RP Francophone League of Legends
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Kayn, faucheur de l'ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Kayn, faucheur de l'ombre   Ven 8 Déc - 13:02



SHIEDA KAYN


› Sexe › Masculin
› Race › Humain
› Origine › Noxus
› Allégeance › Ionia, Ordre de l'Ombre
› Profession › Assassin
› Devise › Je suis le murmure des ténèbres.


GENERALITES


Physique
Un ninja de l'Ordre de l'Ombre, lui ? Difficile à deviner juste en le regardant. Kayn est un jeune homme d'une vingtaine d'années, à l'apparence athlétique. Et sans aucun vêtement superflu. Là où les membres de son ordre possèdent une combinaison intégrale et un masque qui conserve leur anonymat, lui reste à visage découvert et torse nu, parfois couvert d'une toge quand le temps et les circonstances l'exigent. Pas de vêtements lourds, pas d'armure. Cela ne ferait que l'encombrer. Son pantalon est ample, un sarouel conçu pour ne gêner aucun de ses mouvements, et orné d'une ceinture de cordes qui n'est pas sans rappeler celles de certains moines.
Seules les marques blanches sur sa peau hâlée, s'apparentant à des tatouages ésotériques pour les néophytes, ne laissent aucun doute sur sa maîtrise de la magie de l'ombre. Auparavant, ces empreintes étaient visibles en symétrique sur les mains et les avant-bras de l'assassin, ne cherchant qu'à progresser. Mais à présent seul un initié les remarquera, de manière unilatérale mais surtout totalement éclipsées par l'apparence singulière de leur porteur.

Une difformité ? Ninja ou non, c'est cela qui attire tout de suite le regard. Une partie du corps de Kayn est nettement anormale. Une sorte d'amure gris acier recouvre le côté gauche de son torse, son épaule, et se poursuit sur son bras, qui apparaît comme écorché, les muscles à vif, sur les zones que l'armure ne protège pas. Son visage montre le même phénomène, défiguré par une plaque grisâtre qui s'étend autour de son œil. Nul besoin d'une observation attentive pour voir que cette matière n'est en rien du métal, mais bel et bien vivante. Son œil gauche en est complètement dénaturé, fendu et brillant d'un vermeil malsain. L'autre a gardé sa couleur d'ambre doré, qui tend à devenir bleu lorsqu'il utilise les ombres.
A propos de son visage ? Ses sourcils restent arqués en une expression provocante, et il affiche la plupart du temps un sourire narquois/suffisant/insolent. Sans mention inutile. Non qu'il se moque de tout... mais ça n'en est pas loin.

Ce portrait se termine par une coiffure elle aussi peu banale. Comme un serment à lui-même ou une référence à un personnage mythique, la plupart de ses cheveux n'ont pas été coupés depuis des années. Noirs et épais, ils sont regroupés en une tresse interminable qui suit chacune de ses danses, et donne l'impression d'être animée d'une vie propre.
Sur le dessus de sa tête et l'avant de son visage sa chevelure est toutefois maintenue relativement courte. Sa négligence laisse l'opportunité à certaines mèches de venir gêner sa vue. L'une d'elles est bleue. Il aime à dire que c'est une autre manifestation de sa maîtrise sur les Ombres, mais allez savoir, il est peut-être tout aussi bien né avec.

Son arme ? Quelle arme ? Il est l' arme.

Son compagnon de voyage prend la forme d'une faux, à l'origine de la corruption de son corps. Sang et cendres, elle n'est pas remarquable que pour sa taille, mais surtout par la présence à la base de la lame d'un œil bien vivant. Il cligne parfois, d'un air ennuyé ou furieux. La voix que l'arme peut faire entendre à tout son entourage est le témoin de sa conscience.

Mental
Prétentieux ? Absolument pas. Il a juste les moyens de ses ambitions. Même s'il passe pour un jeune coq arrogant, ce qu'il est sans aucun doute, les rumeurs à son sujet ne sont pas exagérées. Il possède un véritable don pour le combat, qu'il développe constamment. Kayn est le meilleur de sa génération dans tous les domaines, et en est parfaitement conscient.

Sûr de sa légende, le jeune homme dégage une confiance absolue en lui-même. Son assurance se lit dans sa posture, sa démarche, au premier coup d'œil. Il n'est rien qu'il ne se pense capable d'accomplir.
Il se permet ainsi de traiter ses supérieurs comme des égaux, ce qui lui vaut autant d'estime que de mépris. L'orgueil a un prix. En revanche aucun de ses pairs n'ose lever la voix contre lui. Il jouit du prestige d'avoir été formé par le maître de l'Ordre en personne, mais se place surtout tout naturellement au dessus des autres apprentis, par ses capacités inégalées autant que par son comportement.

