, puisque la Grande Tisseuse l’avait placé sur sa route, elle allait essayer de l’aider du mieux qu’elle le pourrait. Elle nota toutes ses questions dans un coin de sa tête puis le laissa s’installer, décidant de faire de même.


Elle changea sa position assise et s’appuya au mur, croisant les jambes devant elle et buvant un peu d’eau fraîche. Elle gardait son lait de chèvre pour plus tard. Ici l’eau était à volonté, même si sa provenance était un peu douteuse. Elle proposa sa gourde à son invité avec un regard interrogateur puis commença enfin à répondre à ses questions.


“Je m’appelle Taliyah. Je viens du clan de la Grande Tisseuse. Je suis née et est toujours vécu, ou presque, à Shurima. Nous n’avons pas de maison solide, nous sommes des nomades. Nous… Bougeons souvent. Un mois ici, un autre mois, plus loin, et on recommence tous les ans. Ces ruines sont très très vieilles. Elles font partie des légendes. Avant, il parait qu’il y avait un empire ici, et que c’était les maisons de mes ancêtres. Mais ça fait longtemps qu’elles ne sont plus utilisées que quelques semaines par an, comme refuges temporaires.”



La demoiselle avait essayé d’être aussi simple et précise que possible, parlant lentement et détachant chaque syllabe pour bien se faire comprendre et n’énonçant que des généralités afin de ne pas trop en révéler sur elle même.
Elle voulait bien aider ce petit être mais il fallait que lui aussi, lui dise de quelle espèce il était, ce qu’il faisait ici… Elle toussota et demanda à son tour :


“Dites-moi, si ce n’est pas indiscret, de quelle… Espèce êtes vous ? N’y voyez que de la curiosité, de ma vie je n’avais encore jamais vu d’être comme vous. Vous ressemblez aux Yordles mais… En différent. Et puis, du coup, vous êtes plusieurs ? C’est où votre maison à vous ?”


Elle se limita là pour l’instant même si chaque question posée en faisait apparaître trois autres dans sa tête. Sa curiosité partait pour ne pas être assouvie avant de longues heures. Ce qui était tant mieux, cela lui éviterait de se faire repérer et laisserait le temps au soleil brûlant de descendre pour laisser place à la nuit et à sa fraîcheur.


Elle sourit au petit être pour l’encourager et posa sa tête contre le mur derrière elle, tripotant les fils de son tapis-lit de voyage. Puis elle rajouta :

"Au fait, c'est comment votre nom à vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bestiole pelucheuse
Messages : 37
Date d'inscription : 03/01/2016
Localisation : Gouvernement
MessageSujet: Re: De Pierre et de Glace.   Lun 13 Fév - 22:21

Spoiler:
 

Hiroyuki s'empara de la gourde tendue, la soupesa et but une petite gorgée. Ce fut plus par politesse que soif; il s'était assuré de boire tout son saoul après son plongeon accidentel dans la fontaine. Avec un sourire, il lui rendit son effet et l'écouta attentivement. Cette langue assez étrangère à ses oreilles demandait bien plus de concentration pour comprendre son interlocuteur. Gentille, elle articulait bien plus que lors des conversations ordinaires. Alors, comme ça, les shurimiens se montraient nomades et propriétaires d'un héritage ancestral ? Un empire ? Mais que voulait bien dire ce mot ? Son instinct ou son diadème lui soufflait une impression de grandeur ou d'immensité, mais cela ne trouvait aucun écho dans ses concepts connus. Naturellement, Taliyah - qui était un nom plutôt agréable à l'oreille - lui posa quelques questions en retour. Hiroyuki avait l'habitude de satisfaire la curiosité des humains quant à son sujet et lui répondit jovialement.

"Ne soyez pas gênée de demander ça, c'est tout à fait normal ! Mon nom est Hiroyuki ; je fais partie du peuple doskaï, vivant dans la masse étouffante de dangers des jungles pestiférées. Les humains me comparent, un peu comme vous venez de le faire, à un yordle. Je ne nie pas avoir des ressemblances physiques avec eux, mais notre queue est un différenciateur plutôt marqué !"

Il se permit un petit rire innocent et embraya sur l'héritage doskaï, heureux de discuter avec quelqu'un qui semblait intéresser à sa culture et non à ses bijoux. Pour autant qu'il essayait de parler distinctement, il eut tout le long de son discours l'inquiétude de ne pas être compris correctement et répéta parfois des phrases entières, simplement pour les recomposer sous le regard de l'humaine. Ne voulant pas paraître trop ridicule ni monopoliser le temps de parole, le Gouverneur s'arrêta aux fondamentaux : religion et dieux principaux ainsi que le mode de vie clairement fondé sur le partage et l'entraide. Ayant encore un peu d'attention de la part de la membre du clan de la Grande Tisseuse, il exposa son problème épineux d'épidémie magique avec une voix bien moins enjouée.

"Mais parlez-moi plutôt de votre clan. Pourquoi voyagez-vous seule ? Ce serait-il passé quelque chose ?"

Hiroyuki était d'un naturel curieux et ne pouvait passer à côté d'une nouvelle culture humaine. Il n'avait pas fait la moitié du continent, pourtant le Gouverneur se souvenait de bien des différences, rien que dans les clans d'une même région ! Incroyable ! Se remettant confortablement sur ses genoux, lissant les poils de sa queue simplement pour occuper ses mains, le doskaï prêta toute sa concentration pour comprendre les réponses données par Taliyah. La voix des humaines apaisait quelque chose en lui, même s'il ne savait pas exactement quoi...l'écouter apparaissait comme l'activité la plus délassante de la journée. Cela pouvait également venir de sa soif étanchée et de la place à l'ombre prise par les deux interlocuteurs pour converser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De Pierre et de Glace.   

Revenir en haut Aller en bas
 

De Pierre et de Glace.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cours N°1 - Coeur de pierre / Coeur de glace
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Path of Valoran :: Continent du sud :: Désert de Shurima :: Environs de Bel'Zhun-