Impertinent, oui. Offensant, jamais. Bien que son attitude frôle toujours l'insolence, l'assassin connaît les limites à ne pas franchir. Il a sa propre notion du respect, ceux qui le connaissent bien ont appris à le discerner sous son air suffisant. Difficile en réalité de le situer dans la hiérarchie de l'Ordre de l'ombre, tant il se place lui-même à l'écart de toute autorité. Seul Zed semble avoir une véritable influence sur lui, et c'est le seul envers qui sa loyauté est véritablement palpable.

Le combat n'a rien d'un jeu. Cela, Kayn l'a compris il y a fort longtemps. C'est pourquoi il ne fait jamais semblant. En mission le jeune maître des ombres parle moins qu'il n'exécute, suivant une réflexion et un scénario déterminés à l'avance. Toutefois ce relatif silence peut devenir contreproductif, si ses plans restent obscurs pour ceux qui l'accompagnent.
Ayant été placé à la tête de plusieurs expéditions, c'est un défaut dont il est averti, mais les acolytes sont entraînés à travailler ensemble, et seuls des troubles mineurs en ont résulté. Rien qui ne puisse compromettre son succès.

Lieux de vie - Le Temple de l'ombre est sa résidence principale, où il partage la vie en communauté. Il n'y reste jamais très longtemps, la guerre exige de nombreux voyages, et le bivouac est devenu un mode de vie récurrent.


RELATIONS


Rhaast - Le Darkin est comme le reflet fulminant de sa propre personnalité. Bien plus proche de lui qu'il ne le voudrait. Kayn se sait parfaitement capable de le dominer, et s'y efforce à chaque instant.
Zed - Pour Kayn, l'homme qui l'a recueilli est bien plus qu'un mentor. Un modèle, un rival aussi. Il lui voue un profond respect malgré sa familiarité apparente. Il espère voir Zed reconnaître ses talents à leur juste valeur.
Acolytes de l'ombre - Ayant grandi et combattu avec eux, Kayn perçoit un peu l'Ordre comme une grande famille. Même sans leur proposer son amitié, il les aide à s'améliorer, à sa manière. Gare cependant à celui qui se mettra en travers de sa route.


ASSASSIN DE L'OMBRE


Style de combat : >
Plongé dans les ombres, l'arme importe peu. Mais désormais accompagné de Rhaast, les mouvements de l'assassin se sont adaptés à l'envergure de son arme. Faisant corps avec la faux, il se sert de sa grande taille pour gagner en portée et créer des effets de surprise encore plus spectaculaires, semant doute et confusion.
La peur est une arme aussi efficace qu'une lame effilée. Sa propre assurance et sa rapidité d'exécution assurent la réussite de toutes ses offensives. Pas une hésitation, il frappe en silence. Ses ennemis ont appris à craindre leur ombre. Son sourire surgissant de l'obscurité sera peut-être la dernière chose que verront ceux qui ne s'en sont pas assez méfiés.


HISTOIRE


Un coup, puis un autre. Un temps pour se repositionner. Une feinte, une parade fictive. Les coups pleuvent. Rien à voir avec un véritable combat. Le guerrier suit scrupuleusement les directives, comme tous ici. L'esprit et le corps ne font qu'un, il est important de les aiguiser, l'un comme l'autre.
Sa cible est un simple mannequin d'entraînement. Seule son imagination lui permet d'entrevoir une parodie de stratégie. Pied, paume, genou, poing. Le rythme de ses frappes est soutenu, et ne cesse d'augmenter. Un cycle parfait, jusqu'au moment fatidique. Le craquement familier lui apprend que le pantin cède. Il se tourne d'un mouvement fluide, et achève son adversaire de la tranche de la main, brisant la nuque de bois.

Le ninja profite de ce répit pour essuyer la sueur sur son front. Puis agite les mains, dissipant un peu de magie d'ombre, qu'il utilise désormais de manière totalement instinctive. Réajustant les bandages sur ses mains et ses pieds, il observe ses semblables, s'entraîner avec la même concentration. Comparés à lui beaucoup semblent patauds, manquent de finesse, de force. D'efficacité. Il n'est leur égal en rien. Il constate toutefois qu'aujourd'hui, la plupart combattent en binôme, l'un contre l'autre.
Les autres acolytes ont refusé depuis longtemps de s'entraîner avec lui. Il ne mesure jamais la force de ses coups. Quel que soit son adversaire, il le combat avec autant de ténacité qu'un véritable ennemi. Les seuls à se risquer encore à l'affronter sont les maîtres des ombres, leurs enseignants, et Zed lui-même. Mais il ne peut toujours pas à se comparer à ce dernier. Jamais encore il ne l'a combattu à son plein potentiel. Son maître a-t-il conscience de l'impatience et de la frustration que cela fait naître en lui ? Certainement. Mais il doit se montrer digne.

-

Ses yeux de fauve s'arrêtent sur les acolytes proches de lui. Ils sont vêtus comme il se doit de l'armure de l'Ordre, tissu sombre dont les frottements ne génèrent aucun bruit, recouvert de protections diverses, en fonction du gabarit et des préférences de chacun. Rares sont ceux qui portent leur masque au sein du Temple.
Sous l'intensité de son regard, l'un des apprentis rate une parade et baisse sa garde. L'autre, légèrement plus expérimenté, en profite pour lui asséner un coup bien senti au niveau du plexus solaire. Le choc fait expirer brutalement son partenaire. Un rire bref y fait écho.

Rien ne doit te distraire. Pas même tes alliés.

Peut-on vraiment parler d'allié dans son cas ? Celui resté attentif s'est déjà fait avoir, lui aussi. Même si l'assassin n'est pas avare de conseils, l'ironie de son sourire moqueur est généralement une punition suffisante pour qu'ils retiennent la leçon.
Au regard de la victime, Kayn sait que ce dernier ne s'y fera plus prendre. Son compagnon lui accorde une trêve et l'aide à s'asseoir, le temps de reprendre son souffle. Il dirige un regard critique vers la tenue peu conventionnelle de leur aîné, pouvant être jugée débraillée au sein du Temple. Mais il détourne vite le regard en constatant que le jeune maître l'observe toujours.

En effet, il s'entraîne souvent seul. Mais il est connu et respecté de tous. Respecté ? Ce qu'il lit en eux s'apparente plus à de la crainte. Tant mieux. Sa légende le précède. Pas un ne lui arrive à la cheville, et les jeunes loups qui veulent le croire comprennent vite leur douleur. Il ne lui manque réellement qu'une chose pour se sentir pleinement comblé...

-

Toi altruiste ? Laisse-moi rire.

-

Soupirant, il ramasse le mannequin brisé. Cela fait partie de la discipline, et même lui n'y déroge pas. C'est tout de même le troisième ce matin...

Shieda Kayn.

L'appel est ferme. Il reconnaît cette voix. Malgré l'intonation solennelle, le jeune homme prend le temps de déposer son fardeau, avant de se retourner. Les soldats sont nombreux dans la cour, mais ils se retrouvent étrangement seuls, le fracas des armes a laissé place au silence. Si on l'interpelle ainsi, ce n'est tout de même pas pour lui reprocher sa tenue vestimentaire ? Certains essaient toujours.
L'assassin fixe les fentes du heaume, très semblable à celui de son maître. Le charisme qu'il dégage toutefois est très différent. Que lui veut le maître d'armes ? Cela fait un moment qu'il n'est pas parti en mission, mais Zed seul à présent lui donne ses ordres. Sachant que l'autre veut jouer avec ses nerfs et tester sa patience, il croise les bras, et le toise avec malice.

Il est temps que tu retournes aux sources.

Intrigué, le combattant ne dit pas un mot. Qu'est-ce que cette énigme... ?

Le maître a jugé que tu étais prêt.

L'anticipation laisse place à une certaine surprise, faisant vaciller son sourire et son assurance. Pourquoi Zed a-t-il fait appel à un intermédiaire ? Que signifie cette mise en scène, quel est son but exactement... ? Sceptique, il regarde l'homme sortir une arme d'un écrin qu'il n'avait pas remarqué. Cet objet n'a réellement d'arme que le nom. Mais il la reconnaîtrait entre toutes. Les souvenirs qui lui sont liées, jamais il ne les a oubliés.

Explosant d'une fureur soudaine, le jeune maître des ombres saisit la lame brisée, et réduit en miettes ce qui reste de la faux de son enfance, jetant les morceaux aux pieds du messager. Les yeux brûlant d'une rage contenue, il réussit à maîtriser suffisamment sa voix pour parler lentement, d'un ton venimeux.

Le passé n'a d'importance que pour m'avoir amené ici. Il ne définit en rien ce que je suis.

Il n'est plus ni un enfant, ni un Noxien. Ce rappel est presque une insulte envers sa condition, et l'absence de résistance de son interlocuteur lui confirme que son courroux est juste, à défaut d'être sage. Cela l'amène même à penser que cette réaction avait probablement été souhaitée. Une épreuve.

Les ombres avaient immédiatement répondu à sa colère, floutant les contours des marques qui courent sur sa peau. Mais son aigreur n'a duré qu'un instant. Respirant calmement, ses poings se desserrent déjà et sa magie se dissipe. S'étant déchargé de sa colère aussi vite qu'elle l'avait envahi, il s'adresse au maître d'armes avec autorité, entre ordre et provocation.

Si Zed a une mission à me confier, qu'il me convoque lui-même.

Celui qui il y a encore peu de temps était son supérieur ne réplique pas. Le disciple de Zed en est maintenant convaincu, ce dernier a toujours été impressionné par ses prouesses et sa faculté à ne faire qu'un avec son arme, quelle qu'elle soit. Il fallait un déclic, mais il le montre enfin. Cette constatation répond également à son interrogation : il a passé le test avec succès.
Alors il se retourne, mettant fin lui-même à cet entretien avilissant. L'autre est conscient du pouvoir du jeune maître, de son influence. Tous en sont conscients. Un seul semble l'ignorer. Sciemment. Il est temps que cela change.

-

Quel aplomb ! Bravo, vraiment.

-

Kayn. Tu oses me défier ?
J'ai accompli la tâche que tu m'as confiée, maître.

Un bref instant, l'assassin retrouve dans le regard de l'homme qui lui fait face la stature de celui qui l'avait tant impressionné. C'était une autre vie. L'enfant est mort, c'est le tueur qui fait face à Zed à présent. Et il va lui montrer sa valeur, enfin. Le résultat de sa quête n'est pas celui qu'il escomptait ? Soit. Mais c'est celui qu'il a choisi. S'il doit le convaincre de la justesse de ses actions par la force, alors il le fera.

Tu aurais dû la détruire.

Etait-ce vraiment la volonté du Maître des Ombres lorsqu'il lui avait confié cette mission? N'importe quel autre était capable d'accomplir cela. Lui voit des perspectives plus grandes, et n'a jamais douté que c'est dans ce but qu'il a été envoyé là-bas. Est-ce un tort ? La déception de Zed le surprend.

Laisse-moi te prouver le contraire.

La grande faux pèse dans sa main. Kayn la fait tournoyer, lentement. Sa position change imperceptiblement. Il s'est déjà familiarisé avec son arme et la manie comme un prolongement de son propre corps. La gardant proche de lui, il est prêt au combat. Il a confiance en ses capacités, mais ne fera jamais l'erreur de sous-estimer Zed. Pendant un moment son expression habituelle fait place à un masque froid, qui calcule tous ses mouvements. Rhaast se montre bien silencieux.

Impossible de discerner les émotions du ninja derrière son heaume. Mais le disciple se sent jaugé, soupesé. Sa témérité serait-elle de l'inconscience, son insolence de la stupidité ? Son maître hésite-t-il sur la conduite à tenir à son encontre ? Si c'est le cas alors lui prendra les devants. Il s'apprête à bondir... et évite de justesse les lames dans son dos. L'ombre revient à sa place, ayant manqué son effet de surprise. Zed semble décidé à le prendre au sérieux. Enfin !
Un sourire exalté plus que jamais présent sur ses lèvres, le combattant s'élance, à l'instant où le corps physique de son maître fait de même. Ayant l'avantage de la portée, c'est Zed qui doit esquiver la première attaque. Il est conscient qu'avec son allonge actuelle il doit au maximum le maintenir à distance. Mais il sait pouvoir gérer toutes les situations. La faux tranche des dizaines d'ombres sans parvenir à toucher le véritable Zed. Tout cela n'est qu'un leurre. Qu'il épuise sa magie, il sait déjà où se trouve son adversaire avant même qu'il n'y pense. Il le force à se mouvoir d'ombre en ombre, ne lui laisse aucun répit. Les shurikens sifflent à ses oreilles, mais aucun ne représente un danger réel.

C'est un peu facile, tu ne crois pas ?

Les ombres se font plus nombreuses, plus denses. Peu à peu, elles le poussent vers le mur, cherchent à le déborder. Zed croit-il vraiment qu'il soit aussi facile de le piéger ? Il le connaît pourtant bien. Économisant ses forces, il ne cherche pas à se dégager. Le véritable maître des ombres est trop loin pour l'atteindre véritablement, il se contente d'éviter les lames. Il finit acculé, son épaule touche le mur. Parfait. En un instant il se fond dans l'obscurité du bâtiment, et se déplace, à l'abri des regards, vers sa véritable cible. Il plonge depuis le plafond sur elle, mais ne trouve plus qu'une ombre. Un éclat de rire résonne dans la pièce. Évidemment, c'est lui qui lui a appris cette technique. Alors, sans attendre, il replonge dans l'obscurité. C'est à son tour de rire, retrouvant dans le combat cette complicité ambivalente qu'ils ont tissée au travers des années. Leurs offensives s'annulent. Maître et disciple se retrouvent face à face. Zed, mieux préparé, a déjà envoyé un projectile dans la direction de son élève. Cherchant à l'éviter, ce dernier comprend vite son erreur. La lame plonge droit dans l'œil de la faux. Mais ce n'est pas le Darkin qu'il entend crier. C'est lui.
Une douleur insoutenable lui déchire les tempes, le fait tomber à genoux. Impossible de penser, son esprit est pris dans un tourbillon effroyable. Une obscurité menace de l'engloutir, bien plus profonde que celle des ombres. Faisant écho à son désarroi, un rire retentit. Mais ce n'est pas le rire de Zed.

Pauvre petit humain, voilà ce qui t'attend au bout du chemin.

Luttant de tout son être contre l'influence néfaste, il s'appuie sur son genou. Zed le regarde se relever avec difficulté. Mais de nouveau, il tient debout. Entre ses dents, le jeune maître grogne.

Tu te trompes. Je ne cèderai pas à la peur.

La faux dans sa main tremble de rage, l'œil définitivement clos. Au prix d'un effort surhumain, Kayn décille ses propres paupières. Mais la douleur est trop grande, elles se referment rapidement. Il vacille. Il a eu le temps de le voir, et le ressent encore, aussi fort que les battements de son cœur. Autour de lui le Temple a disparu, ne laissant qu'ombre et chaos. Zed et lui sont seuls dans ces ténèbres. Le maître s'approche, Kayn le sent saisir son poignet. Comprenant le message muet, son disciple desserre ses doigts et laisse tomber la faux dans le néant.

Combattons-le ensemble.

Il le sait depuis longtemps. Il n'a pas besoin de cette lame. Le Darkin n'est qu'une chimère, c'est contre lui-même qu'il doit combattre. L'arme, c'est lui.

Vivre avec les ombres, mourir par les ombres.

Alors qu'il lève les mains vers son maître, les ombres commencent à danser autour de lui, créant un contraste surprenant avec la pâleur des marques qui ont recouvert sa peau. Enfin ses yeux daignent s'ouvrir. Mais l'homme en rouge n'est pas là. L'ombre de Zed s'est évaporée, laissant place à une toute autre obscurité.

Toujours le même cauchemar...

Ce n'est pas une question. Immobile dans la nuit, le jeune homme soupire.

Je te l'ai déjà dit. Ce n'est pas un cauchemar.

Un sourire s'installe sur ses lèvres au souvenir d'un détail particulier, alors que le reste de son monde onirique se fond dans les limbes.

Que se passe-t-il si l'on te crève réellement l'œil ?
Essaie, et tu verras...


BEHIND THE SCENE

› Prénom ou Pseudo › Vini

› Âge › Majeur et vacciné

› Expérience RP › Fora et JdR papier

› Comment avez-vous connu Path of Valoran ? › GEMA

› Autres ›  Je ne suis pas une peluche !


Dernière édition par Kayn le Ven 8 Déc - 14:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 04/12/2017
MessageSujet: Re: Kayn, faucheur de l'ombre   Ven 8 Déc - 13:05



RHAAST


› Sexe › Masculin
› Race › Darkin
› Origine › découvert à Noxus
› Allégeance › Darkins
› Profession › Exterminateur
› Devise › Je suis le chantre de la ruine.


GENERALITES


Physique
Dans un monde idéal, Rhaast pourrait être fier de son apparence. Grand, impressionnant, les points faibles de son anatomie sont protégés par une armure naturelle. Par sa couleur, cette armure évoque aux humains le métal qu'ils utilisent pour se protéger, mais elle est bien plus solide que ces pitoyables feuillets. Cette armure n'est rien d'autre que sa peau, adaptée à la nature guerrière de sa race pour en faire un instrument de mort. Là où elle est moins épaisse, elle apparaît dans différents tons de rouges, rappelant à l'inconscient collectif le sang dans tous ses états.
Sa tête est formée comme un heaume d'acier, prolongée d'épaisses cornes agressivement recourbées sur les côtés de son crâne. Sa bouche n'est pourvue que de crocs acérés, qui semble capable de broyer n'importe quoi. Deux éclairs rouges à l'emplacement des yeux laissent à peine deviner une pupille fendue sous leur éclat.

Un démon ? Rhaast n'en est pas un. Mais son apparence en rappellera inévitablement les fables. De manière ironique, ce n'est pas impossible que la race millénaire des Darkin les ait inspirées.

Mais l'on ne se trouve pas dans un monde idéal. Cela fait des siècles que Rhaast attend l'hôte parfait. Il a cessé de compter. En attendant, il doit se contenter de ne pouvoir bouger que son unique œil, enchâssé dans la faux qui retient son essence, mais voyant bien plus que les mortels ne peuvent le soupçonner. Rouge et grise, courbée en un arc agressif dardé d'échancrures. Un écho de sa nature véritable. Est-il l'arme, ou est-il contenu dans l'arme ? Vaste question...

Lorsque sa voix résonne, elle fait vibrer le cœur de ces pauvres humains de terreur. Piètre satisfaction. Voir la teinte et la forme de sa corruption sur le bras de ce jeune inconscient est bien plus plaisant. Elle a envahi sa physionomie jusqu'à l'épaule, débordant sur son visage de manière à transformer l'œil du jeune humain en une réplique très ressemblante de son propre œil.
Pour l'heure, elle ne progresse plus. Et l'assassin possède toujours le contrôle de son bras. Il est fort. Suffisamment fort pour le supporter. C'est un combat de chaque instant. Il résiste. Mais il finira par céder, c'est inéluctable. Quand ce jour viendra, il reprendra sa véritable forme. L'humain se rend-il compte qu'il sert plus les intérêts du Darkin que les siens propres ? Rien n'est moins sûr. Mais quand il s'en apercevra, il sera déjà trop tard.


Mental
Fureur, chaos, agonie. Rage, terreur, destruction. Mort.

L'objectif du Darkin peut paraître simpliste. Anéantir la vie qui se trouve sur son passage. Son hôte est son instrument, et bientôt la conscience de ce dernier sera superflue. Mais sa volonté a une base bien plus profonde.
Sa race a été anéantie, la survie de ses frères dépend de lui. Parmi, il est le plus impulsif, le plus passionné... le plus imprévisible, aussi. Il est l'incarnation même de la mort. S'il les retrouve il leur frayera un chemin dans ce monde pour qu'ils retrouvent leur prestige passé. Ensemble ils triompheront de leurs geôliers, qui ne verront que trop tard qu'ils ont crié victoire trop vite. Quand on extermine une race guerrière, il faut s'assurer qu'on n'en oublie pas en chemin.
Les humains sont un bien piteux obstacle sur le chemin de la domination, il sera leur exécuteur. Ils ne méritent aucune considération. Ceux qui s'opposent à lui nourriront sa fureur, leur sang étanchera sa soif, la multitude de leur corps construira la route pour leur survie.
Tel est son rôle, son aspiration.

Vous y avez cru ? Rhaast n'a besoin ni de prétexte ni de grands idéaux. Il aime tuer. Faire baigner le monde dans le sang et le chaos. C'est tout ce que Kayn voit de lui.

Lieux de vie - Enchaîné par crainte de sa véritable nature, il est à présent lié à l'humain Kayn et n'a d'autre choix que de le suivre partout où il va.


RELATIONS


Kayn - Rhaast doit bien reconnaître la force de l'humain à la résistance qu'il lui oppose. Le respecte-t-il ? Pas vraiment. Mais en un sens, avec le temps passé à le côtoyer, il l'apprécierait presque. La fierté de Kayn répond à la sienne, et tant qu'il y a des ennemis à abattre, leurs intérêts convergent.
Dark kin - Bien que l'entente avec les individus ne soit pas toujours cordiale, quand l'on est les derniers de son espèce il faut faire des exceptions. Au-delà du simple plaisir du massacre, s'il apprend où ils se trouvent, c'est pour eux qu'il combattra.


FAUCHEUR IMPLACABLE


Style de combat : >
La subtilité ? Il laisse ça aux faibles. A son hôte, en l'occurrence. Le Darkin est du genre direct, et ne va pas s'embarrasser de préambules et de courbettes pour démarrer un combat. Il tranche dans le vif, et enchaîne. Le rythme du combat détermine le nombre de ses victimes, alors il n'a que faire de l'élégance. Sa lame déchire les organes, fait gicler le sang, voler les membres. La mort dans toute sa splendeur.
Mais à l'heure actuelle, ce n'est pas lui qui décide. La rapidité est un point commun, mais là où le Darkin utilise la fureur et le carnage pour semer la peur, l'humain lui préfère le silence et les ombres. C'est un style qui ne lui déplaît pas totalement... tant que le faucheur fait son office.


HISTOIRE


Dans le dos d'un dormeur aux traits paisibles, gît une arme inhabituelle. Une faux aux dimensions impressionnantes, presque invisible sur la terre nue. Le voyageur n'est pas seul, et celui qui l'accompagne l'a perçu depuis longtemps. Dans l'obscurité relative du campement au feu éteint, un œil rougeoyant comme un brasier insatiable s'ouvre, fixant les intrus. Une voix sombre, vibrante, s'élève, résonnant dans les esprits comme provenant du fond des abysses.

Bonsoir mortels.

Traînante, elle prend son temps.

Vous n'êtes pas venus par hasard, bien entendu. Mais nous avons toute la nuit.

Un rire à glacer le sang. La pupille de l'arme vivante tournoie dans son orbite, virevoltant sur chacun des soldats. Immobiles. Fragiles comme des fétus de paille. Sa seule voix a suffi à les tétaniser. Bien...

Je vais vous raconter une histoire. Mon histoire.

Vous autres humains êtes une race bien singulière. Toujours en quête de mystère et pourtant vous craignez tout ce que vous ne pouvez contrôler. Mais vous répétez, encore et encore, les mêmes erreurs. Voilà pourquoi un jour, j'arriverai à mes fins.

Faute de trouver un hôte digne, je suis resté sous cette forme longtemps. Trop longtemps. Tous ceux qui m'ont touché ont été dévorés. Vous m'aviez enfermé. Scellé, enterré. Entre des murs sensés être inviolables, suffisamment profond pour que jamais personne ne puisse me trouver.
Mais vous oubliez, et votre curiosité reprend toujours le dessus... Le temps érode, le vent creuse. Ma sépulture fut mise à jour, et je pus enfin sortir de mon sommeil. Dans ce pays, il me semble. Celui que vous appelez Noxus. Réputé pour sa force, pour ses guerriers exceptionnels. Et pourtant... Aucun n'a survécu à ma puissance. Génération après génération, vous êtes toujours aussi pathétiques.


Le rire rebondit contre les arbres de la clairière, répercutant en un écho maléfique l'amusement sinistre de l'arme.

La suite de l'histoire, vous la connaissez. Les légendes ont toujours un fond de vérité et celle-ci est vraiment récente.

Vous m'avez enchaîné, à nouveau. Prêts à me sceller ou me donner en spectacle, que sais-je, pour que vos guerriers puissent prouver leur valeur au travers d'une ultime épreuve. Cette idée ne me déplaît pas. Le sang aurait coulé à flot. J'aurais peut-être déniché au cours de ces innombrables combats un humain digne de moi.
Voyez-vous, Noxiens, la force ne réside pas qu'en une seule et unique constante. La volonté et l'esprit compte autant que le corps. Ce n'est pas le maniement d'une arme qui forge un homme. Je suis bien placé pour le savoir.

Cet évènement, vous l'avez manqué, puisque nul n'a subsisté pour en témoigner. Mais d'autres massacres ont été perpétués, et seuls les survivants peuvent instiller la crainte dans l'esprit de ceux qui vont suivre.
Ai-je trouvé celui que je cherchais ? C'est une possibilité. Il a accompli ce qu'aucun des vôtres n'avait réussi auparavant. La honte soit sur vous et votre patrie. Mais il n'est encore qu'une larve. Il a survécu. Il me résiste. C'est une bonne chose. Son échec n'en sera que plus violent, son esprit sera entièrement brisé. Ma rage ne laisse aucune échappatoire.


L'œil opalescent se fixe momentanément sur le dos du dormeur, éclairant l'épaisse tresse d'une furieuse lueur orangée.

Regardez-le, cet insouciant. Il est déjà tellement habitué à ma présence qu'entendre ma voix ne l'a même pas réveillé.

De près, le possesseur de l'arme vivante parait plus jeune que les rumeurs ne le laissaient supposer. Il dort à même le sol, couché sur le côté, sans avoir pris la peine d'utiliser une couverture. Malgré son torse nu, la fraîcheur de la nuit ne semble en rien perturber son sommeil. Ainsi endormi, seulement éclairé par de chiches rayons de lune, son visage a un aspect serein, et malgré des traits déjà marqués, un profil presque innocent. Amusant.

C'est un jeu. L'œil voit les moindres mouvements des intrus et teste leur témérité en mettant l'accent sur leur proie. Endormie, vulnérable. Les courageux s'apparentent souvent aux imbéciles, et il ne doutait guère que ses auditeurs soient de cette race-là.

Vous ne m'avez pas répondu. Vous êtes venus pour lui, n'est-ce pas ?

A l'opposé de la faux, plus près du corps assoupi, l'un des hommes s'avance. La description laissée par les survivants des massacres ne laisse pas la place au doute. C'était bien leur cible. Un coup d'épée et ce sera fini... mais un avertissement l'arrête.

Je dois cependant vous prévenir.

L'arme semble se délecter du suspens qu'elle crée, et laisse traîner la révélation quelques instants supplémentaires, les hommes suspendus au son de sa voix, comme hypnotisés.

Si vous vous emparez de moi, je vous consumerai. Et si vous le touchez...

L'homme se précipite, épée en avant. Pas de cri de guerre, il ne veut lui laisser aucune chance. S'il est assez faible pour se laisser tuer dans son sommeil, alors il n'est pas digne d'une mort plus honorable.
Mais le soldat ne peut qu'entendre le dernier battement de son cœur, et voir son corps tomber au sol alors que dans ses derniers instants il comprend avec effroi que sa tête vient d'être tranchée.

... de sa main et par ma lame, il mettra fin à vos misérables existences.

A nouveau le rire aux sonorités démoniaques résonne. L'œil caché du dormeur s'est ouvert, aussi flamboyant que celui de son arme. Le silence de la clairière est rompu, alors que le blafard clair de lune se teinte de rouge.

Quand il n'y eut plus personne debout sinon lui, le faucheur s'étira, son arme toujours en main. Il rabat négligemment une mèche vers l'arrière.

La moisson était bonne.
Pour une nuit comme celle-là...

Le combat a été bref, trop propre. A peine intéressant.

Tu aimes ménager tes effets n'est-ce pas ? Tu leur as raconté ton histoire...
Ne fais pas comme si tu l'ignorais. Tu attendais juste de voir la peur dans leurs yeux.
Ceux-là ont tenu longtemps, tu ne trouves pas ? Quelle patience.
Mais tu n'as laissé aucun survivant.
Ils allaient mourir d'ennui en t'écoutant.

Le visage du tueur n'a plus rien de candide. A moitié mangé par sa corruption, son sourire satisfait l'éclaire presque autant que la lueur malsaine de son œil. Rhaast l'aime ainsi. Et ne demande qu'à le dévorer en entier. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne cède. En attendant, le rire de l'humain ressemble de plus en plus au sien...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 19
Localisation : Loin
MessageSujet: Re: Kayn, faucheur de l'ombre   Sam 9 Déc - 18:14

Il a fait deux fiches ! C'est plutôt beaucoup ça monsieur ! Mais c'était chouette de lire tout ça.
Je pense que tu pourrais améliorer le tout en y ajoutant un peu de fuchsia ; la ça fait un peu peur. On dirait que tu es tout sérieux ...

C'est super bien écrit et si Rhaast n'aime pas être enfermé sous la forme d'une arme, je peux toujours le transformer en lapin !

Brefouille, je me demande comment tu vas RP si tu es méchant mais si tu es prêt à être gentil qui sait ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 149
Date d'inscription : 20/02/2015
MessageSujet: Re: Kayn, faucheur de l'ombre   Sam 9 Déc - 20:07

Eh bien eh bien voila une double fiche des plus intéressantes. J'ai particulièrement apprécié la lecture de la fiche de Rhaast, et je te donne ma validation pour te lancer dans la grande aventure du RP ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bébé du fofo
Messages : 55
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 18
MessageSujet: Re: Kayn, faucheur de l'ombre   Lun 11 Déc - 8:43

Wah putain, deux fiches owo
Bienvenue!

_________________

yøu say that yøu are cløse. is cløse the cløsest
star?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Kayn, faucheur de l'ombre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kayn, faucheur de l'ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne
» "La Croisade de l'Ombre en Mouvement" (Prélude) (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Path of Valoran :: Personnage :: Présentations :: Présentations Validées-